Comprendre l’exploitation sexuelle commerciale des enfants au Népal

23 octobre 2018

Yuki Lo  | Responsable de la recherche et de l'évaluation chez Freedom Fund
Christopher Zoia  | Communications Manager, Freedom Fund

Le nombre choquant d’un million d’enfants dans le monde sont exploités par l’industrie sexuelle commerciale. Au Népal, le secteur du divertissement pour adultes est reconnu comme un environnement à haut risque pour les jeunes filles là où nous savons que l’exploitation sexuelle a lieu. Nous estimons que la majorité des 13 000 femmes de ce secteur commencent à travailler alors qu’elles sont âgées de moins de 18 ans. Le secteur du divertissement pour adultes à Katmandou est composé de réseaux complexes de lieux comprenant des restaurants, des salons de massage, des bars dansants et des maisons d’hôte. Nombre de ces endroits sont devenus un moyen de dissimulation du sexe commercial. Y travailler peut entraîner les jeunes filles dans une immersion graduelle et forcée au sein de l’industrie du sexe.

Même si l’exploitation commerciale des enfants au Népal est généralisée, il s’agit d’un crime en grande partie caché, car les mineures apprennent à mentir sur leur âge lorsque la police ou des travailleurs sociaux les questionnent. Il est donc très difficile d’effectuer des mesures précises. Au Freedom Fund, nous donnons une grande importance à la recherche permettant de pister la manière dont le secteur du divertissement pour adultes évolue, ainsi qu’à la compréhension des diverses exploitations subies par les enfants et à leur impact sur leur santé physique et mentale. Pour cela, nous avons récemment commandé deux rapports concernant ce problème : le premier identifie les services et systèmes nécessaires pour que les jeunes filles quittent le secteur du divertissement pour adultes rapidement, en toute sécurité et de manière définitive. Le second rapport étudie l’attitude des propriétaires, des clients et des gestionnaires des différents emplacements où l’exploitation a lieu. Les découvertes relatives à cette recherche nous ont permis de clarifier un crime qui était jusqu’à présent peu compris.

Les vitrines autour du quartier commercial Thamel de Katmandou où les lieux de divertissements pour adultes sont courants. Freedom Fund/Orla Jackson

Mesurer et collecter des indications concernant l’exploitation sexuelle commerciale des enfants implique de nombreux compromis méthodologiques. Les enfants travaillant dans ce secteur sont difficiles à trouver, et les victimes affrontent souvent une stigmatisation sociale ou ont peur des représailles de leurs employeurs. D’après l’expérience de Freedom Fund, une stratégie d’échantillonnage bien conçue et des protocoles concernant l’éthique, le recrutement et la recherche sont nécessaires mais insuffisants. La qualité de ce type de recherche dépend de chercheurs de terrain sensibles, empathiques et bien entraînés pouvant cultiver l’accès à des réseaux illicites et des individus marginalisés. Ils doivent donc, entre autres, gagner la confiance des gardiens, tels que les propriétaires et gestionnaires des lieux, ainsi que celle des enfants eux-mêmes.

Dans notre premier rapport, Les voies à suivre pour extraire les enfants de l’exploitation sexuelle commerciale à Katmandou, les participantes ont été identifiées via des personnes référées provenant d’organisations communautaires soutenues par le Freedom Fund. L’objectif était de couvrir un échantillon varié de participantes, dont celles ayant subi des cas extrêmes d’exploitation. Les entretiens ont été effectués dans un lieu privé au sein du centre d’accueil du partenaire correspondant, à un moment opportun pour la participante. Toutes les données d’identification ont été codées afin de mieux protéger leur anonymat. Au total, 87 réponses ont été apportées par des femmes ayant commencé à travailler dans le secteur alors qu’elles étaient enfants. Sur les 87 jeunes femmes interrogées, 62 se sont extraites du secteur et 25 y travaillent encore.

La recherche a été approuvée par le Nepal Health Research Council et le Comité d’éthique de la recherche humaine de l’Université Griffith. Une lettre d’autorisation a également été envoyée par le Central Child Welfare Board, décrivant les conditions et protocoles à suivre par l’équipe de recherche. Toutes les personnes faisant passer les entretiens étaient des Népalaises avec une expérience préalable auprès de jeunes filles et de jeunes garçons pour les extraire en toute sécurité de cas d’abus sexuels. Ces entretiens duraient généralement entre deux et trois heures, permettant aux personnes les faisant passer de créer un réel lien individuel avec chaque participante, afin d’approfondir notre compréhension de l’exploitation sexuelle commerciale des enfants, les parcours les ayant menés dans des situations dangereuses et la manière dont nous pouvons les soutenir afin qu’ils s’en sortent en toute sécurité. Les participantes ont décrit les divers mécanismes de coercition et ont fait part de leur propre expérience vis-à-vis des différentes formes d’exploitation. Parmi les 87 personnes interrogées, 66 % ont déclaré être harcelées mentalement et sexuellement par les clients, et 27 % ont signalé prendre part à des activités sexuellement explicites. Les travailleuses du secteur du divertissement pour adultes trouvent qu’il est difficile d’accéder à des services de soutien, car elles font face à des restrictions relatives aux endroits où elles peuvent se rendre en dehors de leurs heures de travail.

Mesurer et collecter des indications concernant l’exploitation sexuelle commerciale des enfants implique de nombreux compromis méthodologiques.

Les participantes s’étant extraites de l’industrie ont remarqué qu’un travail bien payé est rare en dehors du secteur du divertissement pour adultes, rendant l’extraction plus compliquée. Toutes les participantes ayant quitté le secteur ont indiqué que les services de soutien doivent se concentrer à la fois sur la mise en place de compétences économiques et sur la restauration de la santé émotionnelle.

Dans notre second rapport, Les mineurs au sein du secteur du divertissement pour adultes de Katmandou : d’où vient la demande ?, nos chercheurs ont affronté des défis similaires lors de l’étude d’individus employant ou utilisant les services d’enfants. Ils ont effectué des entretiens en profondeur pour impliquer directement les participants dans une conversation afin d’obtenir des témoignages nuancés, authentiques et sans jugement. Les participants ont été informés qu’ils pouvaient se retirer de l’étude quand ils le souhaitent. Il leur a également été assuré que leur identité ne serait pas divulguée à quiconque ne faisant pas partie de l’équipe de recherche principale. Les longs entretiens ont révélé des informations surprenantes. Alors que les participants étaient majoritairement d’accord pour affirmer que les relations sexuelles avec des enfants sont moralement répréhensibles, ils ont attribué la faute de l’exploitation sexuelle des enfants à d’autres. Ils ont inventé des histoires pour justifier l’utilisation des mineurs au sein du secteur, à l’aide de facteurs culturels rendant la sexualisation des jeunes filles acceptable. Ceux utilisant les services des enfants sont capables de normaliser leur comportement et de prendre de la distance avec les dangereuses implications de leurs actions.

Cette recherche peut nous aider à formuler des politiques plus ciblées et à programmer des interventions. En comprenant les différentes manières dont les enfants sont contraints et exploités, nous pouvons aider les survivants à s’extraire définitivement et en toute sécurité du secteur. De la même manière, notre recherche a démontré que les récits qui normalisent, justifient et excusent l’exploitation sexuelle des enfants doivent être contestés.

Yuki Lo est responsable de la recherche et de l’évaluation chez Freedom Fund.

Chris Zoia est responsable de la communication de Freedom Fund.

Cet article a été préparé par Yuki Lo et Chris Zoia en tant que contributeurs à Delta 8.7. Comme spécifié dans les Conditions générales d’utilisation de Delta 8.7, les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur(e) et ne reflètent pas nécessairement celles de l’UNU ou de ses partenaires.

Le forum de Delta 8.7
Justice internationale

Les Tendances du travail des enfants et les solutions pour l’avenir

Gabriella Breglia, Furio Rosati
Continuer à lire
Méthodes statistiques et de mesure

Que savons-nous réellement de la prévalence de la traite des êtres humains ?

Claire Healy
Continuer à lire
Justice internationale

Comment stimuler la responsabilité des entreprises grâce aux lois sur l’esclavage moderne

Genevieve LeBaron
Continuer à lire
Aide au développement

Symposium: A Multidisciplinary Model Toward Preventing and Eradicating Child Labour in the Agricultural Sector

Continuer à lire
Économie, réglementation des entreprises et chaîne d'approvisionnement

Symposium: Uncovering and Eradicating Child Labour in Hidden Supply Chains

Continuer à lire
Étiquettes