Data Dashboards

Burundi
Measurement
Measuring the Change

using prevalence data providing the widest temporal coverage of the most complete and comparable measures available by ICLS standards.

Due to lack of nationally representative data, there is no change to report.

%
Best Target 8.7 Data: Child Labour Rate

No data available

Data Availability
  • Child labour: Limited ILO/UNICEF data
  • Forced labour: No nationally representative data
  • Human trafficking: No nationally representative data
Context
Human Development

Human Development Index Score: 0.423 (2018)

Mean School Years: 3.1 years (2018)

Labour Indicators

Vulnerable Employment: 94.7% (2018)

Working Poverty Rate: 72.5% (2020)

Government Efforts
Key Ratifications
  • ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029: Not Ratified
  • ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182: Ratified 2002
  • UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol): Ratified 2012
Social Protection Coverage

General (at least one): No data

Unemployed: No data

Pension: 4.0% (2016)

Vulnerable: No data

Children: No data

Disabled: No data

Poor: No data

Measurement of child labour prevalence has evolved considerably over the past two decades. Estimates of child labour incidence are more robust and exist for more countries than any other form of exploitation falling under SDG Target 8.7.

Children in Hazardous Work, Aged 5-14 (Source: ILO)

Hazardous child labour is the largest category of the worst forms of child labour with an estimated 73 million children aged 5-17 working in dangerous conditions in a wide range of sectors. Worldwide, the ILO estimates that some 22,000 children are killed at work every year.

In Burundi, the latest estimates show that 0.9 percent of children aged 5-14 were engaged in hazardous work in 2010. 

All measures provided do not cover the full definition of hazardous work, but use the same, reduced definition and therefore cannot be compared directly with data from other sample years.

The chart displays differences in the percentage of children aged 5-14 in hazardous labour by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2000, 2005 and 2010.

Weekly Work Hours, Children Aged 5-14 (Source: ILO)

Children aged 5-11 are considered to be subjected to child labour when engaging in any form of economic activity. Children aged 12-14 are permitted to engage in “light” work that is not considered hazardous and falls below 14 hours per week.

According to the latest 2010 estimates, the average number of hours worked per week by children aged 5-14 in Burundi was 12.2 hours. The average number of hours worked has decreased from 13.5 hours in 2005.

The chart displays differences in the number of hours that children aged 5-14 work in economic activities by sex and region. The sample includes all children of this age group. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2000, 2005 and 2010. 

Weekly Work Hours Children Only in Economic Activity, Aged 5-14 (Source: ILO)

Children not attending school who are engaged in economic activity can be subjected to longer working hours. 

In 2010, the latest year with available data, children in economic activity only, meaning they are not in school, worked an average of 12.7 hours per week. This number has decreased since 2005, when the average number of hours worked by this age group was 17.2. 

The chart displays differences in the number of hours worked by children aged 5-14 who are not in school, by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2000, 2005, and 2010.

Weekly Hours Household Chores, Children Aged 5-14 (Source: ILO)

Researchers recognize that children involved in economic activities are not the only children working. The ICLS recommended definition of child labour includes children aged 5-14 performing household chores for at least 21 hours per week. 

Children aged 5-14, on average, are found to work on household chores  13.0 hours per week according to the 2010 estimate. This estimate represents a decrease in hours worked across all age groups since the last estimate in 2005, which found that children aged 5-14 in Burundi worked an average of 15.1 hours per week.

The chart displays differences in the number of hours children aged 5-14 work on household chores by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2000, 2005, and 2010.

Measuring the incidence of forced labour is a much more recent endeavour and presents unique methodological challenges compared to the measurement of child labour.

No nationally representative data is available on forced labour prevalence in Burundi.

Visit the How to Measure the Change page for information on new guidelines presented by the International Labour Organization and adopted by the International Conference of Labour Statisticians.

The challenges in estimating human trafficking are similar to those of estimating forced labour, though recent innovations in estimation have begun to produce prevalence estimates in developed countries.

No nationally representative data is available on human trafficking prevalence in Burundi.

Visit the How to Measure the Change page to learn about measuring human trafficking prevalence, including information on collecting data through national referral mechanisms and producing prevalence statistics using Multiple Systems Estimation (MSE).

Case Data: International and Non-Governmental Organizations

Civil society organizations (CSOs) focused on human trafficking victim assistance can serve as crucial sources of data given their ability to reach a population that is notoriously difficult to sample.

Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC): The International Organization for Migration (IOM), Polaris and Liberty Asia have launched a global data repository on human trafficking, with data contributed by counter-trafficking partner organizations around the world. Not only does the CTDC serve as a central repository for this critical information, it also publishes normed and harmonized data from various organizations using a unified schema. This global dataset facilitates an unparalleled level of cross-border, trans-agency analysis and provides the counter-trafficking movement with a deeper understanding of this complex issue. Equipped with this information, decision makers will be empowered to create more targeted and effective intervention strategies.

Prosecution Data

UNODC compiles a global dataset on detected and prosecuted traffickers, which serves as the basis in their Global Report for country profiles. This information is beginning to paint a picture of trends over time, and case-specific information can assist investigators and prosecutors.

Key aspects of human development, such as poverty and lack of education, are found to be associated with risk of exploitation. Policies that address these issues may indirectly contribute to getting us closer to achieving Target 8.7.

Human Development Index (Source: UNDP)

The Human Development Index (HDI) is a summary measure of achievements in three key dimensions of human development: (1) a long and healthy life; (2) access to knowledge; and (3) a decent standard of living. Human development can factor into issues of severe labour exploitation in multiple ways.

The chart displays information on human development in Burundi between 1990 and 2018. Only certain sample years have data disaggregated by sex. 

The most recent year of the HDI, 2018, shows that the average human development score in Burundi is 0.423. This score indicates that human development is low. 

 

HDI Education Index (Source: UNDP)

Lack of education and illiteracy are key factors that make both children and adults more vulnerable to exploitive labour conditions.

As the seminal ILO report Profits and Poverty explains:

“Adults with low education levels and children whose parents are not educated are at higher risk of forced labour. Low education levels and illiteracy reduce employment options for workers and often force them to accept work under poor conditions. Furthermore, individuals who can read contracts may be in a better position to recognize situations that could lead to exploitation and coercion.”

The bars on the chart represent the Education Index score and the line traces the mean years of education in Burundi over time.

 

Decent work, a major component of SDG 8 overall, has clear implications on the forms of exploitation within Target 8.7. Identifying shortcomings in the availability of equitable, safe and stable employment can be a step in the right direction towards achieving Target 8.7.

HDI Vulnerable Employment (Source: UNDP)

There are reasons to believe that certain types of labour and labour arrangements are more likely to lead to labour exploitation. According to the ILO:

“Own-account workers and contributing family workers have a lower likelihood of having formal work arrangements, and are therefore more likely to lack elements associated with decent employment, such as adequate social security and a voice at work. The two statuses are summed to create a classification of ‘vulnerable employment’, while wage and salaried workers together with employers constitute ‘non-vulnerable employment’.”

Between 1991 and 2018, Burundi showed an increase in the proportion of workers in vulnerable employment as compared to those in secure employment.

 

Working Poverty Rate (Source: ILO)

Labour income tells us about a household’s vulnerability. As the ILO explains in Profits and Poverty

“Poor households find it particularly difficult to deal with income shocks, especially when they push households below the food poverty line. In the presence of such shocks, men and women without social protection nets tend to borrow to smooth consumption, and to accept any job for themselves or their children, even under exploitative conditions.”

ILO indicators that measure poverty with respect to the labour force include working poverty rate, disaggregated by sex, with temporal coverage spanning from 2000 to 2020. The chart displays linear trends in working poverty rate over time for all individuals over 15 years of age.

 

Labour Productivity (Source: ILO)

Labour productivity is an important economic indicator that is closely linked to economic growth, competitiveness, and living standards within an economy.” However, when increased labour output does not produce rising wages, this can point to increasing inequality. As indicated by a recent ILO report (2015), there is a “growing disconnect between wages and productivity growth, in both developed and emerging economies”. The lack of decent work available increases vulnerability to situations of labour exploitation. 

Labour productivity represents the total volume of output (measured in terms of Gross Domestic Product, GDP) produced per unit of labour (measured in terms of the number of employed persons) during a given period.

 

Research to date suggests that a major factor in vulnerability to labour exploitation is broader social vulnerability, marginalization or exclusion.

Groups Highly Vulnerable to Exploitation (Source: UNHCR)

Creating effective policy to prevent and protect individuals from forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour means making sure that all parts of the population are covered, particularly the most vulnerable groups, including migrants.

According to the 2016 Global Estimates of Modern Slavery: “Almost one of every four victims of forced labour were exploited outside their country of residence, which points to the high degree of risk associated with migration in the modern world, particularly for migrant women and children. “

As IOM explains: “Although most migration is voluntary and has a largely positive impact on individuals and societies, migration, particularly irregular migration, can increase vulnerability to human trafficking and exploitation.” UNODC similarly notes that: “The vulnerability to being trafficked is greater among refugees and migrants in large movements, as recognized by Member States in the New York declaration for refugees and migrants of September 2016.”

The chart displays UNHCR’s estimates of persons of concern in Burundi.

Achieving SDG Target 8.7 will require national governments to take direct action against the forms of exploitation through policy implementation.

Official Definitions
Travail forcé

Code du Travail, 1993

Art.2.- Le travail forcé ou obligatoire est interdit de façon absolue.
Tombe sous le coup de l’interdiction tout travail ou service exigé d’un individu sous menace d’une peine quelconque et pour lequel ledit individu ne s’est pas offert de plein gré.
Ne sont visés :

-les obligations militaires ou autres obligations civiques légales d’intérêt public ;
-les prestations exigées en cas de force majeure tels que guerre, sinistres, menaces de sinistres, prévention de famine, désastres naturels, épi- démies et, en général, lors de circonstances susceptibles de mettre en danger la vie d’autrui ou les conditions d’existence de l’ensemble ou d’une partie de la population ;
-les travaux exigés d’un individu comme suite d’une condamnation judiciaire, à condition que ce travail soit exécuté sous la surveillance des autorités publiques et que l’individu ne soit pas mis à la disposition de particuliers, ou de per- sonnes morales privées.

La Constitution de la Republique du Burundi, 2005

Article 54. L’Etat reconnaît à tous les citoyens le droit au travail et s’efforce de créer des conditions qui rendent la jouissance de ce droit effective. Il reconnaît le droit qu’a toute personne de jouir des conditions de travail justes et satisfaisantes et garantit au travailleur la juste rétribution de ses services ou de sa production.

Travail des Enfants

La Constitution de la Republique du Burundi, 2005

Article 30. La famille est la cellule de base naturelle de la société. Le mariage en est le support légitime. La famille et le mariage sont placés sous la protection particulière de l’Etat.
Les parents ont le droit naturel et le devoir d’éduquer et d’élever leurs enfants. Ils sont soutenus dans cette tâche par l’Etat et les collectivités publiques.
Tout enfant a droit, de la part de sa famille, de la société et de l’Etat, aux mesures de protection spéciale qu’exige sa condition de mineur.

Code du Travail, 1993

Art.3.- L’âge d’admission au travail est fixé à 16 ans. Toutefois, une ordonnance du Ministre ayant le travail dans ses attributions peut prévoir des ex- ceptions à ce principe en vertu de l’article 125 du présent code et sous réserve que cette personne ait au moins 12 ans.

Art.126.- Les enfants ne peuvent être employés dans une entreprise, avant l’âge de 16 ans, sauf pour l’accompagnement de travaux légers et salu- bres ou d’apprentissage sous réserve que ces tra- vaux ne soient pas nuisibles à leur santé ou leur développement normal, ni de nature à porter préju- dice à leur assiduité à l’école ou à leur faculté de bénéficier de l’instruction qui y est donnée.

Ordonnance ministérielle no 630/1 portant réglementation du travail des enfants., 1981

Article 3
Aucun enfant de moins de seize ans ne peut être occupé au tra- vail, sauf dans les cas prévus aux articles 4 et 5.

Article 4
Le principe de l’article précédent ne s’applique pas:

1) au travail des enfants dans les écoles techniques et profession- nelles, à condition qu’il présente un caractère essentiellement édu- catif, qu’il soit limité et s’exerce avec l’accord et sous la surveillance de l’autorité compétente,
2) à l’emploi des enfants dans les établissements où sont seuls occupés les membres de la famille de l’employeur, à condition que l’emploi ne soit pas dangereux pour la vie, la santé ou la moralité des personnes qui y sont occupées;
3) au travail domestique dans la famille, par les membres de cet- te famille.

Article 5
Les enfants âgés de 12 à moins de 16 ans ne pourront être occu- pés qu’aux travaux légers et salubres prévus à l’article 6, pour autant que ces travaux:

1) ne soient pas nuisibles à leur santé ou à leur développement;
2) ne puissent porter atteinte aux prescriptions en vigueur en matière scolaire;
3) ne soient pas de nature à porter préjudice à leur assiduité à l’école ou à leur faculté de bénéficier de l’instruction qui y est don- née.

Article 6
Les travaux légers et salubres pouvant être effectués par les en- fants de 12 à moins de 16 ans, sont les suivants:

1) travaux domestiques tels que marmiton, aide gardien d’en- fant;
2) récolte de semences, de feuilles et de fruits, pour autant que le travail de cueillette s’effectue à partir du sol et qu’il ne comporte pas le transport de charges supérieures à 15 kg;
3) égrenage manuel de fruits et semences; 4) triage de produits végétaux;
5) confection de liens pour pépinières;
6) vannerie;
7) garde de bétail et basse-cour;
8) jardinage;
9) menus travaux exercés par les plantons, grooms, portiers;
10) vente de journaux et colportage ne comportant pas le trans- port de poids de plus de 15kgs;
11) les travaux légers et salubres autorisés par l’inspection du travail.

Worst Forms of Child Labour

Code du Travail, 1993

Art.119.- Les enfants de moins de 18 ans ne peu- vent être employés ou travailler la nuit dans les établissements publics ou privés, ou dans leurs dé- pendances.

Ordonnance ministérielle no 630/1 portant réglementation du travail des enfants., 1981

Article 9
Le travail de nuit est interdit à tout enfant de moins de 18 ans.

Article 10
L’affectation des enfants de moins de 18 ans au transport ma- nuel régulier de charges est interdite. Toutefois, cette interdiction ne s’applique pas au cas de récolte de semences, de feuillets et de fruits pour autant que le travail de cueillette s’effectue sur le sol, ni du colportage tel que mentionné au point 10 de l’article 6.

Article 11
Les enfants de 16 à moins de 18 ans ne peuvent porter, traîner ou pousser, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du lieu habituel de tra- vail, des charges d’un poids supérieur aux maxima suivants:

1) transport manuel occasionnel de charges: 20 kgs;
2) transport par wagonnet circulant sur voie ferrée plane, véhi- cule compris, à raison de 4 heures maximum par jour: 400kg;
3) transport par véhicule à trois ou quatre roues, véhicule com- pris: 75 kgs;
4) transport par brouette, véhicule compris, 50 kgs.
L’affectation des enfants de 12 à moins de 16 ans aux travaux vi- sés par le présent article est interdite.

Article 12
Il est interdit d’employer des enfants de moins de 18 ans au transport de charges par véhicules porteurs à pédales et par char- rettes à bras à deux roues.

Article 13
Il est interdit d’employer des enfants âgés de moins de 18 ans à des travaux susceptibles d’altérer leur santé ou présentant des ris- ques particuliers d’accident notamment:

1°) visite, graissage, nettoyage ou réparation de machines ou mécanismes en marche;
2°) travaux nécessitant la présence ou le passage dans un local où se trouvent des machines actionnées à la main ou par moteur, transmissions ou mécanismes dont les parties dangereuses ne sont pas adéquatement protégées;
3°) conduite ou manœuvre d’appareils de levage ou de manu- tention;
4°) équarrissage et travail des abattoirs, boyauderies et tanne- ries;
5°) extraction du minerai, déblai, enlèvement de matériaux et débris dans les mines, minières et carrières ainsi que dans les tra- vaux de terrassement;
6°) conduite de moteurs, véhicules et engins mécaniques;
7°) travail moteur au moyen de manivelles, pédales, roues ou le- viers, manœuvre de jigs et tables à secousses à la main ou au pied;
8°) usage et manipulation de scies circulaires, à ruban ou à lames multiples, travail sur cisailles, lames tranchantes métalliques ou sur meules;
9°) fabrication, manipulation ou transport de substances explo- sives ou inflammables;
10°) fabrication ou réparation d’accumulateurs électriques;
11°) peinture industrielle comportant l’usage de la céruse du sulfate de plomb et de tous produits contenant ces pigments;
12°) dans les locaux habituellement fermés d’un service électri- que;
13°) soutier ou chauffeur à bord d’un navire.

Article 14
Il est interdit d’employer des enfants de moins de 18 ans à la confection, la manutention et la vente d’écrits, imprimés, affiches, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images et autres objets contraires aux bonnes mœurs.
Il est également interdit de les occuper au travail dans les locaux où s’exécutent les travaux mentionnés au paragraphe précédent.

Article 15
L’emploi des enfants est interdit dans les bars et autres lieux pu- blics où sont consommées des boissons alcoolisées.

Loi No. 1/28 portant Prevention et Repression de la Traite des Personnes et Protection des Victimes de la Traite, 2014

Article 4: Aux fines de la presente loi:
c. Le terme “”enfant”” s’entend de toute personne agee de moins de 18 ans.

Traite des personnes

Loi No. 1/28 portant Prevention et Repression de la Traite des Personnes et Protection des Victimes de la Traite, 2014

Article 4: Aux fines de la presente loi:
a. L’expression “traite des personnes” designe le recrutement, le tranport, le tranfert, l’hebergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours a la force ou a d’autres formes de contrainte, par enlevement, fraude, tromperie, abus d’autorite ou d’une situation de vulnerabilitye ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorite sur une autre, notamment l’autorite parentale ou morale, aux fins d’exploitation.
L’exploitation comprend, au minimum, l’exploitation de la prositution d’autrui ou d’autres formes d;exploitiuation sexuelle, le travail ou les services forces, l’esclavage ou les pratiques analogues a l’esclavage, la servitude ou le prelevement d’organes.
Le consentement d’une victime de la traite des personnes a l’exploitation envisagee, telle qu’enoncee a l’alinea precedent, est indifferent lorsque l’un quelconque des moyens y enonces a ete utilise.
Le recrutement, le tranport, le transfert, l’hebergement ou l’accueil d’un enfant aux fins d’explotiaiton sont consideres comme une traite des personnes ememe s’ils ne font appel a aucun des moyens susmentionnes du present article.

Esclavage

La Constitution de la Republique du Burundi, 2005

Article 26. Nul ne sera tenu en esclavage ou en servitude. L’esclavage et le trafic d’esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Loi No. 1/28 portant Prevention et Repression de la Traite des Personnes et Protection des Victimes de la Traite, 2014

Article 4: Aux fines de la presente loi:
j. L’expression “”pratiques analogues a l’esclavage”” englobe la servitude pour dettes, le servage, les mariages forces ou serviles et l’explotiation des enfants
p. Le terme esclavage”” s’entend de l’etat ou de la condition d’nue personne sur laquelle s’exercent les attrubuts du droit de propriete ou certains d’entre eux y compris lorsque cet etat ou condition resulte de la consequence d’une dette ou d’un contrat conclu par la personne concernee

International Commitments

Governments can take action to assist victims and to prevent and end the  perpetration of forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour. These actions should be considered in wider societal efforts to reduce prevalence and move towards eradication of these forms of exploitation.

 

Programs and Agencies for Victim Support (Source: U.S. Department of Labor)

Policies for Assistance
Policies for assistance, human trafficking

Loi No. 1/28 portant Prevention et Repression de la Traite des Personnes et Protection des Victimes de la Traite, 2014

Article 4: Aux fines de la presente loi:
q. L’expression “”victime de la traite”” s’entend de toute personne physique qui a fait l’objet de la traite des personnes ou dont les autorites competents et, le cas echeant, les organisations non gouvernementales agreeees ont des motifs raisonnables de croire qu’elle est victime de la traite des personnes, que l’auteur soit ou non identifie, arrete, poursuivi ou declare coupable

Chapitre V: De la protection ,de l’assistance et de la reparation accordees aux victimes et aux temoins

Penalties
Penalty, Forced Labour

Code du Travail, 1993

Art.292.- Les auteurs d’infractions aux dispositions des articles 2, 81, 103, 115 et 269 ainsi que leurs mesures d’exécutions sont punis d’une amande de 2.500 à 5.000 FBU et en cas de récidive de 5.000 à 10.000 FBU.

Art.295.- Les amendes imposées pour violation des dispositions du code du travail ne sont pas majorées de décimes légaux.

Art.296.- Lorsqu’une amende est prononcée en vertu du présent titre, elle est encourue autant de fois qu’il y a eu d’infractions, sans que cependant le montant total des amendes infligées puisse excé- der 10 fois les taux minima prévus ci-dessus.

Art.297.- Il y a récidive lorsque, dans les douze mois antérieurs au fait poursuivi, le contrevenant a déjà subi une condamnation pour un fait identique.

Art.298.- Les entreprises sont civilement responsa- bles des amendes prononcées contre leurs fondés de pouvoirs ou préposés.

Art.299.- L’amende est proposée par l’inspecteur du Travail. Ce dernier transmet pour compétence au Tribunal du Travail le procès-verbal de constat d’infraction en cas de contestation de l’amende.

Penalties, Child Labour

Ordonnance ministérielle no 630/1 portant réglementation du travail des enfants., 1981

Article 17
Les infractions aux dispositions de la présente ordonnance sont
punies des peines prévues à l’article 315 a) et b) du code du travail.
Note. Les peines prévues à l’article 315 de l’ancien code du travail sont actuelle- ment prévues aux articles 292 à 299 du décret-loi n° 1/037 du 7 juillet 1993 portant révision du code du travail du Burundi.

Penalties, Human trafficking

Loi No. 1/28 portant Prevention et Repression de la Traite des Personnes et Protection des Victimes de la Traite, 2014

Chapitre IV: Des infractions et de leur repression
section 1: Des peines prinicpales
Article 10
Section 2: Des peines subsidiaires
Article 11
Article 12
Article 13
Section 3: Des infractions connexes a la traite des personnes
Article 14
Article 15
Article 16
Article 17
Section 4: Des circonstances aggravantes
Article 18
Article 19
Article 20

Penal Code, 2009

Section 1 ‐ De la traite et du trafic des êtres humains
Paragraphe 1 ‐ Des peines principales
Art.244.‐ Quiconque a conclu une convention ayant pour objet d’aliéner, soit à titre gratuit, soit à titre onéreux, la liberté d’une tierce personne, est puni de la servitude pénale de cinq à dix ans.
L’argent, les marchandises et autres objets de valeurs reçus en exécution de la convention sont confisqués.
Sont punies des mêmes peines, les personnes qui ont conclu de telle convention aux fins d’exploitations sexuelles ou domestiques de la victime.

Art.245.‐ Est puni des peines prévues à l’article 244 le fait d’introduire au Burundi des individus destinés à faire l’objet de la convention précitée, ou de faire sortir des individus du pays en vue de ladite convention à contracter à l’étranger.
Toutefois, la peine est portée à vingt ans si la personne en ayant fait l’objet, soit à l’intérieur, soit à l’extérieur du Burundi, est un enfant de moins de dix‐huit ans.

Art.246.‐ Est puni de servitude pénale de cinq à dix ans et d’une amende de cent mille à cinq cent mille francs burundais, celui qui, aux fins d’exploitation, recrute, transporte, transfère, héberge ou accueille une personne par la menace de recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiement ou d’avantage pour obtenir l’agrément d’une personne ayant autorité sur une autre.
Le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil d’un enfant aux fins d’exploitation, est puni de la même peine sans qu’il y ait eu appel aux moyens susmentionnés.
Paragraphe 2 ‐ Des peines complémentaires

Art.247.‐ Sans préjudice des autres dispositions du présent Code relatif aux peines complémentaires applicables aux personnes physiques, la personne à condamner sur base de l’article précédent, peut se voir appliquer, entièrement ou partiellement, les peines relatives à l’interdiction des droits civiques, civils et de famille.

Art.248.‐ Indépendamment de la qualité de personne physique ou morale de l’exploitant, du propriétaire, du locataire ou du gérant, le tribunal peut ordonner la fermeture temporaire ou définitive, partielle ou totale, de l’établissement dans lequel l’infraction prévue à l’article 246 a été commise.

Art.249.‐ La confiscation spéciale prévue par le Code pénal est appliquée à la personne condamnée sur base de l’article 246, même lorsque la propriété des choses sur lesquelles elle porte n’appartient pas au condamné, sans que cette confiscation puisse cependant porter préjudice aux droits des tiers de bonne foi.

Paragraphe 3 ‐ Des infractions connexes à la traite des personnes

Art.250.‐ Quiconque bénéficie, sous quelque forme que ce soit, d’avantages résultant des services, du travail d’une autre personne en sachant ou ne pouvant ignorer, qu’ils sont fournis dans une ou plusieurs des conditions visées à l’article 246, est puni d’une peine de servitude pénale de deux à cinq ans ou d’une amende de cent mille à cinq cent mille francs burundais ou d’une de ces peines seulement.

Art.251.‐ Est puni de servitude pénale de six mois à trois ans et d’une amende de cent mille à cinq cent mille francs burundais ou d’une de ces peines seulement celui qui retient, procure, détruit, dissimule, fait disparaitre, confisque, modifie, reproduit ou détient un document de voyage d’identité d’une autre personne ou en facilite l’usage frauduleux, avec intention de commettre une infraction visée par l’article 246 ou d’en faciliter la commission.

Art.252.‐ Quiconque divulgue ou laisse connaitre sans y être habilité, une information obtenue dans le cadre de ses fonctions officielles et qui permet d’identifier une victime ou un témoin de l’infraction prévue à l’article 246, est puni de servitude pénale de six mois à trois ans et d’une amende de cinquante mille à cent mille francs burundais.

Art.253.‐ Tout transporteur commercial qui omet de vérifier que chaque passager est en possession des documents d’identité pour l’entrée dans le pays de transit ou de destination considéré, est puni d’une amende de cinquante mille à cent mille francs burundais ainsi que de la suspension ou du retrait de son autorisation de convoyer, ainsi que le paiement des frais de séjour, d’hébergement ou d’éloignement occasionnés par l’entrée illégale sur le territoire.

Paragraphe 4 ‐ Des circonstances aggravantes

Art.254.‐ L’infraction prévue par l’article 246 punie de servitude pénale de dix à quinze ans et d’une amende de trois cent mille à deux millions francs burundais lorsqu’elle est commise :

1° Par une personne qui abuse de l’autorité ou des facilités que lui confèrent ses fonctions ;
2° Par un agent public dans l’exercice de ses fonctions ;
3° Lorsqu’elle constitue un acte de participation à l’activité principale ou accessoire d’une association, que le coupable ait ou non la qualité de dirigeant.

Art.255.‐ L’infraction prévue par l’article 246 est punie de servitude pénale de quinze à vingt ans et d’une amende de cinq cent mille à dix millions francs burundais dans les cas suivants :

1° Lorsqu’elle est commise envers un enfant ;
2° Lorsqu’elle est commise en abusant de la vulnérabilité dans laquelle se trouve une personne en raison de sa situation administrative illégale ou précaire, de son âge ou de son état de grossesse, d’une maladie, d’une infirmité ou d’une déficience physique ou mentale, de manière que la personne n’a en fait pas d’autre choix véritable et acceptable que de se soumettre à cet abus ;
3° Lorsqu’elle est commise en faisant usage, de façon directe ou indirecte, de manœuvres frauduleuses, de violence, de menace ou d’une forme quelconque de contrainte ;
4° Lorsque la victime est mise en danger délibérément ou par négligence grave ;
5° Lorsque l’infraction cause une maladie incurable, une incapacité permanente physique ou psychique, la perte complète d’un organe ou de l’usage d’un organe, ou d’une mutilation grave ;
6° Lorsque l’activité concernée constitue une activité habituelle ;
7° Lorsque l’infraction constitue un acte de préparation à une activité principale ou accessoire d’une organisation criminelle, que le coupable ait ou non la qualité de dirigeant.

Art.256.‐ L’infraction prévue par l’article 246 punie de servitude pénale à perpétuité et d’une amende de sept cent cinquante mille à vingt millions francs burundais dans le cas où l’infraction cause la mort de la victime, y compris la mort par suicide.

Penalties, slavery

Penal Code, 2009

Section 2 ‐ De l’enlèvement

Art.257.‐ Est puni d’une servitude pénale d’un an à cinq ans, celui qui, par violences, ruses ou menaces, a séquestré ou fait séquestrer, a enlevé ou fait enlever une personne quelconque.
Si l’enlèvement ou la séquestration a été exécuté, soit avec l’aide d’un uniforme ou d’un insigne réglementaire ou paraissant tel, soit sous un faux nom ou sur un faux ordre de l’autorité publique, la peine est la servitude pénale de dix à vingt ans.
La même peine est applicable si l’enlèvement a été opéré à l’aide d’un moyen de transport motorisé ou si la victime a subi des menaces de quelque nature que ce soit.
Si l’enlèvement ou la séquestration a été exécutée par un membre des corps de défense et de sécurité, le coupable est puni de la servitude pénale de vingt à trente ans En tout état de cause, lorsque la personne enlevée ou séquestrée a été soumise à une exigence de rançon, à des actes de barbarie ou lorsque ces actes ont causé la mort, le coupable est puni de la servitude pénale à perpétuité.

Art.258.‐ Est puni des peines prévues par et selon les dispositions de l’article précédent, celui qui a enlevé ou fait enlever, arrêté ou fait arrêter, détenu ou fait détenir des personnes quelconques pour les vendre comme esclaves, ou qui a disposé des personnes placées sous son autorité dans le même but.

Data Commitments

A Call to Action to End Forced Labour, Modern Slavery and Human Trafficking, Signed 2017

1.ii. Take steps to measure, monitor and share data on prevalence and response to all such forms of exploitation, as appropriate to national circumstances;

Programs and Agencies for Enforcement (Source: U.S. Department of Labor)

Measures to address the drivers of vulnerability to exploitation can be key to effective prevention. A broad range of social protections are thought to reduce the likelihood that an individual will be at risk of exploitation, especially when coverage of those protections extends to the most vulnerable groups.

Social Protection Coverage: General (at Least One)
Social Protection (Source: ILO)

The seminal ILO paper on the economics of forced labour, Profits and Poverty, explains the hypothesis that social protection can mitigate the risks that arise when a household is vulnerable to sudden income shocks, helping to prevent labour exploitation. It also suggests that access to education and skills training can enhance the bargaining power of workers and prevent children in particular from becoming victims of forced labour. Measures to promote social inclusion and address discrimination against women and girls may also go a long way towards preventing forced labour.

If a country does not appear on a chart, this indicates that there is no recent data available for the particular social protection visualized.

Social Protection Coverage: Pension
Social Protection Coverage: Vulnerable Groups
Social Protection Coverage: Children
Social Protection Coverage: Disabled

Delta 8.7 has received an Official Response to this dashboard from Burundi, and is currently working to make amendments to the dashboard based on the contents of said response.