Les données : la plus précieuse des ressources mondiales pour lutter contre le travail des enfants

20 septembre 2018
Innovation en Recherche

Federico Blanco Allais  | Statisticien Senior- Service des principes et droits fondamentaux au travail, OIT

Au cours des deux dernières décennies, le monde a assisté à une considérable augmentation de la disponibilité des données concernant le travail des enfants. Les Estimations mondiales du travail des enfants entre 2012 et 2016 réalisées par l’Organisation internationale du travail (OIT) se basent sur des ensembles de données provenant de 105 pays et concernent 1,1 milliard d’enfants âgés de 5 à 17 ans. Les premières estimations mondiales, réalisées en 2000, se basaient sur des ensembles de données provenant seulement de 29 pays.

Au cours de la même période, une importante réduction du nombre d’individus âgés de 5 à 17 ans impliqués dans le travail des enfants a eu lieu. Celui-ci est passé de 246 millions en 2000 à 152 millions en 2016. Les données ont permis à la communauté mondiale de mieux comprendre la réalité des millions d’enfants astreints à travailler, notamment le cadre spécifique de leur travail, les caractéristiques des tâches effectuées, les industries et fonctions qui les utilisent, ainsi que le lieu où ils résident. Fait tout aussi important, de meilleures données fournissent une compréhension plus vaste de la raison pour laquelle les enfants travaillent et des répercussions très négatives du travail des enfants sur leur santé et leur sécurité, ainsi que sur leur capacité à aller à l’école et à en bénéficier. Cette meilleure compréhension a aiguillé des politiques conçues pour éradiquer le travail des enfants et a permis aux pays d’agir plus rapidement et plus efficacement dans l’implémentation de telles politiques.


Des écoliers jouant sur la route. Unsplash/Himesh Kumar Behera

D’un point de vue historique, les organismes des Nations Unies ont joué un rôle décisif dans le renforcement de la collecte de données représentatives sur le plan national concernant le travail des enfants. Les efforts mis en place par le Programme d’information statistique et de suivi sur le travail des enfants de l’OIT contenant des enquêtes spécialisées sur le travail des enfants et le module de l’UNICEF inclus dans les enquêtes en grappes à indicateurs multiples sont de précieuses sources d’informations. Le module sur le travail des enfants de l’USAID contenu dans les enquêtes démographiques et de santé constitue également une importante source de données.

Les gouvernements nationaux ont progressivement intégré le travail des enfants à leurs programmes statistiques. De nos jours, ils représentent le plus important moteur de la collecte de données à ce sujet. Par exemple, de nombreux états incluent désormais les questions du travail des enfants à leurs enquêtes concernant la main-d’œuvre actuelle ainsi que dans leurs enquêtes à usages multiples sur les ménages. Celles-ci représentent le processus à suivre, car elles garantissent la durabilité, la propriété et de plus larges échantillons que les enquêtes autonomes sur le travail des enfants financées par des sources externes.

Parmi les enquêtes des 105 pays compris dans les Estimations mondiales du travail des enfants entre 2012 et 2016, plus de 50 pour cent ont été entièrement financées par les pays eux-mêmes. Les pays n’ont jamais été plus conscients qu’aujourd’hui que toutes les formes de travail des enfants doivent être éliminées d’ici 2025 (comme exposé dans l’objectif 8.7 des Objectifs de développement durable). Les politiques doivent être aiguillées par des mesures rigoureuses et des évaluations régulières des tendances du travail des enfants. Des budgets nationaux doivent être octroyés dans le cadre de ces activités.

Les données ont permis à la communauté mondiale de mieux comprendre la réalité des millions d’enfants astreints à travailler, notamment le cadre spécifique de leur travail, les caractéristiques des tâches effectuées, les industries et fonctions qui les utilisent, ainsi que le lieu où ils résident.

Néanmoins, les défis concernant la collecte de données sur le travail des enfants persistent, particulièrement dans les pays touchés par un conflit armé ou des catastrophes naturelles. Les conflits exacerbent d’autant plus la vulnérabilité de certaines des formes les plus extrêmes d’exploitation par le travail. Ces situations sont précisément celles qui empêchent les données de circuler. Des efforts méthodiques sont nécessaires afin de collecter des informations et d’apporter de l’aide aux enfants et aux familles touchés par un conflit armé ou des catastrophes naturelles. De plus, les enquêtes sur les ménages de pays accueillant des populations déplacées doivent radicalement améliorer la couverture et la visibilité des enfants réfugiés et de leurs familles. Trop souvent, les méthodologies existantes excluent les camps de réfugiés, faisant disparaître du tableau l’une des populations les plus vulnérables au travail des enfants. Exception notable, l’Enquête nationale sur le travail des enfants en Jordanie datant de 2016 définissant les camps de réfugiés comme un domaine statistique au sein de sa stratégie d’échantillonnage.

La collecte d’informations statistiques concernant les pires formes du travail des enfants, au-delà de la dangerosité du travail, représente un autre défi. L’esclavage ou les pratiques similaires à l’esclavage, à la servitude pour dettes, aux enfants au sein d’un conflit armé, à l’exploitation sexuelle commerciale des enfants telle que la pornographie, aux activités illégales telles que la production et le trafic de drogue, à la mendicité, ainsi que d’autres activités représentant les pires formes du travail des enfants peuvent ne pas être reflétées dans les méthodes conventionnelles d’enquêtes auprès des ménages. Des méthodologies innovantes d’enquête avec stratégies spécifiques d’échantillonnage sont nécessaires afin de mesurer ce que les termes statistiques nomment les « populations difficiles à atteindre ». L’OIT a réalisé d’importants progrès méthodologiques dans ces domaines, tels qu’un guide de l’échantillonnage des populations difficiles à atteindre mettant l’accent sur le travail des enfants.

Enfin, alors que les données nationales sur le travail des enfants se sont grandement développées, un travail supplémentaire est nécessaire afin de promouvoir l’utilisation de ces données par les chercheurs et les législateurs. Dans cette optique, l’OIT a mis en ligne un grand nombre d’ensembles de données nationales sur son site Web mondial. Les parties concernées peuvent ainsi y accéder facilement.

Un enfant qui travaille représente un échec pour l’humanité. Les conséquences du travail des enfants sont durables et empêchent nos sociétés et nos enfants d’atteindre leur plein potentiel. Actuellement, 152 millions d’enfants sont toujours astreints au travail : 73 millions dans un travail dangereux, 4,2 millions dans un travail forcé, ainsi qu’un nombre indéterminé parmi d’autres pires formes du travail des enfants. Grâce à tous nos efforts, nous devons réaffirmer les données constituent l’une des ressources les plus précieuses permettant de mettre fin (définitivement) au travail des enfants.

Federico Blanco Allais est statisticien senior dans la section Principes et droits fondamentaux au travail de l’OIT.

Cet article a été préparé par Federico Blanco Allais, en tant que contribution à Delta 8.7. Comme spécifié dans les Conditions générales d’utilisation de Delta 8.7, les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de l’UNU ou de ses partenaires.

Le forum de Delta 8.7

What’s Happening at UNGA 74?

Otilia Enica
Continuer à lire
Méthodes statistiques et de mesure

Que savons-nous réellement de la prévalence de la traite des êtres humains ?

Claire Healy
Continuer à lire
Justice internationale

Comment stimuler la responsabilité des entreprises grâce aux lois sur l’esclavage moderne

Genevieve LeBaron
Continuer à lire
Aide aux rescapés et aux victimes

Mettre en place une prise de décision partagée pour les rescapés de la traite des enfants

Continuer à lire

What’s Happening at UNGA 74?

Otilia Enica
Continuer à lire
Économie, réglementation des entreprises et chaîne d'approvisionnement

Corporate Social Responsibility and the Failure to End Labour Exploitation

Genevieve LeBaron
Continuer à lire
Méthodes statistiques et de mesure

The Social, Spatial and Temporal Systems Behind Human Trafficking

Continuer à lire

Modern Slavery Data Stories

Emily Cholette
Continuer à lire
Étiquettes