The Decent Work SmartLab (Atelier intelligent Travail décent) : Une initiative de gestion des connaissances au Brésil

9 août 2018
Innovation en Recherche

Luis Fabiano de Assis  | Directeur de la recherche et délégué aux données, Ministère Public Fédéral du Travail brésilien

Le Brésil est un pays en développement fortement investi dans le numérique. Ceci se traduit par des myriades d’opportunités d’utiliser les données dans des contextes significatifs. Le gouvernement brésilien produit des quantités massives de données et offre des statistiques nationales dans des formats de données ouverts. Malgré la disponibilité des bases de données gouvernementales, ces données sont rarement utilisées et sont généralement classées dans les archives de chaque agence, ce qui génère dans la base de données des informations fragmentées et des lacunes susceptibles d’affecter le processus de création de politique.


Paysage urbain, Sao Paulo, Brésil. Unsplash / ckturistando

En partie pour rectifier cette situation par rapport aux politiques Travail décent (Decent Work) et au respect de la loi, depuis 2015, le FLPO (Federal Labour Prosecution Office, Service fédéral des poursuites au travail) au Brésil a développé une plateforme Big Data dans lequel les données précédemment collectées sur la vie professionnelle de tous les Brésiliens sont organisées, purgées, harmonisées, liées et rendues anonymes, les informations classifiées demeurant en sécurité. Le but ultime de cette platforme innovant est de fournir des informations pour les chercheurs, les procureurs, les inspecteurs, les praticiens, les législateurs et autres parties prenantes. À mesure qu’évolue le projet, une quantité de données peu utilisées sont collectées, avec pour résultat la création du premier pôle de connaissance, qui intègre des données de séries chronologiques désagrégées sur les contrats de travail, les chaînes logistiques, les programmes de protection sociale, la sécurité et la santé au travail, les violations d’inspection du travail, les affaires judiciaires, ainsi que les recensements et les enquêtes sur la population, le travail, l’agriculture et l’éducation.

En 2016, le FLPO et le service régional de l’Organisation internationale du travail (OIT) ont conclu un accord de coopération pour traiter les causes racine des violations des droits fondamentaux et contribuer à la réalisation de l’objectif 8.7 SDG consistant à prendre des mesures efficaces pour éradiquer le travail forcé, l’esclavage moderne, la traite des êtres humains et le travail des enfants. Pour résoudre les problèmes de gestion des connaissances dans le cadre de l’accord, l’initiative Atelier intelligent Travail décent (Decent Work SmartLab) a commencé sous la forme d’une plateforme collaborative multipartite. En maîtrisant la puissance du pôle de données Travail décent du FLPO de pair avec un ensemble novateur d’indicateurs municipaux de l’OIT mettant en lumière les opportunités et les difficultés liées au travail décent, la plateforme prospère.

Le travail de l’Atelier intelligent comporte trois éléments directeurs :

  • la promotion de la transparence et de la responsabilité via la diffusion de données ouvertes concernant le travail décent ;
  • le développement de connaissances basées sur les preuves à propos des droits fondamentaux au travail via une recherche empirique capable d’éclairer le processus de création de politique ; et
  • le développement d’outils et de structures de gestion basés sur les résultats pour soutenir la conception, le suivi et l’évaluation d’initiatives dans le domaine.

En résumé, l’objectif de l’Atelier intelligent est de favoriser des politiques, des programmes et des projets efficaces en matière de travail décent, visant à soutenir le développement de pratiques intelligentes innovantes qui intègrent une gestion basée sur les résultats et une recherche basée sur les preuves. En conséquence, l’un des objectifs de l’Atelier intelligent est de transformer les données en rapports et en outils de visualisation des données faciles à comprendre et que les chercheurs, les législateurs et autres praticiens peuvent utiliser pour éclairer la prise de décision.

Lancé en 2017, l’Observatoire numérique sur l’esclavage (Slave Labour Digital Observatory), l’un des deux observatoires thématiques actuels de l’Atelier intelligent, illustre l’approche de ce dernier. En faisant appel à des enregistrements rendus anonymes de paiements d’assurance chômage à des victimes de l’esclavage et à des enregistrements d’inspections du travail réussies, l’Observatoire numérique sur l’esclavage présente des cartes dynamiques comportant des données géoréférencées sur la prévalence et l’incidence pour révéler la distribution géographique, les points chauds, les routes migratoires et les courbes de l’offre et de la demande de l’esclavage contemporain au Brésil. Différentes couches d’informations (lieu de rescousse, de naissance et de résidence) peuvent être combinées ou davantage examinées pour établir de nouvelles hypothèses et ces jeux de données peuvent être téléchargés librement. Les enregistrements administratifs inclus dans l’Observatoire ont fait l’objet d’un audit et ont été mis en corrélation avec d’autres bases de données au sein du pôle de données Travail décent du FLPO afin d’en maximiser la fiabilité et de garantir la triangulation des conclusions et de la documentation des leçons apprises.

De multiples indicateurs sociaux, économiques, de productivité et démographiques au niveau municipal (par exemple, évolution des indicateurs de développement humain, séries chronologiques de recensement, pauvreté et PIB par habitant) sont disponibles à l’Observatoire pour chacune des 5 570 municipalités du Brésil. Utilisées en conjonction avec des données désagrégées sur le profil des victimes (par exemple, le sexe, l’emploi, l’éducation, l’âge et la race), ces données ont révélé des tendances de vulnérabilité auparavant cachées. De plus, les parties prenantes peuvent suivre l’évolution des travaux formels dans chaque territoire, ce qui peut aider à améliorer la qualification, l’éducation et les politiques d’emploi locales. L’Observatoire peut également présenter des cas d’enfants trouvés dans l’esclavage et les risques d’exploitation en fonction de données de recensement et d’enquêtes nationales.

Utilisées en conjonction avec des données désagrégées sur le profil des victimes (par exemple, le sexe, l’emploi, l’éducation, l’âge et la race), ces données ont révélé des tendances de vulnérabilité auparavant cachées.

Outre l’utilisation de techniques de visualisation de données d’avant-garde et d’une technologie open source, l’accès à la plateforme est entièrement ouvert, ce qui favorise la transparence et la responsabilité. Comme une trousse à outils de la gestion des connaissances, l’Observatoire est également un pôle d’informations permettant aux parties prenantes de prendre des décisions orientées sur les données, d’identifier les lacunes de données et d’aider les gouvernements à améliorer la collecte des données.

Pour favoriser des résultats concrets, les informations sont présentées selon une méthode orientée sur l’impact. En fonction des données compilées par l’Atelier intelligent, le gouvernement du Maranhão, région située dans le nord du Brésil et où l’on compte le plus grand nombre de victimes de l’esclavage, a conclu un accord d’engagement avec le FLPO afin de lancer une nouvelle politique sur la prévention de l’esclavage à mettre en œuvre avec le soutien de l’OIT.

On perçoit derrière ces jeux de données démographiques une grande souffrance humaine, mais aussi une structure de politiques publiques qui doivent être améliorées. De même, de nouvelles questions sont à poser, plus de risques sont à évaluer, de nouvelles enquêtes sont à développer pour collecter plus de données, de nouvelles formes d’exploitation sont à découvrir, plus de victimes vulnérables et de victimes potentielles sont à protéger, les programmes doivent être évalués pour en juger l’impact, les taxonomies et les méthodes doivent être partagées et unifiées pour pouvoir être comparables et des capacités doivent être créées pour que la coordination des parties prenantes soit performante. L’accent doit être mis sur l’accélération des délais, la conduite de la recherche, le partages des connaissances, la génération de l’innovation et l’augmentation et l’exploitation des ressources.

En collectant et en analysant plus de données, l’Atelier intelligent vise à intégrer l’esclavage moderne au débat public quotidien. L’Atelier intelligent mène actuellement des études dans les domaines suivants : ciblage et couverture de transferts de fonds et de programmes d’assurance sociale gouvernementaux en faveur des victimes de l’esclavage ; taux de mortalité et espérance de vie des victimes de l’esclavage vis-à-vis des groupes naturels et de pseudo-contrôle ; études de la chaîne de valeur pour soutenir les parties prenantes privées par rapport à la conformité, aux processus de qualification des fournisseurs, au suivi, au devoir de diligence et à l’évaluation des risques ; études soutenues par des techniques d’apprentissage machine par rapport à la prévision des points chauds, la détection des vulnérabilités et la prévention de la récidive ; et cartographie des routes et des flux migratoires internationaux principaux en fonction des mouvements des travailleurs à travers les frontières du Brésil, l’accent étant mis sur les réfugiés du Venezuela, du Paraguay, du Pérou et de la Bolivie. Ces études et leurs méthodologies seront examinées dans cette colonne dans les mois à venir.

Il n’existe pas de données parfaites et complètes. Mais un accès à des données fiables et à des informations significatives peut faire la différence dans la promotion de politiques meilleures, en changeant la vie des personnes et en favorisant le développement humain. Il est à espérer que l’initiative de l’Atelier intelligent puisse nous éclairer sur la feuille de route des politiques visant à éradiquer le travail forcé, l’esclavage moderne, la traite des êtres humains et le travail des enfants.

Luis Fabiano de Assis est procureur fédéral, directeur de la recherche et des données au Federal Labour Prosecution Office (FLPO) au Brésil, et professeur en loi et politique à la National School of Public Prosecutors. Il est également le directeur de l’initiative Atelier intelligent.

Cet article a été préparé par Luis Fabiano de Assis, en tant que contribution à Delta 8.7. Comme spécifié dans les Conditions générales d’utilisation de Delta 8.7, les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur(e) et ne reflètent pas nécessairement celles de l’UNU ou de ses partenaires.

Le forum de Delta 8.7
Justice internationale

Les Tendances du travail des enfants et les solutions pour l’avenir

Continuer à lire
Migration et déplacement

La problématique de la traite des êtres humains le long de la route des Balkans

Claire Healy
Continuer à lire
Méthodes statistiques et de mesure

Que savons-nous réellement de la prévalence de la traite des êtres humains ?

Claire Healy
Continuer à lire

Gendered Understandings of Forced Sexual Exploitation

Continuer à lire

Can New US Law Help Increase Financial Recovery and Reintegration of Survivors of Human Trafficking?

Continuer à lire
Étiquettes