Data Dashboards

Belgium
Measurement
Measuring the Change

using prevalence data providing the widest temporal coverage of the most complete and comparable measures available by ICLS standards.

Due to lack of nationally representative data, there is no change to report.

%
Best Target 8.7 Data: Human Trafficking

The data visualization displays the number of identified victims of human trafficking per year in Belgium. Detailed information is provided in the Measurement tab (above).

Data Availability
  • Child labour: No ILO/UNICEF data
  • Human trafficking: Case data available
Context
Human Development

Human Development Index Score: 0.919 (2018)

Mean School Years: 11.8 years (2018)

 

Labour Indicators

Vulnerable Employment: 10.2% (2018)

Working Poverty Rate: No data available

Government Efforts
International Aid Commitments

Total Development Assistance to Anti-Slavery (2000-2013):

24,460,130 USD

Key Ratifications
  • ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029: Ratified 2019
  • ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182: Ratified 2002
  • UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol): Ratified 2004
Social Protection Coverage

General (at least one): 100% (2016)

Unemployed: 100% (2014)

Pension: 100% (2014)

Vulnerable: 100% (2016)

Children: 100% (2016)

Disabled: 100% (2016)

Poor: 100% (2016)

Measurement of child labour prevalence has evolved considerably over the past two decades. Estimates of child labour incidence are more robust and exist for more countries than any other form of exploitation falling under SDG Target 8.7.

Youth employment in Belgium is permitted only to those ages 15 and up, and is regulated by the Labour Act of 1971. There is no data available on child labour in Belgium, most likely due to relatively low incidence.

Visit the How to Measure the Change page for information on ILO-SIMPOC methods and guidelines for defining, measuring and collecting data on child labour.

The challenges in estimating human trafficking are similar to those of estimating forced labour, though recent innovations in estimation have begun to produce prevalence estimates in developed countries.

Identified Victims of Human Trafficking (Source: GRETA)

According to the European Commission, Belgium is mainly a transit and destination country for men, women and children trafficked for the purposes of economic and sexual exploitation. Trafficking for the purpose of sexual exploitation affects mostly nationals of Nigeria, Thailand and Eastern European countries. It involves organized networks as well as individual exploiters. Trafficking for the purpose of economic exploitation occurs in various economic sectors, such as agriculture and horticulture, construction, restaurants and cafés, cleaning industry, carwash, night- and phone shops, horse riding schools, and domestic work.

The graph on the right shows the number of identified victims of human trafficking per year in Belgium, as reported by Belgian authorities to the Group of Experts on Action against Trafficking in Human Beings (GRETA).

Key aspects of human development, such as poverty and lack of education, are found to be associated with risk of exploitation. Policies that address these issues may indirectly contribute to getting us closer to achieving Target 8.7.

 

Human Development Index (Source: UNDP)

The Human Development Index (HDI) is a summary measure of achievements in three key dimensions of human development: (1) a long and healthy life; (2) access to knowledge; and (3) a decent standard of living. Human development can factor into issues of severe labour exploitation in multiple ways.

The chart displays information on human development in Belgium between 1990 and 2018. Only certain sample years have data disaggregated by sex. 

The most recent year of the HDI, 2018, shows that the average human development score in Belgium, is 0.919. This score indicates that human development is very high. 

 

HDI Education Index (Source: UNDP)

Lack of education and illiteracy are key factors that make both children and adults more vulnerable to exploitive labour conditions.

As the seminal ILO report Profits and Poverty explains:

“Adults with low education levels and children whose parents are not educated are at higher risk of forced labour. Low education levels and illiteracy reduce employment options for workers and often force them to accept work under poor conditions. Furthermore, individuals who can read contracts may be in a better position to recognize situations that could lead to exploitation and coercion.”

The bars on the chart represent the Education Index score and the line traces the mean years of education in Belgium over time.

 

Decent work, a major component of SDG 8 overall, has clear implications on the forms of exploitation within Target 8.7. Identifying shortcomings in the availability of equitable, safe and stable employment can be a step in the right direction towards achieving Target 8.7.

HDI Vulnerable Employment (Source: UNDP)

There are reasons to believe that certain types of labour and labour arrangements are more likely to lead to labour exploitation. According to the ILO:

“Own-account workers and contributing family workers have a lower likelihood of having formal work arrangements, and are therefore more likely to lack elements associated with decent employment, such as adequate social security and a voice at work. The two statuses are summed to create a classification of ‘vulnerable employment’, while wage and salaried workers together with employers constitute ‘non-vulnerable employment’.”

Between 1991 and 2018, Belgium showed a decrease in the proportion of workers in vulnerable employment as compared to those in secure employment.

 

Labour Productivity (Source: ILO)

Labour productivity is an important economic indicator that is closely linked to economic growth, competitiveness, and living standards within an economy.” However, when increased labour output does not produce rising wages, this can point to increasing inequality. As indicated by a recent ILO report (2015), there is a “growing disconnect between wages and productivity growth, in both developed and emerging economies”. The lack of decent work available increases vulnerability to situations of labour exploitation. 

Labour productivity represents the total volume of output (measured in terms of Gross Domestic Product, GDP) produced per unit of labour (measured in terms of the number of employed persons) during a given period.

 

Rates of Non-fatal Occupational Injuries (Source: ILO)

Occupational injury and fatality data can also be crucial in prevention and response efforts. 

As the ILO explains:

“Data on occupational injuries are essential for planning preventive measures. For instance, workers in occupations and activities of highest risk can be targeted more effectively for inspection visits, development of regulations and procedures, and also for safety campaigns.”

There are serious gaps in existing data coverage, particularly among groups that may be highly vulnerable to labour exploitation. For example, few countries provide information on injuries disaggregated between migrant and non-migrant workers.

 

Rates of Fatal Occupational Injuries (Source: ILO)

Data on occupational health and safety may reveal conditions of exploitation, even if exploitation may lead to under-reporting of workplace injuries and safety breaches. At present, the ILO collects data on occupational injuries, both fatal and non-fatal, disaggregating by sex and migrant status.

Research to date suggests that a major factor in vulnerability to labour exploitation is broader social vulnerability, marginalization or exclusion.

Groups Highly Vulnerable to Exploitation (Source: UNHCR)

Creating effective policy to prevent and protect individuals from forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour means making sure that all parts of the population are covered, particularly the most vulnerable groups, including migrants.

According to the 2016 Global Estimates of Modern Slavery: “Almost one of every four victims of forced labour were exploited outside their country of residence, which points to the high degree of risk associated with migration in the modern world, particularly for migrant women and children. “

As IOM explains: “Although most migration is voluntary and has a largely positive impact on individuals and societies, migration, particularly irregular migration, can increase vulnerability to human trafficking and exploitation.” UNODC similarly notes that: “The vulnerability to being trafficked is greater among refugees and migrants in large movements, as recognized by Member States in the New York declaration for refugees and migrants of September 2016.”

The chart displays UNHCR’s estimates of persons of concern in Belgium.

Underdevelopment influences and is influenced by Target 8.7 forms of exploitation. This suggests an important role for development assistance and programming in addressing these issues.

Yearly ODA Commitments to Anti-Slavery (Data Source: UNU-CPR)

A recent report released by UNU-CPR attempts to size ODA contributions that focus on tackling SDG 8.7 forms of exploitation. Belgium committed 24,460,130 USD between 2000 and 2013 on anti-slavery programming. Annual commitments fluctuate, though it is important to note that commitments at any point in time may be dispersed over the course of several years. The chart also depicts the percentage of Belgium’s GNI contributed to ODA. It should also be noted that this count does not include non-ODA assistance, domestic expenditure, or the growing flows of charitable giving directed at these concerns. The data source provides information up to 2013.

More current data may show a significant increase in spending on this programming, especially after the adoption of the 2030 Agenda for Sustainable Development in 2015 and the Call to Action in 2017.

ODA Commitments by Form of Exploitation (Data Source: UNU-CPR)

Disaggregating ODA commitments by forms of exploitation using terms listed in each project description can provide a sense of the way aid is being spent on the various issues.

The graph shows that ODA commitments to Target 8.7 issues by Belgium between 2000 and 2013 were diverse. Spending was primarily directed towards combatting forced labour. In 2005, there was a spike in spending geared towards child labour. Programming to combat child soldiering has also received some attention.

Achieving SDG Target 8.7 will require national governments to take direct action against the forms of exploitation through policy implementation.

Official Definitions
Travail de l’enfant

Code penal

Art. 134. Le travail de l’enfant sortant du cadre de son éducation ou de sa formation
Est puni d’une sanction de niveau 4, toute personne, son préposé ou son mandataire qui, en contravention à la loi du 16 mars 1971 sur le travail, a fait ou laissé effectuer ou exercer par un enfant du travail ou des activités sortant du cadre de son éducation ou de sa formation pour lesquelles aucune dérogation n’est admise.
L’amende est multipliée par le nombre d’enfants concernés.
Le juge peut en outre prononcer les peines prévues aux articles 106 et 107.

Traite des êtres humains

Code penal

“Art. 433quinquies § 1er. Constitue l’infraction de traite des êtres humains le fait de recruter, de transporter, de transférer, d’héberger, d’accueillir une personne, de prendre ou de transférer le contrôle exercé sur elle:

1° à des fins d’exploitation de la prostitution ou d’autres formes d’exploitation sexuelle;
2° à des fins d’exploitation de la mendicité;
3° à des fins de travail ou de services, dans des conditions contraires à la dignité humaine;
4° à des fins de prélèvement d’organes en violation de la loi du 13 juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d’organes, ou de matériel corporel humain en violation de la loi du 19 décembre 2008 relative à l’obtention et à l’utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique;
5° ou afin de faire commettre par cette personne un crime ou un délit, contre son gré.
Sauf dans le cas visé au 5, le consentement de la personne visée à l’alinéa 1er à l’exploitation envisagée ou effective est indifférent.

§ 2. L’infraction prévue au § 1er sera punie d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de cinq cents euros à cinquante mille euros.
§ 3. La tentative de commettre l’infraction visée au § 1er sera punie d’un emprisonnement d’un an à trois ans et d’une amende de cent euros à dix mille euros.
§ 4. L’amende sera appliquée autant de fois quil y a de victimes.”

International Commitments
International Ratifications

ILO Forced Labour Convention, C029, Ratification 1944

ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029, Ratification 2019

ILO Abolition of Forced Labour Convention, C105, Ratification 1961

ILO Minimum Age Convention, C138, Ratification 1988 (Minimum age specified: 15 years)

ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182, Ratification 2002

Slavery Convention 1926 and amended by the Protocol of 1953, Definitive signature 1962

UN Supplementary Convention on the Abolition of Slavery, Ratification 1962

UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol), Ratification 2004

UN Convention on the Rights of the Child, Ratification 1991

UN Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child: Involvement of Children in Armed Conflict, Ratification 2002

UN Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child: Sale of Children, Child Prostitution and Child Pornography, Ratification 2006

National Action Plans, National Strategies

Plan d’Action National de Lutte contre la Traite des Etres Humains, 2015-2019

Plan d’action national Entreprises et Droits de l’Homme, 2017

UN Special Procedures

Report of the Special Rapporteur on contemporary forms of slavery, including its causes and consequences, Urmila Bhoola Addendum Mission to Belgium, 2015

Report of the Special Rapporteur on the sale of children, child prostitution and child pornography, Ms. Ofelia Calcetas-Santos Addendum Report on the mission of the Special Rapporteur to Belgium and the Netherlands on the issue of commercial sexual exploitation of children, 1999

 

Governments can take action to assist victims and to prevent and end the  perpetration of forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour. These actions should be considered in wider societal efforts to reduce prevalence and move towards eradication of these forms of exploitation.

Programs and Agencies for Victim Support

Policies for Assistance
Assistance, Human Trafficking

Loi du 15 décembre 1980 sur l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers

Art. 61/2. § 1er. Lorsque les services de police ou d’inspection disposent d’indices qu’un étranger est victime de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou victime, dans les circonstances visées à l’article 77quater, 1°, en ce qui concerne uniquement les mineurs non accompagnés, à 5°, de l’infraction au sens de l’article 77bis, ils en informent immédiatement le ministre ou son délégué et ils informent l’étranger de la possibilité d’obtenir un titre de séjour en coopérant avec les autorités compétentes chargées de l’enquête ou des poursuites concernant ces infractions et le mettent en contact avec un centre reconnu par les autorités compétentes, spécialisé dans l’accueil des victimes de ces infractions.

§ 2. Le ministre ou son délégué délivre, à l’étranger visé au § 1er, qui ne dispose pas d’un titre de séjour et qui est accompagné par un centre spécialisé dans l’accueil des victimes, reconnu par les autorités compétentes, un ordre de quitter le territoire avec un délai de 45 jours afin de lui donner la possibilité d’introduire une plainte ou de faire des déclarations concernant les personnes ou les réseaux qui se seraient rendus coupables de l’infraction visée à l’article 433 quinquies du Code pénal ou, dans les circonstances visées à l’article 77quater, 1°, en ce qui concerne uniquement les mineurs non accompagnés, à 5°, de l’infraction au sens de l’article 77bis.
L’étranger visé à l’alinéa 1er, qui est âgé de moins de dix-huit ans et qui est arrivé dans le Royaume sans être accompagné d’un étranger majeur responsable de lui par la loi et n’ait pas été effectivement pris en charge par une telle personne par la suite, ou ait été laissé seul après être entré dans le Royaume, est mis en possession du document provisoire de séjour prévu à l’article 61/3, § 1er. Il est dûment tenu compte de l’intérêt supérieur de l’enfant pendant l’ensemble de la procédure.
Si l’étranger visé à l’alinéa 1er, a immédiatement introduit une plainte ou fait des déclarations concernant les personnes ou les réseaux qui se seraient rendus coupables de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou, dans les circonstances visées à l’article 77quater, 1°, en ce qui concerne uniquement les mineurs non accompagnés, à 5°, de l’infraction au sens de l’article 77bis, le centre d’accueil spécialisé qui assure son accompagnement peut demander au ministre ou à son délégué de lui délivrer le document provisoire de séjour visé à l’article 61/3,§ 1er.

§ 3. Le ministre ou son délégué peut, à tout moment, décider de mettre fin, au délai prévu au § 2, s’il est établi que l’étranger a activement, volontairement et de sa propre initiative, renoué un lien avec les auteurs présumés de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou de l’infraction de trafic des êtres humains au sens de l’article 77bis, ou s’il est considéré comme pouvant compromettre l’ordre public ou à la sécurité nationale.

Art. 61/3. § 1er. Le ministre ou son délégué délivre un document de séjour pour une durée de validité de trois mois au maximum, à l’étranger visé à l’article 61/2, § 1er, qui a introduit, au cours du délai fixé à l’article 61/2,§ 2, alinéa 1er, une plainte ou une déclaration concernant les personnes ou les réseaux qui se seraient rendus coupables de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou, dans les circonstances visées à l’article 77quater, 1°, en ce qui concerne uniquement les mineurs non accompagnés, à 5°, de l’infraction au sens de l’article 77bis.
Le Roi détermine le modèle du document provisoire de séjour.

§ 2. Le ministre ou son délégué demande au procureur du Roi ou à l’auditeur du travail de l’informer, avant l’expiration de la durée de validité du document de séjour délivré conformément au § 1er, que l’étranger concerné peut toujours être considéré comme une victime de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou, dans les circonstances visées à l’article 77quater, de l’infraction au sens de l’article 77bis, que l’enquête ou la procédure judiciaire est toujours en cours, que l’étranger concerné manifeste une volonté claire de coopération et qu’il a rompu tout lien avec les auteurs présumés de cette infraction.
Le document provisoire de séjour visé à l’alinéa 1er, peut être prolongée pour une seule nouvelle période de trois mois au maximum, si l’enquête le nécessite ou si le ministre ou son délégué l’estime opportun en tenant compte des éléments du dossier.

§ 3. Le ministre ou son délégué peut, à tout moment, décider de mettre fin à cette autorisation de séjour s’il est établi que l’étranger a activement, volontairement et de sa propre initiative, renoué un lien avec les auteurs présumés de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou à l’article 77bis, ou s’il est considéré comme pouvant compromettre l’ordre public ou à la sécurité nationale.

§ 4. L’étranger doit essayer de prouver son identité en présentant son passeport ou un titre de voyage en tenant lieu ou sa carte d’identité nationale.”

Art. 61/4. § 1er. Le ministre ou son délégué autorise l’étranger visé à l’article 61/3, § 1er, au séjour pour une durée de six mois, lorsque le Procureur du Roi ou l’auditeur du travail lui a confirmé que l’enquête ou la procédure judiciaire est toujours en cours, que l’étranger manifeste une volonté claire de coopération et pour autant que celui-ci a rompu tout lien avec les auteurs présumés de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou à l’article 77bis, et n’est pas considéré comme pouvant compromettre l’ordre public ou à la sécurité nationale.
L’inscription au registre des étrangers et la délivrance du titre de séjour faisant foi de celle-ci ont lieu conformément aux dispositions de l’article 12. La durée de validité du titre de séjour ainsi que sa prorogation ou son renouvellement sont fixés par l’article 13, alinéa 2.

§ 2. Pendant la durée de validité du titre de séjour ou lors de sa prorogation ou de son renouvellement, le ministre ou son délégué peut mettre fin au séjour de l’étranger et, le cas échéant, lui donner l’ordre de quitter le territoire, s’il constate que:

1° l’étranger a activement, volontairement et de sa propre initiative, renoué un lien avec les auteurs présumés de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou à l’article 77bis;
2° l’étranger a cessé de coopérer;
3° les autorités judiciaires ont décidé de mettre fin à la procédure.
L’alinéa 1er est également applicable lorsque le ministre ou son délégué considère l’étranger comme pouvant compromettre l’ordre public ou à la sécurité nationale ou estime, en coopération avec les autorités judiciaires, que la coopération de l’étranger est frauduleuse ou que sa plainte est frauduleuse ou non fondée.

Art. 61/5. Le ministre ou son délégué peut autoriser au séjour pour une durée illimitée l’étranger victime de l’infraction visée à l’article 433quinquies du Code pénal ou victime, dans les circonstances visées à l’article 77quater, 1°, en ce qui concerne uniquement les mineurs non accompagnés, à 5°, de l’infraction au sens de l’article 77bis, lorsque sa déclaration ou sa plainte a abouti à une condamnation ou si le Procureur du Roi ou l’auditeur du travail a retenu dans ses réquisitions la prévention de traite des êtres humains ou de trafic des êtres humains sous les circonstances aggravantes prévues à l’article 77quater.

Penalties
Penalties, Human Trafficking

Loi du 15 décembre 1980 sur l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers

Art. 77bis. Constitue l’infraction de trafic des êtres humains, le fait de contribuer, de quelque manière que ce soit, soit directement, soit par un intermédiaire, à permettre l’entrée, le transit ou le séjour d’une personne non ressortissante d’un Etat membre de l’Union européenne sur ou par le territoire d’un tel Etat ou d’un Etat partie à une convention internationale relative au franchissement des frontières extérieures et liant la Belgique, en violation de la législation de cet Etat, en vue d’obtenir, directement ou indirectement, un avantage patrimonial.
L’infraction prévue à l’alinéa 1er sera punie d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de cinq cents euros à cinquante mille euros.
La tentative de commettre l’infraction visée à l’alinéa 1er sera punie d’un emprisonnement d’un an à trois ans et d’une amende de cent euros à dix mille euros.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 77ter. L’infraction prévue à l’article 77bis sera punie de la réclusion de cinq ans à dix ans et d’une amende de sept cent cinquante euros à septante-cinq mille euros lorsqu’elle aura été commise:

1° par une personne qui a autorité sur la victime, ou par une personne qui a abusé de l’autorité ou des facilités que lui confèrent ses fonctions;
2° par un officier ou un fonctionnaire public, un dépositaire ou un agent de la force publique agissant à l’occasion de l’exercice de ses fonctions.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 77quater. L’infraction prévue à l’article 77bis sera punie de la réclusion de dix ans à quinze ans et d’une amende de mille euros à cent mille euros dans les cas suivants:

1° lorsque l’infraction a été commise envers un mineur;
2° lorsqu’elle a été commise en abusant de la situation de vulnérabilité dans laquelle se trouve une personne en raison de sa situation administrative illégale ou précaire, de sa situation sociale précaire, de son âge, d’un état de grossesse, d’une maladie, d’une infirmité ou d’une déficience physique ou mentale, de manière telle que la personne n’a en fait pas d’autre choix véritable et acceptable que de se soumettre à cet abus;
3° lorsqu’elle a été commise en faisant usage, de façon directe ou indirecte, de manoeuvres frauduleuses, de violence, de menaces ou d’une forme quelconque de contrainte;
4° lorsque la vie de la victime a été mise en danger délibérément ou par négligence grave;
5° lorsque l’infraction a causé une maladie paraissant incurable, une incapacité permanente physique ou psychique, la perte complète d’un organe ou de l’usage d’un organe, ou une mutilation grave;
6° lorsque l’activité concernée constitue une activité habituelle;
7° lorsqu’elle constitue un acte de participation à l’activité principale ou accessoire d’une association, et ce, que le coupable ait ou non la qualité de dirigeant.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 77quinquies. L’infraction prévue à l’article 77bis sera punie de la réclusion de quinze ans à vingt ans et d’une amende de mille euros à cent cinquante mille euros dans les cas suivants:

1° lorsque l’infraction a causé la mort de la victime sans intention de la donner;
2° lorsqu’elle constitue un acte de participation à l’activité principale ou accessoire d’une organisation criminelle, et ce, que le coupable ait ou non la qualité de dirigeant.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 77sexies. Dans les cas visés aux articles 77ter, 77quater et 77quinquies, les coupables seront en outre condamnés à l’interdiction des droits énoncés à l’article 31 du Code pénal.
La confiscation spéciale prévue à l’article 42, 1°, du Code pénal est appliquée aux coupables des infractions visées par les articles 77bis à 77quinquies, même lorsque la propriété des choses sur lesquelles elle porte n’appartient pas au condamné, sans que cette confiscation puisse cependant porter préjudice aux droits des tiers sur les biens susceptibles de faire l’objet de la confiscation.

Code pénal

Art. 433ter. Sera puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de cinq cents euros à vingt-cinq mille euros :

1° quiconque aura embauché, entraîné, détourné ou retenu une personne en vue de la livrer à la mendicité, l’aura incitée à mendier ou à continuer de le faire, ou l’aura mise à disposition d’un mendiant afin qu’il s’en serve pour susciter la commisération publique;
2° quiconque aura, de quelque manière que ce soit, exploité la mendicité d’autrui.
La tentative de commettre les infractions visées à l’alinéa 1er sera punie d’un emprisonnement d’un mois à deux ans et d’une amende de cent euros à deux mille euros.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 433 quater. L’infraction visée à l’article 433ter, alinéa 1er, sera punie d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de cinq cents euros à cinquante mille euros lorsqu’elle aura été commise :

1° à l’égard d’un mineur;
2° en abusant de la situation de vulnérabilité dans laquelle se trouve une personne en raison de sa situation administrative illégale ou précaire, de sa situation sociale précaire, de son âge, d’un état de grossesse, d’une maladie, d’une infirmité ou d’une déficience physique ou mentale, de manière telle que la personne n’a en fait pas d’autre choix véritable et acceptable que de se soumettre à cet abus;
3° en faisant usage, de façon directe ou indirecte, de manoeuvres frauduleuses, de violence, de menaces ou d’une forme quelconque de contrainte.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 433quinquies § 1er. Constitue l’infraction de traite des êtres humains le fait de recruter, de transporter, de transférer, d’héberger, d’accueillir une personne, de prendre ou de transférer le contrôle exercé sur elle:

1° à des fins d’exploitation de la prostitution ou d’autres formes d’exploitation sexuelle;
2° à des fins d’exploitation de la mendicité;
3° à des fins de travail ou de services, dans des conditions contraires à la dignité humaine;
4° à des fins de prélèvement d’organes en violation de la loi du 13 juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d’organes, ou de matériel corporel humain en violation de la loi du 19 décembre 2008 relative à l’obtention et à l’utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique;
5° ou afin de faire commettre par cette personne un crime ou un délit, contre son gré.
Sauf dans le cas visé au 5, le consentement de la personne visée à l’alinéa 1er à l’exploitation envisagée ou effective est indifférent.

§ 2. L’infraction prévue au § 1er sera punie d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de cinq cents euros à cinquante mille euros.
§ 3. La tentative de commettre l’infraction visée au § 1er sera punie d’un emprisonnement d’un an à trois ans et d’une amende de cent euros à dix mille euros.
§ 4. L’amende sera appliquée autant de fois quil y a de victimes.

Art. 433sexies L’infraction prévue à l’article 433quinquies, § 1er, sera punie de la réclusion de cinq ans à dix ans et d’une amende de sept cent cinquante euros à septante-cinq mille euros lorsque l’infraction aura été commise :

1° par une personne qui a autorité sur la victime, ou par une personne qui a abusé de l’autorité ou des facilités que lui confèrent ses fonctions;
2° par un officier ou un fonctionnaire public, un dépositaire ou un agent de la force publique agissant à l’occasion de l’exercice de ses fonctions.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 433septies L’infraction prévue à l’article 433quinquies, § 1er, sera punie de la réclusion de dix ans à quinze ans et d’une amende de mille euros à cent mille euros dans les cas suivants :

1° lorsque l’infraction a été commise envers un mineur;
2° lorsqu’elle a été commise en abusant de la situation de vulnérabilité dans laquelle se trouve une personne en raison de sa situation administrative illégale ou précaire, de sa situation sociale précaire, de son âge, d’un état de grossesse, d’une maladie, d’une infirmité ou d’une déficience physique ou mentale, de manière telle que la personne n’a en fait pas d’autre choix véritable et acceptable que de se soumettre à cet abus;
3° lorsqu’elle a été commise en faisant usage, de façon directe ou indirecte, de manoeuvres frauduleuses, de violence, de menaces ou d’une forme quelconque de contrainte;
4° lorsque la vie de la victime a été mise en danger délibérément ou par négligence grave;
5° lorsque l’infraction a causé une maladie paraissant incurable, une incapacité permanente physique ou psychique, la perte complète d’un organe ou de l’usage d’un organe, ou une mutilation grave;
6° lorsque l’activité concernée constitue une activité habituelle;
7° lorsqu’elle constitue un acte de participation à l’activité principale ou accessoire d’une association, et ce, que le coupable ait ou non la qualité de dirigeant.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 433octies. L’infraction prévue à l’article 433quinquies, § 1er, sera punie de la réclusion de quinze ans à vingt ans et d’une amende de mille euros à cent cinquante mille euros dans les cas suivants :
1° lorsque l’infraction a causé la mort de la victime sans intention de la donner;
2° lorsqu’elle constitue un acte de participation à l’activité principale ou accessoire d’une organisation criminelle, et ce, que le coupable ait ou non la qualité de dirigeant.
L’amende sera appliquée autant de fois qu’il y a de victimes.

Art. 433novies Dans les cas visés aux articles 433sexies, 433septies et 433octies, les coupables seront en outre condamnés à l’interdiction des droits énoncés à l’article 31, alinéa 1er.
Sans avoir égard à la qualité de personne physique ou morale de l’exploitant, propriétaire, locataire ou gérant, le tribunal peut ordonner la fermeture temporaire ou définitive, partielle ou totale de l’entreprise dans laquelle l’infraction prévue à l’article 433quinquies a été commise.
La confiscation spéciale prévue à l’article 42, 1°, est appliquée aux coupables de l’infraction visée à l’article 433quinquies, même lorsque la propriété des choses sur lesquelles elle porte n’appartient pas au condamné, sans que cette confiscation puisse cependant porter préjudice aux droits des tiers sur les biens susceptibles de faire l’objet de la confiscation. Elle doit également être appliquée, dans les mêmes circonstances, au bien meuble, à la partie de celui-ci, au bien immeuble, à la chambre ou à tout autre espace. Elle peut également être appliquée à la contre-valeur de ces meubles ou immeubles aliénés entre la commission de l’infraction et la décision judiciaire définitive.
En cas de saisie d’un bien immeuble, il est procédé conformément aux formalités de l’article 35bis du Code d’instruction criminelle.

Penaties, Child Labour

Code penal

Art. 134. Le travail de l’enfant sortant du cadre de son éducation ou de sa formation
Est puni d’une sanction de niveau 4, toute personne, son préposé ou son mandataire qui, en contravention à la loi du 16 mars 1971 sur le travail, a fait ou laissé effectuer ou exercer par un enfant du travail ou des activités sortant du cadre de son éducation ou de sa formation pour lesquelles aucune dérogation n’est admise.
L’amende est multipliée par le nombre d’enfants concernés.
Le juge peut en outre prononcer les peines prévues aux articles 106 et 107.

National Statistical Office

Statbel – Belgian Statistical Office

Data Commitments

A Call to Action to End Forced Labour, Modern Slavery and Human Trafficking, Signed 2017

1.ii. Take steps to measure, monitor and share data on prevalence and response to all such forms of exploitation, as appropriate to national circumstances;

Programs and Agencies for Enforcement

Measures to address the drivers of vulnerability to exploitation can be key to effective prevention. A broad range of social protections are thought to reduce the likelihood that an individual will be at risk of exploitation, especially when coverage of those protections extends to the most vulnerable groups.

Social Protection Coverage: General (at Least One)
Social Protection (Source: ILO)

The seminal ILO paper on the economics of forced labour, Profits and Poverty, explains the hypothesis that social protection can mitigate the risks that arise when a household is vulnerable to sudden income shocks, helping to prevent labour exploitation. It also suggests that access to education and skills training can enhance the bargaining power of workers and prevent children in particular from becoming victims of forced labour. Measures to promote social inclusion and address discrimination against women and girls may also go a long way towards preventing forced labour.

If a country does not appear on a chart, this indicates that there is no recent data available for the particular social protection visualized.

Social Protection Coverage: Unemployed
Social Protection Coverage: Pension
Social Protection Coverage: Vulnerable Groups
Social Protection Coverage: Poor
Social Protection Coverage: Children
Social Protection Coverage: Disabled

Delta 8.7 has received no Official Response to this dashboard from Belgium. If you are a representative of Belgium and wish to submit an Official Response, please contact us here.