Utilisation des connaissances actuelles pour lutter contre l’esclavage moderne

16 août 2018
Innovation en Recherche

Ligia Kiss  | Professeur agrégé à l'École d'Hygiène et de Médecine Tropicale de Londres
Cathy Zimmerman  | Professeur à l'École d'Hygiène et de Médecine Tropicale de Londres

Quels que soient les termes utilisés (esclavage moderne, travail forcé, traite des êtres humaines), il s’agit de problèmes complexe à résoudre. Dans notre première colonne de Delta 8.7, nous souhaitons partager les leçons apprises grâce à notre travail passé sur la violence à caractère sexiste et notre recherche actuelle avec le service du Royaume-Uni pour le fond de développement international. Et nous souhaitons mettre au défi les collègues œuvrant pour atteindre la Cible 8.7 des Objectifs de développement durable.

Nous pensons qu’une grande partie des leçons que nous avons apprises à propos de le mise en œuvre d’une approche de la prévention de la santé publique pour résoudre des problèmes sociaux complexes, tels que la violence à caractère sexiste, peuvent s’appliquer au défi de la lutte contre l’esclavage moderne.

health

Unsplash/Matheus Ferrero

La première leçon est que augmenter significativement le nombre de personnes ayant un emploi plus sûr, plus juste et plus équitable nécessite à la fois d’empêcher que les gens ne se retrouvent dans des conditions d’exploitation et de réduire la prévalence des conditions d’exploitation. Jusqu’à récemment, les investissements visaient essentiellement des actions réactives telles que la poursuite des coupables et l’assistance aux victimes. Toutefois, la tendance semble être à la prévention, avec un nombre croissant de donateurs cherchant une réponse à la question : quels sont les aspects qui fonctionnent pour empêcher l’esclavage moderne ?

La seconde leçon porte sur la nécessité d’identifier les facteurs de risque et de protection liés à l’entrée des personnes dans un emploi basé sur l’exploitation. Au cours de la décennie passée, un travail énorme et de très grande qualité a été fourni pour décrire les nombreuses formes de l’esclavage moderne à travers le monde. Des améliorations substantielles dans les calculs de prévalence ont également eu lieu. Mais quel progrès a été réalisé dans l’identification des « causes modifiables » de l’esclavage moderne ?

En 2015, avec le Freedom Fund, nous avons mené un examen et une analyse documentaires thématiques de plus de 50 documents traitant d’une migration plus sûre et de la lutte contre la traite des êtres humains pour rechercher des preuves sur les facteurs de risque et de protection liés à l’exploitation. Nous n’avons trouvé aucune documentation visant spécifiquement à identifier les déterminants. Parmi les documents traitant des risques d’exploitation, la plupart n’identifient que des influences globales sur lesquelles les individus ont peu de contrôle, telles que le sexe et l’âge. D’autres se concentrent sur des facteurs à grande échelle qui impliquent des changements massifs de politique (par exemple, les secteurs sous-réglementés où la main-d’œuvre est peu qualifiée ou la migration illégale). Aucun ne tente de saisir toute l’étendue des causes « qui fait une différence » dans le phénomène de l’esclavage moderne. Ceci suggère que la recherche de preuves de déterminants doit être une urgence dans la planification de la prévention.

En nous lançant dans l’évaluation SWIFT, nous savions qu’il fallait des preuves plus convaincantes pour mieux guider les interventions. Dans le cadre du travail SWIFT, nous avons commencé à rechercher des preuves pour savoir par exemple quels facteurs de risque les interventions doivent cibler, comment elles doivent cibler ces facteurs au sein de différents groupes et dans quels contextes. En produisant des preuves des interactions existant entre les risques, les protections et les résultats, il est possible de développer des théories du changement bien fondées. Et nous pensons que des théories du changement bien fondées sont l’élément essentiel de la conception et de l’évaluation des interventions.

Comme nous l’avons fait dans notre briefing régional SWIFT, nous nous demandons à quelles questions parmi les questions fondamentales suivantes liées aux interventions nous pouvons répondre en tant que praticiens, législateurs et chercheurs :

  • Quels caractéristiques et contextes exposent les personnes à un plus grand risque d’être exploitées ? Quels aspects les protègent ?
  • Dans quels secteurs les risques d’exploitation sont-ils les plus élevés et les plus faibles ? Pourquoi ?
  • Quels facteurs de causalité ou contextuels sont modifiables, dans quelles circonstances et pour qui ?

Mais même lorsque l’on peut répondre à ces questions, les difficultés rencontrées par les travailleurs à bas salaires pour trouver et conserver un emploi décent demeurent, car il nous reste encore à comprendre les interconnexions existant entre les diverses contraintes liées au travail décent. Il y a peu de chances que l’on découvre une baguette magique qui d’un seul coup éliminerait la traite des êtres humains. Pour réduire les risques que des personnes ne tombent dans l’esclavage et pour promouvoir la sécurité et la santé de ces personnes, les interventions doivent aborder la nature systémique et complexe des déterminants de l’exploitation par le travail.

 Dans notre article récent, Human trafficking and exploitation: A global health concern, dans la section PLOS MEDICINE sur la santé, la traite et l’exploitation, nous avons présenté un cadre conceptuel décrivant les multiples phases de la migration de la main-d’œuvre et les zones potentielles de risque et/ou de protection et avons décrit les traits courants de l’exploitation. Nous avons mis en lumière les risques de préjudice par maltraitance associés à l’exploitation par le travail et aux conditions d’emploi, des heures excessives et des tâches dangereuses sans protection aux conditions d’emploi exorbitantes, au confinement physique et au menaces et à la violence. Les cadres tels que celui que nous avons proposé visent à mieux guider la réflexion sur les domaines ciblés par les interventions et les politiques et font la promotion de la collaboration entre les secteurs.

Ainsi, pour clôturer notre première colonne, nous souhaiterions ouvrir un dialogue et mettre au défi la communauté de praticiens, de chercheurs et de législateurs de Delta 8.7 pour qu’elle considère des avancées théoriques afin de nous aider à nous rapprocher d’orientations plus cohérentes et intégrées en matière de planification et de politique dans le domaine de l’exploitation par le travail. Notre cadre comprend plusieurs exemples de risques (moyens d’existence insuffisants, travail usuraire) liés aux étapes du voyage d’un travailleur migrant, y compris le l’avant-départ, le recrutement, le lieu de travail et le retour. Nous voulons mettre au défi la communauté Delta 8.7 pour qu’elle se penche d’un peu plus près sur chaque domaine d’intervention suggéré dans notre cadre initial (protections sociales, recruteurs et employeurs et pratiques commerciales) et développe des perspectives plus détaillées, espérons-le, en fonction de preuves convaincantes. Nous sommes impatients de lire vos réponses dans le Forum et de discuter réellement de ces problèmes sur Delta 8.7.

Ligia Kiss est professeur agrégé d’épidémiologie sociale à l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres (London School of Hygiene & Tropical Medicine).

Cathy Zimmerman est professeur et membre fondateur du Centre sur la santé et la violence à caractère sexiste (Gender Violence & Health Centre) de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres (London School of Hygiene & Tropical Medicine).

Cet article a été préparé par Ligia Kiss et Cathy Zimmerman, en tant que contribution à Delta 8.7. Comme spécifié dans les Conditions générales d’utilisation de Delta 8.7, les opinions exprimées dans cet article sont celles des auteures et ne reflètent pas nécessairement celles de l’UNU ou de ses partenaires.

Le forum de Delta 8.7
Justice internationale

Les Tendances du travail des enfants et les solutions pour l’avenir

Gabriella Breglia, Furio Rosati
Continuer à lire
Méthodes statistiques et de mesure

Que savons-nous réellement de la prévalence de la traite des êtres humains ?

Claire Healy
Continuer à lire
Justice internationale

Comment stimuler la responsabilité des entreprises grâce aux lois sur l’esclavage moderne

Genevieve LeBaron
Continuer à lire
Aide au développement

Symposium: A Multidisciplinary Model Toward Preventing and Eradicating Child Labour in the Agricultural Sector

Continuer à lire
Économie, réglementation des entreprises et chaîne d'approvisionnement

Symposium: Uncovering and Eradicating Child Labour in Hidden Supply Chains

Continuer à lire
Étiquettes