Data Dashboards

Burkina Faso
Measurement
Measuring the Change

using prevalence data providing the widest temporal coverage of the most complete and comparable measures available by ICLS standards.

Child labour data with a complete statistical definition is only provided for 2006. There is no change to report.

Best Target 8.7 Data: Child Labour Rate

The data visualization displays yearly child labour statistics based on a variety of nationally-representative household surveys. All years of data hold up to standards set by interagency collaboration between ILO, UNICEF and World Bank, though, in some cases are not perfectly comparable between years. Detailed information on each data point is provided in the Measurement tab (above).

Data Availability
  • Child labour: ILO/UNICEF data
  • Forced labour: No nationally representative data
  • Human trafficking: No nationally representative data
Context
Human Development

Human Development Index Score: 0.434 (2018)

Mean School Years: 1.6 years (2018)

Labour Indicators

Vulnerable Employment: 86.4% (2018)

Working Poverty Rate: 34.0% (2020)

Government Efforts
Key Ratifications
  • ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029: Not Ratified
  • ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182: Ratified 2001
  • UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol): Ratified 2002
National Strategies

2015 National Action Plan to Combat Trafficking

Communal Action Plan Against Trafficking (2013–2018)

National Parenting Program

Social Protection Coverage

General (at least one): 7.5% (2016)

Unemployed: No data

Pension: 2.7% (2016)

Vulnerable: 3.6% (2016)

Children: No data

Disabled: 0.1% (2016)

Poor: 9.0% (2016)

Measurement of child labour prevalence has evolved considerably over the past two decades. Estimates of child labour incidence are more robust and exist for more countries than any other form of exploitation falling under SDG Target 8.7.

Child Labour Rate, Aged 5-17 (Source: ILO)

Based on the international conventions and the International Conference of Labour Statisticians (ICLS)  resolution, and consistent with the approach utilized in the ILO global child labour estimates exercise, the statistical definition of child labour used includes:

a) children aged 5-11 years in all forms of economic activity;
b) children aged 12-14 years in all forms of economic activity except permissible “light” work;
c) children and adolescents aged 15-17 years in hazardous work; and
d) children aged 5-14 years performing household chores for at least 21 hours per week.

In Burkina Faso, data on the percentage of child labourers is provided for 2006.

The chart displays differences in the percentage of children aged 5-17 in child labour by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2006. 

 

Children in Hazardous Work, Aged 5-14 (Source: ILO)

Hazardous child labour is the largest category of the worst forms of child labour with an estimated 73 million children aged 5-17 working in dangerous conditions in a wide range of sectors. Worldwide, the ILO estimates that some 22,000 children are killed at work every year.

In Burkina Faso, the latest estimates show that 4.5 percent of children aged 5-14 were engaged in hazardous work in 2010. 

Only the measure provided for 2006 covers the full definition of hazardous work and cannot be compared directly with data from other sample years.

The chart displays differences in the percentage of children aged 5-14 in hazardous labour by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2006 and 2010.

 

Children in Hazardous Work, Aged 15-17 (Source: ILO)

Children aged 15-17 are permitted to engage in economic activities by international conventions in most cases, except when the work is likely to harm the health, safety or morals of children (Article 3 (d) of ILO Convention concerning the Prohibition and Immediate Action for the Elimination of the Worst Forms of Child Labour, 1999 (No. 182)). 

In Burkina Faso, the latest estimates show that 19.2 percent of children aged 15-17 were engaged in hazardous work in 2006. 

The chart displays differences in the percentage of children aged 15-17 in hazardous labour by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2006. 

Weekly Work Hours, Children Aged 5-14 (Source: ILO)

Children aged 5-11 are considered to be subjected to child labour when engaging in any form of economic activity. Children aged 12-14 are permitted to engage in “light” work that is not considered hazardous and falls below 14 hours per week.

According to the latest 2010 estimates, the average number of hours worked per week by children aged 5-14 in Burkina Faso was 19.6 hours. The average number of hours worked has decreased from 21.1 hours in 2006.

The chart displays differences in the number of hours that children aged 5-14 work in economic activities by sex and region. The sample includes all children of this age group. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2006 and 2010. 

Weekly Work Hours Children Only in Economic Activity, Aged 5-14 (Source: ILO)

Children not attending school who are engaged in economic activity can be subjected to longer working hours. 

In 2010, the latest year with available data, children in economic activity only, meaning they are not in school, worked an average of 21.1 hours per week. This number has decreased since 2006, when the average number of hours worked by this age group was 24.4. 

The chart displays differences in the number of hours worked by children aged 5-14 who are not in school, by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2006 and 2010. 

Weekly Hours Household Chores, Children Aged 5-14 (Source: ILO)

Researchers recognize that children involved in economic activities are not the only children working. The ICLS recommended definition of child labour includes children aged 5-14 performing household chores for at least 21 hours per week. 

Children aged 5-14, on average, are found to work on household chores 12.2 hours per week according to the 2010 estimate. This estimate represents decrease in hours worked across all age groups since the last estimate in 2006, which found that children aged 5-14 in Burkina Faso worked an average of 14.9 hours per week.

The chart displays differences in the number of hours children aged 5-14 work on household chores by sex and regionComplete disaggregated data to compare groups is provided for 2006 and 2010. 

Children in Economic Activity by Sector, Aged 5-14: total (Source: ILO)

Identifying the sectors in which the most child labour exists can help policy actors and practitioners target efforts toward those industries. 

The latest data available on child labour by sector for Burkina Faso is from 2006. By the 2006 estimate, the Agriculture sector had the most child labourers, followed by the Other Services sector, the Commerce, Hotels and Restaurants sector, the Construction, Mining and Other Industrial Sectors, and the manufacturing sector.

The chart to the right displays child labour prevalence in each sector for all children. The charts below show the differences in child labour by sector with comparisons between groups by sex and region. 

 

Children in Economic Activity by Sector, Aged 5-14: sex (Source: ILO)
Children in Economic Activity by Sector, Aged 5-14: area (Source: ILO)

Measuring the incidence of forced labour is a much more recent endeavour and presents unique methodological challenges compared to the measurement of child labour.

No nationally representative data is available on forced labour prevalence in Burkina Faso.

Visit the How to Measure the Change page for information on new guidelines presented by the International Labour Organization and adopted by the International Conference of Labour Statisticians.

The challenges in estimating human trafficking are similar to those of estimating forced labour, though recent innovations in estimation have begun to produce prevalence estimates in developed countries.

No nationally representative data is available on human trafficking prevalence in Burkina Faso.

Visit the How to Measure the Change page to learn about measuring human trafficking prevalence, including information on collecting data through national referral mechanisms and producing prevalence statistics using Multiple Systems Estimation (MSE).

Case Data: International and Non-Governmental Organizations

Civil society organizations (CSOs) focused on human trafficking victim assistance can serve as crucial sources of data given their ability to reach a population that is notoriously difficult to sample.

Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC): The International Organization for Migration (IOM), Polaris and Liberty Asia have launched a global data repository on human trafficking, with data contributed by counter-trafficking partner organizations around the world. Not only does the CTDC serve as a central repository for this critical information, it also publishes normed and harmonized data from various organizations using a unified schema. This global dataset facilitates an unparalleled level of cross-border, trans-agency analysis and provides the counter-trafficking movement with a deeper understanding of this complex issue. Equipped with this information, decision makers will be empowered to create more targeted and effective intervention strategies.

Prosecution Data

UNODC compiles a global dataset on detected and prosecuted traffickers, which serves as the basis in their Global Report for country profiles. This information is beginning to paint a picture of trends over time, and case-specific information can assist investigators and prosecutors.

Key aspects of human development, such as poverty and lack of education, are found to be associated with risk of exploitation. Policies that address these issues may indirectly contribute to getting us closer to achieving Target 8.7.

Human Development Index (Source: UNDP)

The Human Development Index (HDI) is a summary measure of achievements in three key dimensions of human development: (1) a long and healthy life; (2) access to knowledge; and (3) a decent standard of living. Human development can factor into issues of severe labour exploitation in multiple ways.

The chart displays information on human development in Burkina Faso between 2000 and 2018. Only certain sample years have data disaggregated by sex. 

The most recent year of the HDI, 2018, shows that the average human development score in Burkina Faso is 0.434. This score indicates that human development is low.

HDI Education Index (Source: UNDP)

Lack of education and illiteracy are key factors that make both children and adults more vulnerable to exploitive labour conditions.

As the seminal ILO report Profits and Poverty explains:

“Adults with low education levels and children whose parents are not educated are at higher risk of forced labour. Low education levels and illiteracy reduce employment options for workers and often force them to accept work under poor conditions. Furthermore, individuals who can read contracts may be in a better position to recognize situations that could lead to exploitation and coercion.”

The bars on the chart represent the Education Index score and the line traces the mean years of education in Burkina Faso over time.

 

Decent work, a major component of SDG 8 overall, has clear implications on the forms of exploitation within Target 8.7. Identifying shortcomings in the availability of equitable, safe and stable employment can be a step in the right direction towards achieving Target 8.7.

HDI Vulnerable Employment (Source: UNDP)

There are reasons to believe that certain types of labour and labour arrangements are more likely to lead to labour exploitation. According to the ILO:

“Own-account workers and contributing family workers have a lower likelihood of having formal work arrangements, and are therefore more likely to lack elements associated with decent employment, such as adequate social security and a voice at work. The two statuses are summed to create a classification of ‘vulnerable employment’, while wage and salaried workers together with employers constitute ‘non-vulnerable employment’.”

Between 1991 and 2018, Burkina Faso showed a decrease in the proportion of workers in vulnerable employment as compared to those in secure employment.

 

Working Poverty Rate (Source: ILO)

Labour income tells us about a household’s vulnerability. As the ILO explains in Profits and Poverty

“Poor households find it particularly difficult to deal with income shocks, especially when they push households below the food poverty line. In the presence of such shocks, men and women without social protection nets tend to borrow to smooth consumption, and to accept any job for themselves or their children, even under exploitative conditions.”

ILO indicators that measure poverty with respect to the labour force include working poverty rate, disaggregated by sex, with temporal coverage spanning from 2000 to 2020. The chart displays linear trends in working poverty rate over time for all individuals over 15 years of age.

 

Labour Productivity (Source: ILO)

Labour productivity is an important economic indicator that is closely linked to economic growth, competitiveness, and living standards within an economy.” However, when increased labour output does not produce rising wages, this can point to increasing inequality. As indicated by a recent ILO report (2015), there is a “growing disconnect between wages and productivity growth, in both developed and emerging economies”. The lack of decent work available increases vulnerability to situations of labour exploitation. 

Labour productivity represents the total volume of output (measured in terms of Gross Domestic Product, GDP) produced per unit of labour (measured in terms of the number of employed persons) during a given period.

 

Research to date suggests that a major factor in vulnerability to labour exploitation is broader social vulnerability, marginalization or exclusion.

Groups Highly Vulnerable to Exploitation (Source: UNHCR)

Creating effective policy to prevent and protect individuals from forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour means making sure that all parts of the population are covered, particularly the most vulnerable groups, including migrants.

According to the 2016 Global Estimates of Modern Slavery: “Almost one of every four victims of forced labour were exploited outside their country of residence, which points to the high degree of risk associated with migration in the modern world, particularly for migrant women and children. “

As IOM explains: “Although most migration is voluntary and has a largely positive impact on individuals and societies, migration, particularly irregular migration, can increase vulnerability to human trafficking and exploitation.” UNODC similarly notes that: “The vulnerability to being trafficked is greater among refugees and migrants in large movements, as recognized by Member States in the New York declaration for refugees and migrants of September 2016.”

The chart displays UNHCR’s estimates of persons of concern in Burkina Faso.

Achieving SDG Target 8.7 will require national governments to take direct action against the forms of exploitation through policy implementation.

Official Definitions
Forced Labour

Constitution du Burkina Faso, 1991

Article 20. L’Etat veille à l’amélioration constante des conditions de travail est à la protection du travailleur.

Code du Travail, 2008

Article 5 :
Le travail forcé ou obligatoire est interdit.
Le terme travail « forcé » ou « obligatoire » désigne tout travail ou service exigé d’un individu sous la menace d’une peine quelconque ou d’une sanction est pour lequel ledit individu ne s’est pas offert de plein gré.
Nul ne peut y recourir sous aucune forme, notamment en tant que :

1) mesure de coercition, d’éducation politique, de sanction à l’égard de personnes qui ont exprimé leurs opinions politiques ;
2) méthode de mobilisation est d’utilisation de la main-d’œuvre à des fins politiques ; 3) mesure de discipline au travail ;
4) mesure de discrimination sociale, raciale, nationale ou religieuse ;
5) punition pour avoir participé à des grèves.

Article 6 :
N’est pas considéré comme travail forcé ou obligatoire au sens de la présente loi :

1) tout travail ou service exigé d’un individu en vertu des lois nationales sur le service militaire est affecté à des travaux à caractère militaire ;
2) tout travail ou service découlant des obligations civiques normales des citoyens ;
3) tout travail ou service exigé d’un individu résultant d’une condamnation judiciaire, à condition que ce travail soit exécuté sous la surveillance est le contrôle des autorités publiques est que ledit individu ne soit ni concédé, ni mis à la disposition de particuliers, compagnies ou personnes morales privées à l’exception des associations d’utilité publique ;
4) tout travail ou service exigé en cas de circonstance mettant en danger ou risquant de mettre en danger la vie ou les conditions normales d’existence de tout ou partie de la communauté est en cas de force majeure.
Les travaux ou services cités aux points 1 à 4 ci-dessus ne peuvent être exigés que d’adultes valides dont l’âge N’est pas présumé inférieur à dix-huit ans ni supérieur à quarante-cinq ans.

Travail d’enfants

Constitution du Burkina Faso, 1991

Article 23. Les enfants sont égaux en droits est en devoirs dans leurs relations familiales. Les parents ont le droit naturel est le devoir d’élever est d’eduquer leurs enfants. Ceux-ci leur doivent respect est assistance.
24. L’Etat oeuvre à promouvoir les droits de l’enfant.

Code du Travail, 2008

Article 150 :
Aux termes des dispositions de la présente loi :

1) le terme enfant désigne toute personne âgée de moins de dix-huit ans;
2) le terme adolescent désigne toute personne âgée de dix-huit à vingt ans inclus.

Article 151 :
La durée du repos nocturne des enfants doit être de douze heures consécutives au minimum
par jour.
Le travail de nuit des enfants est interdit.
Il peut être dérogé à cette interdiction pour les personnes âgées de plus de seize ans en cas de
force majeure.

Article 152 :
l’âge minimum d’accès à tout type d’emploi ou de travail ne doit pas être inférieur à seize ans.
Toutefois, il peut être dérogé à cet âge minimum lorsqu’il s’agit de travaux légers.
Un acte réglementaire du ministre chargé du travail fixe les conditions est les modalités d’exercice de ces travaux après avis du comité technique national consultatif de sécurité est santé au travail.

Arrêté n° 2008-027/MTSS/SG/DGSST du 26 décembre 2008 portant dérogation de l’âge d’admission à l’emploi.

Article 1: Dans les conditions définies par le présent arrêté pris en application de l’article 152 du Code du Travail, il est deroge aux dispositions relatives à l’age minimum d’acces à l’emploi en ce qui concerne les enfants de l’un ou de l’autre sexe ages de 13 ans revolus pour les travaux légers.

Article 2: L’expression les travaux légers comprend les travaux dont l’exécution par les enfants concernés:

à. N’est pas susceptible de porter prejudice à leur sante ou à leur developpement;
b. N’est pas de nature à porter prejudice à leur assiduité scolaire , à leur participation à des programmes de formation professionnelle approuvés par l’autorité compétente ou à leur aptitude à beneficier de l’instruction recue

Worst Forms of Child Labour

Code du Travail, 2008

Section 4 : Travail des enfants est des adolescents
Article 149 :
Les enfants est les adolescents ne peuvent être affectés à des travaux susceptibles de porter atteinte à leur développement est à leur capacité de reproduction.
La nature des travaux interdits aux enfants est aux adolescents ainsi que les catégories d’entreprises interdites aux personnes âgées de moins de dix-huit ans sont déterminées par
décret pris en Conseil des ministres après avis du comité technique national consultatif de sécurité est santé au travail.

Article 151 :
La durée du repos nocturne des enfants doit être de douze heures consécutives au minimum par jour.
Le travail de nuit des enfants est interdit.
Il peut être dérogé à cette interdiction pour les personnes âgées de plus de seize ans en cas de force majeure.

Article 153 :
Les pires formes de travail des enfants sont interdites. Cette disposition est d’ordre public.
Aux termes de la présente loi, les pires formes de travail des enfants s’entendent notamment de :

1) toutes les formes d’esclavage ou pratiques analogues, telles que la vente est la traite des enfants, la servitude pour dettes est le servage ainsi que le travail forcé ou obligatoire, y compris le recrutement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés ;
2) l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant à des fins de prostitution, de production pornographique ou de spectacles pornographiques ;
3) l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant aux fins d’activités illicites, notamment pour la production est le trafic de stupéfiants, tels que les définissent les conventions internationales
4) les travaux qui, par leur nature ou les conditions dans lesquelles ils s’exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l’enfant.

La liste de ces travaux est déterminée par décret pris en Conseil des ministres après consultation des organisations de travailleurs est d’employeurs les plus représentatives par branche professionnelle est avis du comité technique national consultatif de sécurité est santé au travail.

Article 154 :
l’enfant est l’adolescent ne peuvent être maintenus dans un emploi reconnu au-dessus de leurs forces.
à défaut, le contrat de travail est résilié avec paiement des droits légaux.
L’inspecteur du travail peut requérir l’examen des adolescents par un médecin agréé, en vue de vérifier que le travail dont ils sont chargés n’excède pas leurs forces.
Cette réquisition est de droit à la demande de l’adolescent, de ses père est mère ou de son tuteur.

Décret n° 2016-504/PRES/PM/MFPTPS/MS/MFSNF du 9 juin 2016 portant détermination de la liste des travaux dangereux interdits aux enfants.

Article 2: Les enfants sont protégés contre les activités qui les privent de leur enfance, de leur potentiel, de leur dignite, est nuisent à leur developpement physique est psychologique harmonieux.
Il est interdit d’employer les enfants de l’un ou de l’autre sexe à des travausx deangereux dans lesetablissements de quelque nature qu’ils soient, agricuoles, commerciaux ou industriels, publics ou prives, laixs ou religieux, meme lorsque ces etablissements ont un caractere d’enseignement professionnel ou de bienfaisance, y compris les entreprises familiales ou chez les particuliers.

Code minier du Burkina Faso, 2015

Article 77 : Il est interdit d’utiliser des explosifs est des substances chimiques dangereuses notamment le cyanure est le mercure dans les activités d’exploitation artisanale.
Le travail des enfants est également interdit dans les activités d’exploitation artisanale.

Traite des personnes

Loi n° 029-2008/AN du 15 mai 2008 portant lutte contre la traite des personnes est les pratiques assimilées.

Section I : De la traite des personnes
Article 1 : Au sens de la présente loi, la traite des personnes désigne le recrutement, le transport, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par le recours à la menace ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation.
L’exploitation comprend, notamment, L’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes.

Article 2 : Est constitutif de l’infraction de la traite des personnes : le recrutement, le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil d’un mineur aux fins d’exploitation, même si aucun des moyens énumérés à l’article 1 N’est utilisé.

Slavery

Constitution du Burkina Faso, 1991

Article 2. La protection de la vie, la sûreté, est l’intégrité physique sont garanties.
Sont interdits est punis par la loi, l’esclavage, les pratiques esclavagistes, les traitements inhumains est cruels, dégradants est humiliants, la torture physique ou morale, les sévices est les mauvais traitements infligés aux enfants est toutes les formes d’avilissement de l’Homme.

 

International Commitments
International Ratifications

ILO Forced Labour Convention, C029, Ratified 1960

ILO Abolition of Forced Labour Convention, C105, Ratified 1997

ILO Minimum Age Convention, C138, Ratified 1999 (minimum age specified: 15 years)

ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182, Ratified 2001

Slavery Convention 1926 and amended by the Protocol of 1953, Not signed

UN Supplementary Convention on the Abolition of Slavery, Not signed

UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol), Ratified 2002

UN Convention on the Rights of the Child, Ratified 1990

UN Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child: Involvement of Children in Armed Conflict, Ratified 2007

UN Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child: Sale of Children, Child Prostitution and Child Pornography, Ratified 2006

National Action Plans, National Strategies

2015 National Action Plan to Combat Trafficking

“Combats human trafficking; developed by the MFSNF and implemented by the CNVS.”

Communal Action Plan Against Trafficking (2013–2018)

“Seeks to prevent child trafficking, raise awareness in local communities, and rehabilitate and reintegrate victims of child trafficking. Includes government plans to replicate elsewhere in the country, however currently piloted in Diébougou.”

National Parenting Program

“Aims to support families in their efforts to provide education and care for their children to reduce their vulnerability to child trafficking.”

Governments can take action to assist victims and to prevent and end the  perpetration of forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour. These actions should be considered in wider societal efforts to reduce prevalence and move towards eradication of these forms of exploitation.

Programs and Agencies for Victim Support

Policies for Assistance
Policies for assistance, human trafficking

Loi n° 029-2008/AN du 15 mai 2008 portant lutte contre la traite des personnes est les pratiques assimilées.

CHAPITRE III : DE LA PROTECTION DES VICTIMES est TÉMOINS
Article 21 : Pour la protection de l’identité est de la vie privée des victimes est des témoins, les
juridictions de jugement peuvent ordonner le huis clos.
La juridiction de jugement peut dispenser les victimes ou témoins d’une comparution à l’audience ou prendre des mesures utiles à la protection de leur identité est de leur vie privée.

Article 22 : Les victimes des infractions visées par la présente loi peuvent solliciter leur maintien sur le territoire national à titre temporaire ou permanent.

Article 23 : Les victimes des infractions visées par la présente loi lorsqu’elles présentent une vulnérabilité particulière ou sont mineures sont assistées devant les juridictions d’instruction est de jugement par un avocat de leur choix ou commis d’office.

Article 24 : Pour l’exercice de l’action civile, le ministère public peut requérir la mise sous tutelle ou administration légale des victimes mineures dont le représentant légal N’est pas connu ou ne présente pas de garanties de sauvegarde des droits est du bien-être de l’enfant.

Article 25 : Il est institué, par décret pris en Conseil des ministres, un organe national de vigilance est de surveillance en matière de lutte contre la traite des personnes est les pratiques assimilées.

Policies for assistance, WFCL

Loi n° 011-2014/AN du 17 avril 2014 portant répression de la vente d’enfants, de la prostitution des enfants est de la pornographie mettant en scène des enfants.

CHAPITRE 4 : DE LA PROTECTION DES VICTIMES est DES TÉMOINS Article 23 :
L’Etat garantit la protection des victimes est témoins de vente d’enfants, de pornographie mettant en scène des enfants est de prostitution d’enfants.
Nul ne peut faire l’objet d’atteintes, de sanctions disciplinaires ou de licenciement pour avoir témoigné des agissements définis dans l’article 4 de la présente loi.

Penalties
Penalties, General

Code du Travail, 2008

Article 422 :
Sans préjudice des dispositions pénales, sont punis d’un emprisonnement de un mois à trois ans, d’une amende de cinquante mille (50 000) francs CFA à trois cent mille (300 000) francs CFA est/ou de l’une de ces deux peines seulement est, en cas de récidive, d’une amende de trois cent mille (300 000) francs CFA à six cent mille
(600 000) francs CFA est d’un emprisonnement de deux mois à cinq ans ou de l’une de ces deux peines seulement :

1) les auteurs d’infractions aux dispositions des articles 4, 5, 22, 36, 37, 38, 152, 182, 213, 231 est 232 ;
2) toute personne qui, par quelque moyen ou manœuvre à contraint ou tenté de contraindre un travailleur à se faire embaucher, ou qui l’à empêché ou tenté de l’empêcher de se faire embaucher ou exécuter ses obligations imposées par son contrat ;
3) tout employeur, fondé de pouvoir ou préposé, qui à sciemment porté des attestations mensongères sur la carte du travailleur, le registre d’employeur ou tout autre document dû au travailleur ainsi que tout travailleur qui à sciemment fait usage de ces faux ;
4) toute personne qui à exigé ou accepté du travailleur une rémunération quelconque à titre d’intermédiaire dans le règlement ou le paiement des salaires, indemnités, allocations est frais de toute nature;
5) toute personne qui à fait sciemment une fausse déclaration d’accident de travail ou de maladie professionnelle ;
6) toute personne qui à porté ou tenté de porter atteinte, soit à la libre désignation des délégués du personnel, soit à l’exercice régulier de leurs fonctions ;
7) la ou les parties qui ont refusé de se rendre aux convocations prévues dans les conditions fixées à l’article 370 de la présente loi relative à la tentative de conciliation obligatoire en matière de différends collectifs ;
8) tout employeur ou tout travailleur qui à refusé de se soumettre à la procédure de règlement à l’amiable des différends individuels instituée aux articles 320 est 321 de la présente loi ;
9) la partie qui, après avoir signé un procès-verbal de conciliation prévu à l’article 321 ci- dessus, n’exécuterait pas tout ou partie des engagements stipulés dans ledit procès- verbal ;
10) toute personne qui s’est opposée ou à tenté de s’opposer à l’exécution des obligations ou à l’exercice des pouvoirs qui incombent aux inspecteurs du travail, aux contrôleurs du travail est aux chefs de circonscription administrative agissant comme suppléants de L’inspecteur du travail.

Article 423 :
Est puni d’un emprisonnement de deux mois à deux ans, d’une amende de trois cent soixante mille (360 000) francs CFA à trois millions six cent mille (3 600 000) francs CFA est/ou de l’une de ces deux peines seulement, tout employeur qui à détourné des sommes ou titres remis en cautionnement.

Article 424 :
Les auteurs d’infractions aux dispositions de l’article 153 de la présente loi sont punis des peines prévues par la loi portant définition est répression du trafic d’enfants.

Loi n° 029-2008/AN du 15 mai 2008 portant lutte contre la traite des personnes est les pratiques assimilées.

Paragraphe 1 : De L’exploitation de la mendicité d’autrui
Article 7 : L’exploitation de la mendicité d’autrui s’entend de quiconque organise ou exploite la mendicité d’une personne, entraîne ou détourne une personne pour la livrer à la mendicité, exerce sur une personne une pression pour qu’elle mendie ou continue de le faire, se fait accompagner par un ou plusieurs jeunes enfants en vue d’en tirer directement ou indirectement un avantage financier, matériel ou tout autre avantage.

Article 8 : Est coupable de L’exploitation de la mendicité d’autrui est puni d’un emprisonnement de deux à cinq ans est d’une amende de cinq cent mille (500 000) à deux millions (2 000 000) de francs CFA ou de l’une de ces deux peines seulement quiconque commet l’un des actes prévus à l’article 7 de la présente loi.

Article 9 : Le maximum des peines prévues à l’article 8 ci-dessus est prononcé lorsque l’infraction est commise à l’égard :

– d’un mineur ;
– d’une personne particulièrement vulnérable en raison d’une déficience physique ou psychique
due à son état de grossesse, de son âge avancé ou de son état de santé ;
– d’une personne sujette à la contrainte, à la violence ou aux manœuvres dolosives pour qu’elle se livre à la mendicité.

Penalties, Child Labour

Arrêté n° 2008-027/MTSS/SG/DGSST du 26 décembre 2008 portant dérogation de l’âge d’admission à l’emploi.

Article 7: Les infractions aux dispositions du présent arrêté seront punies des peines prévues à l’article 422 du Code du Travail

Décret n° 2016-504/PRES/PM/MFPTPS/MS/MFSNF du 9 juin 2016 portant détermination de la liste des travaux dangereux interdits aux enfants.

Article 8: Les infractions aux dispositions du présent decret sont constatés est sanctionnés conformement aux dispositions de l’article 5 de la loi n029-2008//AN du 15 mai 2008 portant lutte contre la traite des personnes est les pratiques assimilées

Penalties, WFCL

Loi n° 011-2014/AN du 17 avril 2014 portant répression de la vente d’enfants, de la prostitution des enfants est de la pornographie mettant en scène des enfants.

Section 2 : De la prostitution des enfants Article 7 :
Constitue l’infraction de prostitution des enfants, le fait d’offrir, d’accepter, de procurer ou de se procurer un enfant à des fins de prostitution telle que définie par la présente loi.

Article 8 :
Est coupable de prostitution des enfants est puni d’un emprisonnement de cinq à dix ans est d’une amende de un million cinq cent mille (1 500 000) à trois millions (3 000 000) de francs CFA ou de l’une de ces deux peines seulement, quiconque commet l’un des actes prévus dans la présente loi.

Code minier du Burkina Faso, 2015

Article 195 :Est puni d’une amende de cinq millions (5 000 000) à vingt cinq millions (25 000 000) de francs CFA est d’un emprisonnement de deux ans à cinq ans, ou de l’une de ces deux peines seulement, tout titulaire d’un titre minier ou bénéficiaire d’une autorisation qui :
­-tolère ou feint d’ignorer la présence ou le travail d’enfants mineurs ou scolarisés, ou en à connaissance mais s’abstient de prévenir les autorités administratives compétentes, ou de prendre des mesures pour y mettre fin.
Est puni des mêmes peines, tout titulaire d’un permis d’exploitation industrielle qui ne réalise pas les audits sur le système de management environnemental dans les délais requis conformément à la règlementation en vigueur.

Article 113 :Le retrait intervient sans mise en demeure si le détenteur du titre minier ou de l’autorisation :
­ procède à la vente ou à la transaction illicite portant sur des substances minérales ; ­ emploie ou tolère l’emploi des enfants sur son site ;

Penalties, Human Trafficking

Loi n° 029-2008/AN du 15 mai 2008 portant lutte contre la traite des personnes est les pratiques assimilées.

Article 4 : Est coupable de traite des personnes est puni d’un emprisonnement de cinq à dix ans quiconque commet l’un des actes prévus aux articles 1, 2, est 3 de la présente loi.

Article 5 : La réclusion criminelle de dix à vingt ans est encourue lorsque l’infraction à été commise dans l’une des circonstances suivantes :

– si la victime est un mineur d’au plus quinze ans ;
– si la personne est particulièrement vulnérable en raison d’une déficience physique ou
psychique due à son état de grossesse, de son âge avancé ou de son état de santé ;
– si l’acte à été commis par fraude ou violence, par usage de fausse qualité, faux titre ou des documents falsifiés ou altérés ou de fausse autorisation ;
– si l’auteur fait usage de stupéfiants ou de toute autre substance de nature à altérer la volonté de la victime ;
– si l’auteur est porteur d’une arme apparente ou cachée ;
– si l’auteur est un ascendant ou une personne ayant autorité sur la victime ;
– si la victime à été séquestrée, privée d’aliments ou exposée dans un endroit public ou privé de recrutement ;
– si la victime est exposée à des travaux dangereux, pénibles ou aux pires formes du travail des enfants ;
– si l’auteur à commis des abus sexuels sur la victime.

Article 6 : La peine est l’emprisonnement à vie lorsque :

– la victime est décédée ;
– il en est résulté une mutilation ou une infirmité permanente ; – la traite à eu pour but le prélèvement d’organe.

Data Commitments

Call to Action to End Forced Labour, Modern Slavery and Human Trafficking, Signed 2017

1.ii. Take steps to measure, monitor and share data on prevalence and response to all such forms of exploitation, as appropriate to national circumstances;

Programs and Agencies for Enforcement

Measures to address the drivers of vulnerability to exploitation can be key to effective prevention. A broad range of social protections are thought to reduce the likelihood that an individual will be at risk of exploitation, especially when coverage of those protections extends to the most vulnerable groups.

Social Protection Coverage: General (at Least One)
Social Protection (Source: ILO)

The seminal ILO paper on the economics of forced labour, Profits and Poverty, explains the hypothesis that social protection can mitigate the risks that arise when a household is vulnerable to sudden income shocks, helping to prevent labour exploitation. It also suggests that access to education and skills training can enhance the bargaining power of workers and prevent children in particular from becoming victims of forced labour. Measures to promote social inclusion and address discrimination against women and girls may also go a long way towards preventing forced labour.

If a country does not appear on a chart, this indicates that there is no recent data available for the particular social protection visualized.

Social Protection Coverage: Pension
Social Protection Coverage: Vulnerable Groups
Social Protection Coverage: Children
Social Protection Coverage: Disabled