Data Dashboards

Djibouti
Measurement
Measuring the Change

using prevalence data providing the widest temporal coverage of the most complete and comparable measures available by ICLS standards.

Due to lack of nationally representative data, there is no change to report.

%
Best Target 8.7 Data: Child Labour Rate

No data available

Data Availability
  • Child labour: ILO/UNICEF data
  • Forced labour: No nationally representative data
  • Human trafficking: No nationally representative data
Context
Human Development

Human Development Index Score: 0.495 (2018)

Mean School Years: 4.0 years (2018)

Labour Indicators

Vulnerable Employment: 47.3% (2018)

Working Poverty Rate: No data available

Government Efforts
Key Ratifications
  • ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029: Ratified 2018
  • ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182: Ratified 2005
  • UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol): Accession 2005
Social Protection Coverage

General (at least one): No data

Unemployed: No data

Pension: 10.0% (2000)

Vulnerable: No data

Children: No data

Disabled: No data

Poor: No data

Measurement of child labour prevalence has evolved considerably over the past two decades. Estimates of child labour incidence are more robust and exist for more countries than any other form of exploitation falling under SDG Target 8.7.

Children in Hazardous Work, Aged 5-14 (Source: ILO)

Hazardous child labour is the largest category of the worst forms of child labour with an estimated 73 million children aged 5-17 working in dangerous conditions in a wide range of sectors. Worldwide, the ILO estimates that some 22,000 children are killed at work every year.

In Djibouti, the latest estimates show that 0.1 percent of children aged 5-14 were engaged in hazardous work in 2006. 

The chart displays differences in the percentage of children aged 5-14 in hazardous labour by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2006. 

Weekly Work Hours, Children Aged 5-14 (Source: ILO)

Children aged 5-11 are considered to be subjected to child labour when engaging in any form of economic activity. Children aged 12-14 are permitted to engage in “light” work that is not considered hazardous and falls below 14 hours per week.

According to the latest 2006 estimates, the average number of hours worked per week by children aged 5-14 in Djibouti was 4.5 hours.

The chart displays differences in the number of hours that children aged 5-14 work in economic activities by sex and region. The sample includes all children of this age group. Complete disaggregated data to comapre groups is provided for 2006. 

Weekly Work Hours Children Only in Economic Activity, Aged 5-14 (Source: ILO)

Children not attending school who are engaged in economic activity can be subjected to longer working hours. 

In 2006, the latest year with available data, children in economic activity only, meaning they are not in school, worked an average of 4.1 hours per week.

The chart displays differences in the number of hours worked by children aged 5-14 who are not in school, by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2006. 

Weekly Hours Household Chores, Children Aged 5-14 (Source: ILO)

Researchers recognize that children involved in economic activities are not the only children working. The ICLS recommended definition of child labour includes children aged 5-14 performing household chores for at least 21 hours per week. 

Children aged 5-14, on average, are found to work on household chores 4.0 hours per week according to the 2006 estimate.

The chart displays differences in the number of hours children aged 5-14 work on household chores by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2006. 

 

Measuring the incidence of forced labour is a much more recent endeavour and presents unique methodological challenges compared to the measurement of child labour.

No nationally representative data is available on forced labour prevalence in Djibouti.

Visit the How to Measure the Change page for information on new guidelines presented by the International Labour Organization and adopted by the International Conference of Labour Statisticians.

The challenges in estimating human trafficking are similar to those of estimating forced labour, though recent innovations in estimation have begun to produce prevalence estimates in developed countries.

No nationally representative data is available on human trafficking prevalence in Djibouti.

Visit the How to Measure the Change page to learn about measuring human trafficking prevalence, including information on collecting data through national referral mechanisms and producing prevalence statistics using Multiple Systems Estimation (MSE).

Case Data: International and Non-Governmental Organizations

Civil society organizations (CSOs) focused on human trafficking victim assistance can serve as crucial sources of data given their ability to reach a population that is notoriously difficult to sample.

Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC): The International Organization for Migration (IOM), Polaris and Liberty Asia have launched a global data repository on human trafficking, with data contributed by counter-trafficking partner organizations around the world. Not only does the CTDC serve as a central repository for this critical information, it also publishes normed and harmonized data from various organizations using a unified schema. This global dataset facilitates an unparalleled level of cross-border, trans-agency analysis and provides the counter-trafficking movement with a deeper understanding of this complex issue. Equipped with this information, decision makers will be empowered to create more targeted and effective intervention strategies.

Prosecution Data

UNODC compiles a global dataset on detected and prosecuted traffickers, which serves as the basis in their Global Report for country profiles. This information is beginning to paint a picture of trends over time, and case-specific information can assist investigators and prosecutors.

Key aspects of human development, such as poverty and lack of education, are found to be associated with risk of exploitation. Policies that address these issues may indirectly contribute to getting us closer to achieving Target 8.7.

Human Development Index (Source: UNDP)

The Human Development Index (HDI) is a summary measure of achievements in three key dimensions of human development: (1) a long and healthy life; (2) access to knowledge; and (3) a decent standard of living. Human development can factor into issues of severe labour exploitation in multiple ways.

The chart displays information on human development in Djibouti between 1995 and 2018. Only certain sample years have data disaggregated by sex. 

The most recent year of the HDI, 2018, shows that the average human development score in Djibouti is 0.495. This score indicates that human development is low. 

 

HDI Education Index (Source: UNDP)

Lack of education and illiteracy are key factors that make both children and adults more vulnerable to exploitive labour conditions.

As the seminal ILO report Profits and Poverty explains:

“Adults with low education levels and children whose parents are not educated are at higher risk of forced labour. Low education levels and illiteracy reduce employment options for workers and often force them to accept work under poor conditions. Furthermore, individuals who can read contracts may be in a better position to recognize situations that could lead to exploitation and coercion.”

The bars on the chart represent the Education Index score and the line traces the mean years of education in Djibouti over time.

 

Decent work, a major component of SDG 8 overall, has clear implications on the forms of exploitation within Target 8.7. Identifying shortcomings in the availability of equitable, safe and stable employment can be a step in the right direction towards achieving Target 8.7.

HDI Vulnerable Employment (Source: UNDP)

There are reasons to believe that certain types of labour and labour arrangements are more likely to lead to labour exploitation. According to the ILO:

“Own-account workers and contributing family workers have a lower likelihood of having formal work arrangements, and are therefore more likely to lack elements associated with decent employment, such as adequate social security and a voice at work. The two statuses are summed to create a classification of ‘vulnerable employment’, while wage and salaried workers together with employers constitute ‘non-vulnerable employment’.”

Between 1991 and 2018, Djibouti showed a decrease in the proportion of workers in vulnerable employment as compared to those in secure employment.

Labour Productivity (Source: ILO)

Labour productivity is an important economic indicator that is closely linked to economic growth, competitiveness, and living standards within an economy.” However, when increased labour output does not produce rising wages, this can point to increasing inequality. As indicated by a recent ILO report (2015), there is a “growing disconnect between wages and productivity growth, in both developed and emerging economies”. The lack of decent work available increases vulnerability to situations of labour exploitation. 

Labour productivity represents the total volume of output (measured in terms of Gross Domestic Product, GDP) produced per unit of labour (measured in terms of the number of employed persons) during a given period.

 

Research to date suggests that a major factor in vulnerability to labour exploitation is broader social vulnerability, marginalization or exclusion.

Groups Highly Vulnerable to Exploitation (Source: UNHCR)

Creating effective policy to prevent and protect individuals from forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour means making sure that all parts of the population are covered, particularly the most vulnerable groups, including migrants.

According to the 2016 Global Estimates of Modern Slavery: “Almost one of every four victims of forced labour were exploited outside their country of residence, which points to the high degree of risk associated with migration in the modern world, particularly for migrant women and children. “

As IOM explains: “Although most migration is voluntary and has a largely positive impact on individuals and societies, migration, particularly irregular migration, can increase vulnerability to human trafficking and exploitation.” UNODC similarly notes that: “The vulnerability to being trafficked is greater among refugees and migrants in large movements, as recognized by Member States in the New York declaration for refugees and migrants of September 2016.”

The chart displays UNHCR’s estimates of persons of concern in Djibouti.

Achieving SDG Target 8.7 will require national governments to take direct action against the forms of exploitation through policy implementation.

Official Definitions
Legally Defining 8.7
Travail forcé

Code du travail, 2006

Article 2 : Le travail forcé ou obligatoire est interdit de façon absolue.
Le terme “travail forcé ou obligatoire” désigne tout travail ou service exigé d’un individu sous la contrainte physique et/ou morale et pour lequel l’individu ne s’est donné de plein droit.
Toutefois, le terme “travail forcé ou obligatoire” ne comprendra pas :

a) tout travail ou service exigé en vertu des lois sur le service militaire obligatoire et affecté à des travaux d’un caractère purement militaire ;
b) tout travail ou service d’intérêt général tel que défini par les lois sur les obligations civiques ;
c) tout travail ou service exigé d’un individu comme conséquence d’une condamnation prononcée par une décision judiciaire, à la condition que ce travail ou service soit exécuté sous la surveillance et le contrôle des autorités publiques et que ledit individu ne soit pas concédé ou mis à la disposition de particuliers, compagnies ou personnes morales privées ;
d) tout travail ou service exigé dans les cas de force majeure, c’est-à-dire dans les cas de guerre, de sinistres ou menaces de sinistres tels qu’incendies, inondations, famines, tremblements de terre, épidémies et épizooties violentes, invasions d’animaux, d’insectes ou de parasites végétaux nuisibles,
et en général toutes circonstances mettant en danger ou risquant de mettre en danger la vie ou les conditions normales d’existence de l’ensemble ou d’une partie de la population ;
e) les menus travaux de village, c’est-à-dire les travaux exécutés dans l’intérêt direct de la collectivité par les membres de celle-ci, travaux qui, de ce chef, peuvent être considérés comme des obligations civiques normales incombant aux membres de la collectivité, à condition que la population elle- même ou ses représentants directs aient le droit de se prononcer sur le bien-fondé de ces travaux.

Loi N°133/AN/16/7ème L portant sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants, 2016

Chapitre I: DÉFINITION DES TERMES
Article 1er : La traite de personnes.
Au sens de la présente loi :
L’expression “travail” ou “service forcé” désigne tout travail ou service exigé d’une personne sous la menace de représailles quelconques et pour lequel ladite personne n’a pas donné son consentement sans avoir été menacée.

Travail des enfants

Code du travail, 2006

Article 5 : L’âge minimum d’accès au marché du travail est fixé à 16 ans révolus.
Article 108 : Conformément à l’article 5 du présent Code, le travail des enfants est interdit en République de Djibouti.
Par “”jeunes”” au sens du présent Code, il faut entendre les travailleurs mineurs âges de 16 à 18 ans.

Worst Forms of Child Labour

Code du travail, 2006

Article 94 : Le travail de nuit est interdit pour les jeunes travailleurs âgés de moins de 18 ans.
Des dérogations peuvent toutefois être accordées par décrets pris après avis du Conseil National du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

Article 96 : Le repos des jeunes travailleurs âgés de moins de 18 ans doit avoir une durée minimale de douze heures consécutives, comprenant la période de nuit.

Article 110 : Le travail des jeunes est formellement interdit dans les secteurs d’activité suivants :
a) emplois domestiques,
b) Hôtellerie, bars et débits de boissons, à l’exception des emplois strictement liés à la seule restauration.

Loi N°133/AN/16/7ème L portant sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants, 2016

Chapitre I: DÉFINITION DES TERMES
Article 1er :
Dans le cas d’un enfant, le délit de traite des êtres humains comprend le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil d’un mineur à des fins d’exploitation, même si aucun des moyens n’a été
utilisé.
Le terme “enfant” désigne toute personne de moins de 18 ans.

La traite des personnes

Loi N°133/AN/16/7ème L portant sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants, 2016

Chapitre I: DÉFINITION DES TERMES
Article 1er : La traite de personnes.
Au sens de la présente loi :

L’expression “traite de personnes” désigne le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par l’utilisation de la menace ou l’emploi de la force, les autres formes de contrainte, l’enlèvement, la fraude, la tromperie, l’abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une
autre à des fins d’exploitation.

Les fins d’exploitation doivent inclure, au minimum, le proxénétisme ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou des pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes ou de tissus et d’adoption réalisée à des fins d’exploitation telle que définie dans la présente loi.

Tout consentement donné par une victime, ayant abouti aux fins d’exploitation citées ci-dessus n’est jamais valable lorsque l’un des quelconques moyens énoncés aux alinéas précédents a été utilisé.

Esclavage

Loi N°133/AN/16/7ème L portant sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants, 2016

Chapitre I: DÉFINITION DES TERMES
Article 1er : La traite de personnes.
Au sens de la présente loi :

Le terme “esclavage” s’entend d’une situation dans laquelle les pouvoirs généralement exercés sur un bien sont exercés sur une personne ;
Le terme “esclave” s’entend d’une personne maintenue en état de servitude et dont la vie, la liberté et les biens sont sous le contrôle absolu de quelqu’un.

International Commitments
International Ratifications

ILO Forced Labour Convention, C029, Ratification 1978

ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029, Ratification 2018

ILO Abolition of Forced Labour Convention, C105, Ratification 1978

ILO Minimum Age Convention, C138, Ratification 2005 (minimum age specified: 16 years)

ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182, Ratification 2005

Slavery Convention 1926 and amended by the Protocol of 1953, Not signed

UN Supplementary Convention on the Abolition of Slavery, Accession 1979

UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol), Accession 2005

UN Convention on the Rights of the Child, Ratification 1990

UN Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child: Involvement of Children in Armed Conflict, Ratification 2011

UN Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child: Sale of Children, Child Prostitution and Child Pornography, Ratification 2011

National Action Plans, National Strategies

National Action Plan on Trafficking in Persons (2014–2020)

Aims to strengthen the legislative framework to combat human trafficking, protect and assist human trafficking victims, and establish a national referral mechanism between law enforcement officials and social service providers. (36) Although the anti-trafficking working group met more than ten times during the year, the plan has yet to be operationalized.

UNDAF (2013–2017)

Provides access to basic social services to protect children against all forms of violence and exploitation. Includes plans for equal and quality access to basic education in both rural and urban areas. UNDAF focused primarily on programs that build capacity for victim recognition and protection. Research was unable to determine whether activities were undertaken to implement UNDAF during the reporting period.

 

Governments can take action to assist victims and to prevent and end the  perpetration of forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour. These actions should be considered in wider societal efforts to reduce prevalence and move towards eradication of these forms of exploitation.

Programs and Agencies for Victim Support

Policies for Assistance
Policies for assistance, human trafficking

Loi N°133/AN/16/7ème L portant sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants, 2016

Chapitre V : PROTECTION ET ASSISTANCE AUX VICTIMES DE TRAITE DES PERSONNES ET DES PRATIQUES ASSIMILÉES.

Article 31 : La présente loi protège la vie privée et l’identité des victimes de la traite des personnes afin de les préserver de toutes représailles. Le tribunal compétent peut, s’il décide qu’il est dans l’intérêt de la victime, décider de fermer au public les procès relatifs à la traite des personnes. Seule la décision finale de justice peut être prononcée en audience publique.

A cet effet les mesures ci-après décrites doivent être observées tout au long de la procédure. Elles devront, dans certains cas, se poursuivre au delà de la phase du jugement.
Une assistance psychologique, médicale et sociale et un hébergement approprié à leur condition de victimes
de la traite seront accordés aux victimes de la traite des personnes afin de pourvoir à leurs besoins. Une assistance juridique et les services d’un interprète, si nécessaire, sera pourvue aux victimes de la traite des personnes.

Les personnes étrangères victimes de la traite bénéficient du droit de résidence pendant la durée des poursuites judiciaires contre les auteurs, et/ou complices des infractions prévues par la loi. Elles peuvent par la suite bénéficier d’une résidence permanente s’il a lieu et l’accès à l’éducation pour les enfants.

Une personne étrangère victime de la traite n’est pas criminellement responsable de l’entrée, du séjour ou du travail accompli de façon illégale sur le territoire national s’il y a des raisons suffisantes de croire que cette personne est une victime de la traite de personnes.

Article 32 : Des mesures seront prises pour assurer la sécurité physique des personnes étrangères victimes de la traite des personnes pendant qu’elles se trouvent sur le territoire national. Ces victimes ne peuvent pas, en conséquence, faire l’objet d’expulsion dudit territoire lorsqu’aucune garantie dans leur pays d’origine ou de provenance n’est assurée. Elles ne peuvent faire l’objet de rapatriement que dans des conditions de dignité et de sécurité. Les autorités compétentes aviseront les personnes qui sont des victimes de la traite des personnes le plus tôt possible de leurs droits et des services ci-dessus décrits et mis à leur disposition.

Article 33 : Assistance spéciale aux enfants
Dans les cas d’infraction où la traite des personnes impliquera des enfants, les audiences ne sont pas publiques.
Les enfants bénéficient des mêmes protections que celles accordées à toutes les victimes de la traite. Les parties, les représentants, les conseillers juridiques ainsi que d’autres personnes dont la présence est considérée nécessaire par le tribunal peuvent assister aux audiences et à toutes les étapes de la procédure judiciaire.

Article 34 : Pour la protection de l’identité et de la vie privée de victimes et des témoins, les juridictions de jugement peuvent ordonner le huit clos.

Article 35 : La juridiction de jugement peut disposer les victimes ou témoins d’une comparution à l’audience ou prendre des mesures utiles à la protection de leur identité et de leur vie privée.

Article 36 : Les victimes des infractions visées par la présente loi peuvent solliciter leur maintien sur le territoire national à titre temporaire ou permanent.

Article 37 : Les victimes des infractions visées par la présente loi lorsqu’elle présente une vulnérabilité particulière ou sont mineures sont assistées devant les juridictions d’instruction et de jugement par un avocat de leur choix ou commis d’office.

Article 38 : Pour l’exercice de l’action civile, le ministère public peut requérir la mise sous tutelle ou l’administration légale des victimes mineures dont le représentant légal n’est pas connu ou ne présente pas de garanties de sauvegarde des droits et du bien-être de l’enfant.

Article 39 : Il est institué, par décret pris en conseil des ministres, un organe national de vigilance en matière de lutte contre la traite des personnes et les pratiques assimilées.

Policies for assistance, child labour

Loi n° 95/AN/15/7ème L du 18 mai 2015 portant Code de protection juridique des mineurs.

TITRE I DE LA PROTECTION DES MINEURS
CHAPITRE I. Protection de l’enfant en situations difficiles ou en danger
SECTION I. Dispositions générales
SECTION II. Des mesures de protection, d’assistance, d’éducation et de surveillance

Décret n° 2012-067/PR/MPF du 4 avril 2012 portant création et organisation du Conseil national de l’Enfant (CNE).

Ce conseil est notamment chargé de promouvoir les droits de l’enfant; de contribuer à l’élaboration et à la validation des politiques générales et stratégies de développement de l’enfance; de documenter toutes les situations de violence, d’abus, de négligence ou d’exploitation faites sur des enfants et d’assurer le suivi de l’élaboration, la validation et la soumission des rapports nationaux faisant état de la mise en oeuvre des instruments juridiques régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’enfant ainsi que le suivi de la mise en oeuvre des recommandations internationales relatives à la réalisation et à la protection des droits des enfants.

 

Penalties
Penalties, Forced Labour

Code du travail, 2006

Article 290 : Sont punis d’une amende de un million de francs (1 000 000 FD) à deux millions de francs (2 000 000 FD) et d’un mois d’emprisonnement et, en cas de récidive, de deux mois d’emprisonnement et d’une amende double, ou de l’une de ces deux peines seulement :
a) les auteurs d’infractions aux dispositions de l’article 2 sur l’interdiction du travail forcé ;

Loi N°133/AN/16/7ème L portant sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants, 2016

Article 10 : Quiconque soumet une autre personne à un travail ou à des services forcés dans un laps de temps n’excédant pas un mois et n’ayant pas entrainé des complications tant physiques que morales sera puni de la peine de 10 à 15 ans :

1. en causant ou en menaçant de causer un préjudice à cette personne ; ou
2. en recourant ou en menaçant de recourir à la contrainte physique contre cette personne ou l’un de ses proches ; ou
3. en détruisant, en dissimulant, en soustrayant, en conséquent ou en détenant sciemment tout document de voyage ou d’identité de cette personne ; ou
4. en recourant au chantage ; ou 5.encausantouenmenaçantdecauserunpréjudicefinancierà cettepersonneouàl’undesesproches; ou
6. en utilisant un stratagème, un plan ou une manœuvre visant à convaincre la personne que si elle ne fournit pas le travail ou les services en question, elle ou l’un de ses proches subira un préjudice grave ou une
contrainte physique.

Penalties, Child Labour

Code du travail, 2006

Article 289 : Sont punis d’une amende de cinq cent mille francs (500 000 FD) à un million de francs (1 000 000 FD), et en cas de récidive de quinze jours d’emprisonnement et d’une amende double, ou de l’une de ces deux peines seulement :

a) tout employeur qui a infligé des amendes ;
b) tout employeur qui ne respecte pas le repos de la femme enceinte prévu à l’article 113 ainsi que le repos pour allaitement prévu à l’article 116. Il en est de même de celui qui prononce ou maintient un licenciement au mépris des dispositions de l’article 114 ;
c) les auteurs des infractions aux dispositions des articles 87, 94, 96, 125 et 137 ;
d) toute personne qui a employé un travailleur de nationalité étrangère démunie d’un permis de travail.

Article 290 : Sont punis d’une amende de un million de francs (1 000 000 FD) à deux millions de francs (2 000 000 FD) et d’un mois d’emprisonnement et, en cas de récidive, de deux mois d’emprisonnement et d’une amende double, ou de l’une de ces deux peines seulement :

a) les auteurs d’infractions aux dispositions de l’article 2 sur l’interdiction du travail forcé ;
b) les personnes qui ont volontairement fait une fausse déclaration d’accident de travail ou de maladie professionnelle ;
c) toute personne qui, par violence, menaces, tromperie, vols ou promesse, a contraint ou tenté de contraindre un travailleur à se faire embaucher contre son gré ou qui, par les mêmes moyens, a tenté de l’empêcher de se faire embaucher ou de remplir les obligations imposées par son contrat ;
d) toute personne qui, en faisant usage d’un contrat fictif ou d’un permis de travail inexact, s’est fait
embaucher ou s’est substitué volontairement à un autre travailleur ;
e) tout employeur ou préposé qui a volontairement porté sur le registre d’employeur ou tout autre document, des attestations mensongères relatives à la durée ou aux conditions du travail accompli par le travailleur, ainsi que tout travailleur qui a fait usage de ces attestations ;
f) toute personne qui a exigé ou accepté du travailleur une rémunération quelconque à titre d’intermédiaire dans le règlement ou le paiement de salaires, indemnités allocations et frais de toute nature ;
g) toute personne qui fait entrave à la liberté syndicale, notamment par violation des articles 3, 4, 210, 211, 212, 213, 214 ;
h) tout employeur qui enfreint les dispositions des articles 188, 189 et 190 ;
i) tout employeur qui entrave la constitution, la désignation des membres ou le fonctionnement des comités d’hygiène et de sécurité ;
j) tout employeur qui fait obstacle à la mise en place ces délégués du personnel et à l’exercice de leurs fonctions.

Article 461
Le fait de provoquer directement un mineur à commettre habituellement des crimes ou des délits est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 2 000 000 F d’amende.
Lorsqu’il s’agit d’un mineur de quinze ans, l’infraction définie par le présent article est punie de dix ans d’emprisonnement et de 5 000 000 F d’amende.

Article 462
Le fait d’exciter à la débauche ou de favoriser la corruption d’un mineur en organisant des réunions comportant des exhibitions ou des relations sexuelles auxquelles il participe ou assiste est puni de trois ans d’emprisonnement et de 1 000 000 F d’amende.
Lorsqu’il s’agit d’un mineur de quinze ans, l’infraction définie par le présent article est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 2 000 000 F d’amende.

Article 463
Le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image d’un mineur lorsque cette image présente un caractère pornographique est puni d’un an d’emprisonnement et de 200 000 F d’amende.
Le fait de diffuser une telle image, par quelque moyen que ce soit, est puni des mêmes peines.
Les peines sont portées à trois ans d’emprisonnement et à 1 000 000 F d’amende lorsqu’il s’agit d’un mineur de quinze ans.

Penalties, Human Trafficking

Loi N°133/AN/16/7ème L portant sur la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants, 2016

SECTION 1 : DE LA TRAITE DES PERSONES
Article 5 : Est constitutif de l’infraction de la traite des personnes: le recrutement, le transfert, le transport, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par le recours à la menace ou le recours à la force ou à d’autre formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acception de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation.
L’exploitation comprend, notamment, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autre forme d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes.

Article 6 : Le consentement d’une victime de la traite des personnes telle que définie à l’article 5 ci-dessus n’est pas valable en raison des mesures coercitives, trompeuses ou abusives utilisées par des trafiquants.

Article 7 : Est coupable de la traite des personnes et puni de cinq à dix ans d’emprisonnement quiconque commet les actes prévus aux articles 5 et 6 de la présente loi.

Article 8 : La réclusion criminelle de dix à vingt ans est encourue lorsque l’infraction a été commise dans l’une des circonstances suivantes :

– Si la victime est un mineur de moins de 18 ans ;
– Si la victime est particulièrement vulnérable en raison d’une déficience physique ou psychique due à son état de grossesse, de son âge avancé ou de son état de santé ;
– Si l’acte a été commis par fraude ou violence, par usage de fausse qualité, faux titres ou des documents falsifiés ou altérés ou de fausses autorisations ;
– Si l’auteur a fait usage de stupéfiants ou de toute autre substance de nature à altérer la volonté de la victime ;
– Si l’auteur est porteur d’une arme apparente ou cachée ;
– Si l’auteur est un ascendant ou une personne ayant autorité sur la victime ;
– Si la victime a été séquestrée, privée d’aliments ou exposée dans un endroit public ;
– Si la victime a été exposée à des travaux dangereux, pénibles ou aux pires formes de travail des enfants ; – Si l’auteur a commis des abus sexuels sur la victime ;
– En cas de soustraction d’un enfant ;
– En cas de réduction de la personne en esclavage ;
– En cas d’assujettissement de la personne au travail forcé ;
– En cas d’instigation à la commission, par la personne, d’un acte de prostitution ;
– En cas d’instigation à la participation de la personne à une publication ou une représentation obscène ;
– En cas de prélèvement d’organes.

Article 9 : La peine est la réclusion criminelle à perpétuité lorsque: – La victime est décédée ;
– Il en est résulté une mutilation ou une infirmité permanente ;
– La traite a eu pour but le prélèvement d’organes.

Article 11 : Toute personne qui organise la commission d’une infraction de traite de personnes ou donne des instructions à une autre personne pour que cette infraction soit commise est passible de la même peine que l’auteur de l’infraction.

Article 12 : Toute personne qui tente de commettre l’une quelconque des infractions visées par la présente loi est punie comme si l’infraction avait été commise. La tentative est passible de la même peine que celle prévue pour la commission de l’infraction.

Article 13 : Toute personne qui aura sciemment recélé en tout ou en partie des choses, objets et biens enlevés ou obtenus à l’aide d’un crime relatif à la traite des personnes sera reconnue comme complice du crime et punie pour la traite des personnes.
Infractions commises par des personnes morales

Article 14 : Si une infraction prévue par la présente loi a été commise par une personne morale et si la preuve est faite qu’elle l’a été avec le consentement ou la connivence ou est attribuable à la négligence d’une personne occupant les fonctions d’administrateur, de directeur, de secrétaire ou de tout autre dirigeant de la personne morale ou d’une personne qui était censée agir à l’un quelconque de ces titres, la personne physique et la personne morale sont coupables des poursuites et des sanctions prévues par la présente loi.

Article 15 : Le profit provenant des confiscations ordonnées par la juridiction pourront être utilisées pour contribuer au fonds de secours d’urgence qui est créé pour les victimes de la traite des personnes.
Mesures et peines complémentaires

Article 16 : Les tribunaux peuvent prononcer la fermeture définitive de tout établissement ouvert au public ou utilisé par le public, où ces infractions ont été commises par l’exploitant ou avec sa complicité.
Le retrait de l’autorisation de fonctionner ou de la licence d’exploitation peut être aussi prononcé de façon définitive.
Les tribunaux peuvent prononcer également :
– L’interdiction définitive de séjourner sur le territoire national de tout étranger coupable d’une des infractions sur la traite des personnes ;
– L’interdiction provisoire de quitter le territoire national et le retrait de passeport pour la durée des enquêtes et jusqu’au prononcé du jugement définitif ;

Loi. No. 111/AN/11/6L relative à la lutte contre le terrorisme et autres infractions graves, 2010

Article 23 : Le fait de commettre un des actes suivants, aux fins d’exploiter, de recruter, de transporter, de transférer, d’héberger ou d’accueillir des personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par l’enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre est puni de 10 ans d’emprisonnement et de 10.000.000 d’amende.

Les fins d’exploitation comprennent, entre autres, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes.
Le consentement d’une victime d’une des infractions prévues dans cet article à l’exploitation est indifférent lorsque l’un quelconque des moyens énoncés à l’alinéa 1 à été utilisé.
Les infractions prévues dans cet article, lorsqu’elles ont été commises aux fins d’exploitation de mineurs, sont punies de 15 ans de réclusion criminelle et de 10.000.000 FD d’amende indépendamment de l’utilisation d’un des moyens mentionnés à l’alinéa premier du présent article.
Le fait d’organiser la commission d’une infraction établie conformément au présent article ou de donner des instructions à d’autres personnes pour qu’elles la commettent, est puni de 15 ans de réclusion criminelle et de 15.000.000 FD d’amende.

Penalties, General

Code penal, 1995

Les conditions inhumaines de travail et d’hébergement
Article 403
Le fait d’obtenir d’une personne, en abusant de sa vulnérabilité ou de sa situation de dépendance, la fourniture de services non rétribués ou en échange d’une rétribution manifestement sans rapport avec l’importance du travail accompli, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 1 000 000 F d’amende.

Article 404
Le fait de soumettre une personne, en abusant de sa vulnérabilité ou de sa situation de dépendance, à des conditions de travail ou d’hébergement incompatibles avec la dignité humaine, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 1000 000 F d’amende.

Article 405
Les infractions définies aux articles 403 et 404 sont punies de cinq ans d’emprisonnement et de 5 000 000 F d’amende lorsqu’elles sont commises à l’égard de plusieurs personnes.

Article 406
Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions prévues par l’article 21, des infractions définies aux articles 403 à 405. Les peines encourues par les personnes morales sont :
1° l’amende, suivant les modalités prévues par l’article 46 ; 2° les peines mentionnées aux 1°, 3°, 4° à 9° de l’article 47.

Article 394
Le proxénétisme est le fait, par quiconque, de quelque manière que ce soit:

1° d’aider, d’assister ou de protéger la prostitution d’autrui ;
2° de tirer profit de la prostitution d’autrui, d’en partager les produits ou de recevoir des subsides d’une personne se livrant habituellement à la prostitution ;
3° d’embaucher, d’entraîner ou de détourner une personne en vue de la prostitution ou d’exercer sur elle une pression pour qu’elle se prostitue ou continue à le faire.

Le proxénétisme est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 10 000 000 F d’amende.

Article 395
Est assimilé au proxénétisme le fait, par quiconque, de quelque manière que ce soit :

1° de faire office d’intermédiaire entre deux personnes dont l’une se livre à la prostitution et l’autre exploite ou rémunère la prostitution d’autrui ;
2° de faciliter à un proxénète la justification de ressources fictives ;
3° de ne pouvoir justifier de ressources correspondant à son train de vie tout en étant en relations habituelles avec une ou plusieurs personnes se livrant à la prostitution ;
4° de tenir des locaux ou emplacements non utilisés par le public à la disposition d’une ou plusieurs personnes en sachant qu’elles s’y livreront à la prostitution ;
5° de vendre un local ou un emplacement non utilisé par le public à une ou plusieurs personnes en sachant qu’elles s’y livreront à la prostitution ;
6° d’entraver l’action de prévention, de contrôle, d’assistance ou de rééducation entreprise par les organismes qualifiés à l’égard des personnes en danger de prostitution ou se livrant à la prostitution.

Article 396
Le proxénétisme est puni de dix ans d’emprisonnement et de 25 000 000 F d’amende lorsqu’il est commis :

1° à l’égard d’un mineur ;
2° à l’égard d’une personne particulièrement vulnérable en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique ou psychique ou d’un état de grossesse lorsque cette circonstance est apparente ou connue de l’auteur;
3° à l’égard de plusieurs personnes ;
4° à l’égard d’une personne qui a été incitée à se livrer à la prostitution soit hors du territoire de la République, soit à son arrivée sur le territoire de la République ;
5° par un ascendant légitime, naturel ou adoptif de la personne qui se prostitue ou par une personne qui a autorité sur elle ou abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions ;
6° par une personne appelée à participer, de par ses fonctions, à la lutte contre la prostitution, à la protection de la santé ou au maintien de l’ordre public ;
7° par une personne porteuse d’une arme ;
8° avec l’emploi de la contrainte, de violences ou de manœuvres dolosives.

Article 397
Le proxénétisme prévu à l’article 396 est puni de vingt ans de réclusion criminelle et de 50 000 000 F d’amende lorsqu’il est commis en bande organisée.

Article 398
Le proxénétisme commis en recourant à des actes de torture ou de barbarie est puni de vingt ans de réclusion criminelle et de 50 000 000 F d’amende.

Article 399
Est puni de dix ans d’emprisonnement et de 25 000 000 F d’amende le fait, par quiconque, agissant directement ou par personne interposée :

1 ° de détenir, gérer, exploiter, diriger, faire fonctionner, financer, ou contribuer à financer un établissement de prostitution ;
2° détenant, gérant, exploitant, dirigeant, faisant fonctionner, finançant ou contribuant à financer un établissement quelconque ouvert au public ou utilisé par le public, d’accepter ou de tolérer habituellement qu’une ou que plusieurs personnes se livrent à la prostitution à l’intérieur de l’établissement ou de ses annexes ou y recherchent des clients en vue de la prostitution.

Article 400
Le ministère public fait connaître l’engagement des poursuites et la décision intervenue, au propriétaire de l’immeuble, au bailleur et au propriétaire du fonds où est exploité un établissement dans lequel sont constatés les faits visés à l’article 399. En outre, il les fait mentionner au registre du commerce et aux registres sur lesquels sont inscrites les sûretés.

Article 401
La tentative des délits prévus par la présente section est punie des mêmes peines.

Article 402
Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions prévues par l’article 21, des infractions définies aux articles 394 à 399.
Les peines encourues par les personnes morales sont

1° l’amende, suivant les modalités prévues par l’article 46;
2° les peines mentionnées aux 1°, 3°, 5° à 10° de l’article 47;
3° la fermeture définitive de l’établissement.

Data Commitments

A Call to Action to End Forced Labour, Modern Slavery and Human Trafficking, Signed 2017

1.ii. Take steps to measure, monitor and share data on prevalence and response to all such forms of exploitation, as appropriate to national circumstances;

Programs and Agencies for Enforcement

Measures to address the drivers of vulnerability to exploitation can be key to effective prevention. A broad range of social protections are thought to reduce the likelihood that an individual will be at risk of exploitation, especially when coverage of those protections extends to the most vulnerable groups.

 

Social Protection Coverage: General (at Least One)
Social Protection (Source: ILO)

The seminal ILO paper on the economics of forced labour, Profits and Poverty, explains the hypothesis that social protection can mitigate the risks that arise when a household is vulnerable to sudden income shocks, helping to prevent labour exploitation. It also suggests that access to education and skills training can enhance the bargaining power of workers and prevent children in particular from becoming victims of forced labour. Measures to promote social inclusion and address discrimination against women and girls may also go a long way towards preventing forced labour.

If a country does not appear on a chart, this indicates that there is no recent data available for the particular social protection visualized.

Social Protection Coverage: Pension
Social Protection Coverage: Vulnerable Groups
Social Protection Coverage: Children
Social Protection Coverage: Disabled

Delta 8.7 has received no Official Response to this dashboard from Djibouti. If you are a representative of Djibouti and wish to submit an Official Response, please contact us here.