Pourquoi nous avons besoin d’un modèle de financement mondial pour combattre l’esclavage moderne

6 septembre 2018
Innovation en Recherche

L’esclavage moderne est un crime né d’une opportunité économique qui est présent dans chaque pays. Il est en partie alimenté par une offre de populations vulnérables et une demande de produits et services bon marché. Avec plus de 25 millions de personnes réduites à l’esclavage dans le monde (d’après the Global Estimates, 40,3 millions de personnes sont réduites à l’esclavage dans le monde et 15,3 millions d’entre elles sont soumises à des mariages forcés), l’esclavage moderne est plus que jamais le point de rencontre des grandes tendances mondiales telles que la migration, le crime organisé, l’immigration clandestine, la sécurité nationale et les opérations commerciales internationales.


Personnes marchant au crépescule. Unsplash/Jehyun Sung

La lutte contre l’esclavage moderne promet d’importantes répercussions : si l’esclavage disparaissait des chaînes d’approvisionnement, le marché serait plus équitable ; si les enfants n’étaient plus contraints de travailler, ils passeraient plus de temps sur les bancs de l’école, contribuant ainsi sur le long terme à l’économie formelle ; et si les personnes n’étaient plus traitées comme des biens commerciaux, les migrations pourraient se dérouler en toute sécurité.

Malgré les conséquences positives que suppose l’éradication de l’esclavage moderne, les efforts déployés jusqu’ici restent fragmentés, non coordonnés et manquent cruellement de ressources. Pour toutes ces raisons, ils permettent difficilement de faire face à l’ampleur, la rentabilité et la complexité du problème. D’après les dernières estimations, jusqu’à 400 millions de dollars d’aide au développement sont alloués chaque année à la lutte contre l’esclavage moderne. Cette somme ne peut tristement pas rivaliser avec les profits des organisations criminelles qui dépassent les 150 milliards de dollars chaque année via ce trafic.

La présence indéniable de ces défis et le besoin d’une action internationale ont fourni l’élan nécessaire à la création du Fonds mondial pour mettre fin à l’esclavage moderne (GFEMS), un partenariat international public et privé conçu pour développer une stratégie mondiale cohérente afin de coordonner les efforts de lutte contre l’esclavage au sein des différents secteurs, industries, et pays. Cette stratégie a été conçue pour mettre fin à l’esclavage moderne en éliminant sa rentabilité économique via un cadre d’action, qui inclut notamment les mesures suivantes :

  • Augmenter les ressources : élever le financement et l’engagement mondial à la hauteur du défi requiert des partenariats et investissements de la part du secteur privé et public.
  • Impliquer les états : faciliter la prise de participation de l’état dans les stratégies anti-esclavage via des plans d’action budgétisés, co-financés et en co-propriété qui s’alignent sur les principaux objectifs gouvernementaux.
  • Impliquer le secteur privé : identifier et promouvoir les efforts proactifs dans un secteur d’affaires afin de créer des solutions de lutte contre l’esclavage basées sur le marché.
  • Financer des programmes et technologies de transformation : déployer des efforts de financement qui doivent avoir des répercussions claires et importantes sur la prévalence.
  • Assurer une évaluation robuste de l’impact : développer et déployer des activités rentables pour mesurer la réduction de la prévalence au sein de l’industrie et de la communauté ainsi que le retour sur investissement.

À partir de ce cadre, GFEMS catalysera les réductions de prévalence de l’esclavage moderne en finançant des organisations qui se concentrent sur trois domaines clés pour réaliser notre théorie du changement :

  • État de droit effectif : augmenter le coût de l’esclavage en supprimant l’impunité via une criminalisation et des sanctions judiciaires effectives condamnant toutes formes de trafic.
  • Investissements commerciaux : amener les entreprises à créer et à capturer de la valeur de manière proactive en éliminant le travail forcé des chaînes d’approvisionnement à l’échelle locale, nationale et internationale.
  • Liberté durable : se rapprocher des populations vulnérables et garantir la liberté des survivants via leur rétablissement, leur réintégration et une opportunité économique.

Comme la communauté Alliance 8.7 le sait bien, il est difficile de réaliser l’un de ces objectifs sans des preuves et des données fiables, ce qui constitue depuis toujours une tâche longue et coûteuse. Dans le but d’identifier les modèles et stratégies les plus percutants afin de les reconduire et de les adapter, GFEMS investira dans des outils, technologies et approches innovants et rentables pour atteindre et mesurer la réduction de la prévalence ainsi que le retour sur investissement. GFEMS a déjà commencé à piloter de nouvelles méthodologies dans plusieurs pays. Celles-ci seront abordées dans les prochaines chroniques.

Notre méthode de mesure de la prévalence évoquera trois questions, qui seront élucidées grâce à une collaboration étendue garantissant l’incorporation des informations aux futurs modèles d’intervention :

  • Quelle est la prévalence de base au sein d’une communauté ou d’une industrie cible, et quelle est la réduction de cette prévalence avec le temps ?
  • Quels sont les principaux vecteurs de prévalence et quelles sont les approches les plus efficaces contre ces vecteurs ?
  • Quelles stratégies et programmes proposent la meilleur rapport valeur/prix ?

GFEMS s’engage à transmettre en général, de façon directe ou indirecte, toute donnée et information pertinente à ce sujet qui aiderait l’ensemble des intervenants.

Nous avons constater des marques d’intérêt à l’égard de l’approche du Fonds mondial pour mettre fin à l’esclavage moderne via de précoces contributions de donateurs et engagements de partenaires. Durant les six derniers mois, GFEMS a obtenu une contribution initiale de 25 millions de dollars des États-Unis et une somme identique du Royaume-Uni, de même qu’une promesse de versement de 25 millions de dollars de la part d’un donateur privé. Tel qu’en témoigne notre collaboration continue avec des groupes comme Marriott International, notre objectif est de garantir que la stratégie GFEMS convainque les gouvernements, la société civile et le secteur des affaires sans distinction.

Cette volonté de s’associer est des plus encourageantes. GFEMS construit de nouveaux partenariats et tire parti des initiatives existantes pour développer une stratégie mondiale cohérente et promouvoir la collaboration à l’international et parmi les différents secteurs, afin d’éliminer la rentabilité économique de l’esclavage moderne. Parmi les moteurs de cette lutte, figurent les nouvelles solutions de partage des connaissances et des apprentissages, telles que Delta 8.7. Nous sommes impatients d’apporter notre contribution à cette plateforme et aux dialogues qu’elle ouvre.

Le Fonds mondial pour mettre fin à l’esclavage moderne est un partenariat public et privé qui cherche à catalyser et coordonner une stratégie mondiale cohérente pour éradiquer l’esclavage moderne en éliminant sa rentabilité économique. La stratégie GFEMS consiste à augmenter les ressources, impliquer les états et le secteur privé, financer des programmes et technologies de transformation et garantir une évaluation robuste de l’impact parmi tous les partenaires et programmes.

Cet article a été préparé par le Fonds mondial pour mettre fin à l’esclavage moderne, en tant que contribution à Delta 8.7. Comme spécifié dans les Conditions générales d’utilisation de Delta 8.7, les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur(e) et ne reflètent pas nécessairement celles de l’UNU ou de ses partenaires.

Le forum de Delta 8.7
Conflits et crises humanitaires

The Impact of COVID-19 on Modern Slavery

James Cockayne
Continuer à lire
Méthodes statistiques et de mesure

Symposium: Effective Measurements for Change

Continuer à lire
Économie, réglementation des entreprises et chaîne d'approvisionnement

Strengthening Evidence to Tackle Labour Exploitation and Human Trafficking

Hannah Thinyane
Continuer à lire
Conflits et crises humanitaires

The Impact of COVID-19 on Modern Slavery

James Cockayne
Continuer à lire
Aide aux rescapés et aux victimes

The Trafficking of Girls and Young Women: Identifying Gender-specific Vulnerabilities in Nepal, Nigeria and Uganda

Continuer à lire
Étiquettes