Data Dashboards

Mauritania
Measurement
Measuring the Change

using prevalence data providing the widest temporal coverage of the most complete and comparable measures available by ICLS standards.

Child labour data is only provided for 2011 and does not cover the full statistical definition. There is no change to report.

%
Best Target 8.7 Data: Child Labour Rate

The data visualization displays yearly child labour statistics based on a variety of nationally-representative household surveys. All years of data hold up to standards set by interagency collaboration between ILO, UNICEF and World Bank, though, in some cases are not perfectly comparable between years. Detailed information on each data point is provided in the Measurement tab (above).

Data Availability
  • Child labour: ILO/UNICEF data
  • Forced labour: No nationally representative data
  • Human trafficking: No nationally representative data
Context
Human Development

Human Development Index Score: 0.527 (2018)

Mean School Years: 4.6 years (2018)

 

Labour Indicators

Vulnerable Employment: 52.8% (2018)

Working Poverty Rate: 2.7% (2020)

Government Efforts
Key Ratifications
  • ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029: Ratified 2016
  • ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182: Ratified 2001
  • UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol): Accession 2005
National Strategies

National Action Plan to Eliminate Child Labor (PANETE-RIM) (2015–2020)

Roadmap and Action Plan for the Eradication of the Vestiges of Slavery (2014–2017)

United Nations Development Assistance Framework (2012–2017)

Strategy for Accelerated Growth and Sustainable Development (2017–2030)

Social Protection Coverage

General (at least one): No data

Unemployed: No data

Pension: 8.0% (2000)

Vulnerable: No data

Children: No data

Disabled: No data

Poor: No data

Measurement of child labour prevalence has evolved considerably over the past two decades. Estimates of child labour incidence are more robust and exist for more countries than any other form of exploitation falling under SDG Target 8.7.

Child Labour Rate, Aged 5-17 (Source: ILO)

Based on the international conventions and the International Conference of Labour Statisticians (ICLS)  resolution, and consistent with the approach utilized in the ILO global child labour estimates exercise, the statistical definition of child labour used includes:

a) children aged 5-11 years in all forms of economic activity;
b) children aged 12-14 years in all forms of economic activity except permissible “light” work;
c) children and adolescents aged 15-17 years in hazardous work; and
d) children aged 5-14 years performing household chores for at least 21 hours per week.

In Mauritania, data on the percentage of child labourers is provided for 2011. The measure provided for 2011 does not cover the full definition of hazardous work, but uses a reduced definition.

The chart displays differences in the percentage of children aged 5-17 in child labour by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2011. 

 

Children in Hazardous Work, Aged 5-14 (Source: ILO)

Hazardous child labour is the largest category of the worst forms of child labour with an estimated 73 million children aged 5-17 working in dangerous conditions in a wide range of sectors. Worldwide, the ILO estimates that some 22,000 children are killed at work every year.

In Mauritania, the latest estimates show that 1.7 percent of children aged 5-14 were engaged in hazardous work in 2011.

All measures provided do not cover the full definition of hazardous work, but use the same, reduced definition.

The chart displays differences in the percentage of children aged 5-14 in hazardous labour by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2007 and 2011. 

Children in Hazardous Work, Aged 15-17 (Source: ILO)

Children aged 15-17 are permitted to engage in economic activities by international conventions in most cases, except when the work is likely to harm the health, safety or morals of children (Article 3 (d) of ILO Convention concerning the Prohibition and Immediate Action for the Elimination of the Worst Forms of Child Labour, 1999 (No. 182)).

In Mauritania, the latest estimates show that 4.3 percent of children aged 15-17 were engaged in hazardous work in 2011.

The measure provided does not cover the full definition of hazardous work, but uses a reduced definition. 

 The chart displays differences in the percentage of children aged 15-17 in hazardous labour by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2011.

Weekly Work Hours, Children Aged 5-14 (Source: ILO)

Children aged 5-11 are considered to be subjected to child labour when engaging in any form of economic activity. Children aged 12-14 are permitted to engage in “light” work that is not considered hazardous and falls below 14 hours per week.

According to the latest 2011 estimates, the average number of hours worked per week by children aged 5-14 in Mauritania was 19.7 hours. The average number of hours worked has increased from 13.1 hours in 2007.

The chart displays differences in the number of hours that children aged 5-14 work in economic activities by sex and region. The sample includes all children of this age group. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2007 and 2011.

Weekly Work Hours Children Only in Economic Activity, Aged 5-14 (Source: ILO)

Children not attending school who are engaged in economic activity can be subjected to longer working hours. 

In 2011, the latest year with available data, children in economic activity only, meaning they are not in school, worked an average of 20.8 hours per week. This number has increased since 2007, when the average number of hours worked by this age group was 13.4. 

The chart displays differences in the number of hours worked by children aged 5-14 who are not in school, by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2007 and 2011. 

Weekly Hours Household Chores, Children Aged 5-14 (Source: ILO)

Researchers recognize that children involved in economic activities are not the only children working. The ICLS recommended definition of child labour includes children aged 5-14 performing household chores for at least 21 hours per week. 

Children aged 5-14, on average, are found to work on household chores 13.0 hours per week according to the 2011 estimate. This estimate represents an increase in hours worked across all age groups since the last estimate in 2007, which found that children aged 5-14 in Mauritania worked an average of 9.8 hours per week.

The chart displays differences in the number of hours children aged 5-14 work on household chores by sex and region. Complete disaggregated data to compare groups is provided for 2007 and 2011. 

 

Measuring the incidence of forced labour is a much more recent endeavour and presents unique methodological challenges compared to the measurement of child labour.

No nationally representative data is available on forced labour prevalence in Mauritania.

Visit the How to Measure the Change page for information on new guidelines presented by the International Labour Organization and adopted by the International Conference of Labour Statisticians.

The challenges in estimating human trafficking are similar to those of estimating forced labour, though recent innovations in estimation have begun to produce prevalence estimates in developed countries.

No nationally representative data is available on human trafficking prevalence in Mauritania.

Visit the How to Measure the Change page to learn about measuring human trafficking prevalence, including information on collecting data through national referral mechanisms and producing prevalence statistics using Multiple Systems Estimation (MSE).

Case Data: International and Non-Governmental Organizations

Civil society organizations (CSOs) focused on human trafficking victim assistance can serve as crucial sources of data given their ability to reach a population that is notoriously difficult to sample.

Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC): The International Organization for Migration (IOM), Polaris and Liberty Asia have launched a global data repository on human trafficking, with data contributed by counter-trafficking partner organizations around the world. Not only does the CTDC serve as a central repository for this critical information, it also publishes normed and harmonized data from various organizations using a unified schema. This global dataset facilitates an unparalleled level of cross-border, trans-agency analysis and provides the counter-trafficking movement with a deeper understanding of this complex issue. Equipped with this information, decision makers will be empowered to create more targeted and effective intervention strategies.

Prosecution Data

UNODC compiles a global dataset on detected and prosecuted traffickers, which serves as the basis in their Global Report for country profiles. This information is beginning to paint a picture of trends over time, and case-specific information can assist investigators and prosecutors.

Key aspects of human development, such as poverty and lack of education, are found to be associated with risk of exploitation. Policies that address these issues may indirectly contribute to getting us closer to achieving Target 8.7.

Human Development Index (Source: UNDP)

The Human Development Index (HDI) is a summary measure of achievements in three key dimensions of human development: (1) a long and healthy life; (2) access to knowledge; and (3) a decent standard of living. Human development can factor into issues of severe labour exploitation in multiple ways.

The chart displays information on human development in Mauritania between 1990 and 2018. Only certain sample years have data disaggregated by sex. 

The most recent year of the HDI, 2018, shows that the average human development score in Mauritania is 0.527. This score indicates that human development is low. 

 

HDI Education Index (Source: UNDP)

Lack of education and illiteracy are key factors that make both children and adults more vulnerable to exploitive labour conditions.

As the seminal ILO report Profits and Poverty explains:

“Adults with low education levels and children whose parents are not educated are at higher risk of forced labour. Low education levels and illiteracy reduce employment options for workers and often force them to accept work under poor conditions. Furthermore, individuals who can read contracts may be in a better position to recognize situations that could lead to exploitation and coercion.”

The bars on the chart represent the Education Index score and the line traces the mean years of education in Mauritania over time.

 

Decent work, a major component of SDG 8 overall, has clear implications on the forms of exploitation within Target 8.7. Identifying shortcomings in the availability of equitable, safe and stable employment can be a step in the right direction towards achieving Target 8.7.

HDI Vulnerable Employment (Source: UNDP)

There are reasons to believe that certain types of labour and labour arrangements are more likely to lead to labour exploitation. According to the ILO:

“Own-account workers and contributing family workers have a lower likelihood of having formal work arrangements, and are therefore more likely to lack elements associated with decent employment, such as adequate social security and a voice at work. The two statuses are summed to create a classification of ‘vulnerable employment’, while wage and salaried workers together with employers constitute ‘non-vulnerable employment’.”

Between 1991 and 2018, Mauritania showed a decrease in the proportion of workers in vulnerable employment as compared to those in secure employment.

Working Poverty Rate (Source: ILO)

Labour income tells us about a household’s vulnerability. As the ILO explains in Profits and Poverty

“Poor households find it particularly difficult to deal with income shocks, especially when they push households below the food poverty line. In the presence of such shocks, men and women without social protection nets tend to borrow to smooth consumption, and to accept any job for themselves or their children, even under exploitative conditions.”

ILO indicators that measure poverty with respect to the labour force include working poverty rate, disaggregated by sex, with temporal coverage spanning from 2000 to 2020. The chart displays linear trends in working poverty rate over time for all individuals over 15 years of age.

Labour Productivity (Source: ILO)

Labour productivity is an important economic indicator that is closely linked to economic growth, competitiveness, and living standards within an economy.” However, when increased labour output does not produce rising wages, this can point to increasing inequality. As indicated by a recent ILO report (2015), there is a “growing disconnect between wages and productivity growth, in both developed and emerging economies”. The lack of decent work available increases vulnerability to situations of labour exploitation. 

Labour productivity represents the total volume of output (measured in terms of Gross Domestic Product, GDP) produced per unit of labour (measured in terms of the number of employed persons) during a given period.

 

Research to date suggests that a major factor in vulnerability to labour exploitation is broader social vulnerability, marginalization or exclusion.

Groups Highly Vulnerable to Exploitation (Source: UNHCR)

Creating effective policy to prevent and protect individuals from forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour means making sure that all parts of the population are covered, particularly the most vulnerable groups, including migrants.

According to the 2016 Global Estimates of Modern Slavery: “Almost one of every four victims of forced labour were exploited outside their country of residence, which points to the high degree of risk associated with migration in the modern world, particularly for migrant women and children. “

As IOM explains: “Although most migration is voluntary and has a largely positive impact on individuals and societies, migration, particularly irregular migration, can increase vulnerability to human trafficking and exploitation.” UNODC similarly notes that: “The vulnerability to being trafficked is greater among refugees and migrants in large movements, as recognized by Member States in the New York declaration for refugees and migrants of September 2016.”

The chart displays UNHCR’s estimates of persons of concern in Mauritania.

Achieving SDG Target 8.7 will require national governments to take direct action against the forms of exploitation through policy implementation.

Official Definitions
Forced Labour

Code du Travail, 2004

“Article 5 : Principe de la liberté du travail. Interdiction du travail forcé
Le travailleur s’engage librement. Est interdit le travail forcé ou obligatoire par lequel un travail ou un service est exigé d’une person- ne sous la menace d’une peine quelconque et pour lequel cette personne ne s’est pas offerte de son plein gré.
Est interdite également, toute relation de travail, même si elle ne résulte pas d’un contrat de travail et dans laquelle une personne fournirait un travail ou un service pour lequel elle ne s’est pas offerte de son propre gré.
Toute infraction aux présentes dispositions est passible de sanctions pénales prévues par la loi 2003-025 du 17/07/2003 portant répression de la traite des personnes.”

Child Labour

Code du Travail, 2004

“CHAPITRE I : APTITUDE DU TRAVAIL
SECTION I: Âge MINIMUM
Article 153 : Âge d’admission au travail
Les enfants ne peuvent être employés dans aucune entreprise, même comme apprentis avant l’âge de 14 ans ou si, ayant dépassé cet âge, ils sont encore soumis à l’obligation scolaire.
à l’exclusion des emplois dans la pêche maritime, les enfants de l’un ou l’autre sexe âgés de douze ans révolus peuvent dans les conditions fixées à l’article 154 , être employés dans les établissements où sont employés les membres de leurs familles.”

Ordonnance n° 2005-015 portant protection pénale de l’enfant.

“Article 62. – Le travail de l’enfant n’ayant pas encore atteint l’âge de la fin de la scolarité obligatoire est interdit.”

Worst Forms of Child Labour

Code du Travail, 2004

“Article 154 : Conditions de dérogation
Aucun enfant âgé de douze ans révolus et de moins de quatorze ans ne peut être employé sans l’autorisation expresse du ministre chargé du travail.
Aucune dérogation à l’âge minimum d’admission au travail susceptible de porter atteinte aux prescriptions relatives à l’obligation scolaire ne saurait être accordée.
Les enfants âgés de douze ans révolus peuvent en dehors des heures fixées pour la fréquentation scolaire, être employés à des travaux sous réserve que ces travaux :

– ne soient pas nuisibles à leur santé et à leur développement normal ;
– n’excédant pas deux heures par jour, aussi bien les jours de classe que les jours de vacances, le nombre total quotidien des heures consacrées à l’école et aux travaux légers ne dépassant pas sept heures.”

“Article 155 : Horaires interdits
Est interdit l’emploi des enfants âgés de moins de quatorze ans : – le vendredi et les jours fériés ;
– la nuit, de 20 heures du soir à 8 heures du matin.”

“Article 164 : Définition du travail de nuit
Le travail de nuit est tout travail effectué entre vingt deux heures et cinq heures du matin.
Toutefois, pour les enfants âgés de moins de seize ans, le travail de nuit est celui effectué entre vingt deux heures et six heures du matin.”

“Article 165 : Repos de nuit
Le repos de nuit des femmes et des enfants doit avoir une durée minimale de douze heures consécutives;

Article 166 : Interdiction du travail de nuit
Le travail de nuit des femmes et des enfants de moins de dix huit ans est interdit dans les usines, manufactures, mines, minières et carrières, chantiers, ateliers et leurs dépendances de quelque nature que ce soit.”

“Article 167 : Dérogations temporaires
1°) pour les industries dans lesquelles le travail s’applique à des matières susceptibles d’altération très rapide, il peut être dérogé temporairement aux dispositions des articles 165 et 166 lorsque cela est nécessaire pour sauver ces matières d’une perte inévitable.
2°) Dans tous les établissements visés à l’article 166, il pourra être dérogé aux dispositions des articles 165 et 166 lorsque cela est nécessaire pour prévenir ou réparer des accidents graves survenus inopinément.
Toutefois, ces dérogations sont limitées aux femmes et aux seuls enfants âgés de seize à dix huit ans.”

“Article 169 : Dérogations permanentes
Des dérogations permanentes pourront être accordées par l’inspecteur du travail et de la sécurité sociale après consultation des délégués du personnel pour les femmes occupées dans les établissements visés à l’article 166 dans le service de l’hygiène et du bien-être, et qui n’effectueront pas normalement un travail manuel.”

“Article 247 : Interdiction de certains travaux
Il est interdit d’employer des enfants de moins de dix-huit ans, des femmes et des femmes enceintes à des travaux excédant leurs forces ou qui, par leur nature ou les conditions dans lesquelles ils sont effectués sont susceptibles de porter atteinte à leur santé ou à leur intégrité physique ou de blesser leur moralité.
Des arrêtés du ministre du travail pris après avis du Comité technique consultatif d’hygiène et de sécurité, déterminent :

à) les travaux interdits aux enfants et aux femmes ou des travaux interdits seulement aux enfants ou seulement aux femmes.
b) les établissements dans lesquels l’emploi des femmes et des enfants est, soit interdit, soit autorisé sous certaines conditions.”

Loi 025/2003 portant répression de la traite des personnes, 2003

“Chapitre deuxième : Dispositions particulières
Article 2 : Le consentement d’une victime de la traite des personnes à L’exploitation est réputé nul et non avenu lorsque l’un des moyens énoncés à l’article précédent à été utilisé.

Article 3 : L’enrôlement, le transfert, l’hébergement, ou l’accueil d’un enfant aux fins d’exploitation sont considérés comme une « traite des personnes » même s’ils ne font appel à aucun des moyens énoncés à l’article 1er.”

Traite des personnes

Loi 025/2003 portant répression de la traite des personnes, 2003

“Chapitre premier : Dispositions Générales
Article 1er : Nonobstant les définitions prévues par les traités et conventions internationales relatifs aux Droits de l’Homme ratifiés par la Mauritanie, l’expression « traite des personnes » désigne L’enrôlement, le transport, le transfert de personnes par la force ou le recours à la force ou à la menace ou à d’autres formes de contraintes par enlèvement, tromperie, abus d’autorité ou L’exploitation d’une situation de vulnérabilité ou par l’offre de l’acceptation de paiement ou d’avantage pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation. L’exploitation comprend au minimum le travail non rémunéré, le travail ou les services forcés ainsi que les pratiques analogues, le prélèvement d’organe à des fins lucratives, L’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle.”

Slavery

Ordonnance n 81-234 du 9 novembre 1981 portant abolition de l’esclavage

Article 1 : L’esclavage sous toutes des formes est aboli définitivement sur toute l’étendue du territoire de la République Islamique de Mauritanie.

Loi 052/15 abrogeant et remplaçant la loi 2007-048 portant incrimination de l’esclavage et des pratiques esclavagistes, 2015

“Article 2 : L’esclavage constitue un crime contre l’humanité. Il est imprescriptible.
Est interdite toute discrimination, sous quelque forme que ce soit, à l’encontre d’une personne considérée comme esclave.
Une journée nationale est consacrée à la lutte contre les pratiques esclavagistes.
La détermination de la journée et les modalités de sa célébration seront définies par décret.”

“Article 3 : au sens de la présente loi on entend par :
Esclavage : état ou condition d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou certains d’entre eux.
L’esclavage comprend :

– tout acte de capture, d’acquisition ou de cession d’un individu en vue de le réduire en esclavage, de le vendre ou de l’échanger ;
– toute forme de servage ou de servitude pour des dettes,
– toute forme de travail forcé.
– tout acte de commerce ou de transport d’esclaves.

Placement : pratique en vertu de laquelle :

– une femme est, sans qu’elle ait le droit de refuser, promise ou donnée en mariage moyennant une contrepartie en espèces ou en nature versée à des parents, tuteur, famille ou à toute autre personne ou groupe de personnes ;
– le mari d’une femme ou la famille de celui-ci qui la cède ou tente, à titre onéreux ou autrement, de la céder à un tiers;
– la transmission par succession d’une femme, à la mort de son mari, à une autre personne ;
– la remise d’un enfant, soit par des parents ou par l’un d’eux, soit par son tuteur, à un tiers, contre paiement ou non, en vue de l’exploiter ou de le soumettre au travail.

Servage : condition de quiconque qui est tenu par la loi, la coutume ou un accord, de vivre et de travailler sur une terre appartenant à une autre personne et de fournir à cette dernière, contre rémunération ou gratuitement, certains services déterminés, sans pouvoir changer sa condition.
Servitude pour dettes : état ou condition résultant du fait qu’un débiteur s’est engagé à fournir, en garantie d’une dette, des services personnels ou ceux de quelqu’un sur lequel il à autorité, si la valeur équitable de ces services n’est pas affectée à la liquidation de la dette ou si la durée de ces services n’est pas limitée ni leur caractère défini.
Esclave : l’individu sur lequel s’exerce le statut d’esclavage. Chapitre premier: dispositions générales”

International Commitments
International Ratifications

ILO Forced Labour Convention, C029, Ratified 1961

ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, Ratified 2016

ILO Abolition of Forced Labour Convention, C105, Ratified 1997

ILO Minimum Âge Convention, C138, Ratified 2001 (minimum Âge specified: 14 years)

ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182, Ratified 2001

Slavery Convention 1926 and amended by the Protocol of 1953, Definitive signature 1986

UN Supplementary Convention on the Abolition of Slavery,

UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol), Accession 2005

UN Convention on the Rights of the Child, Ratified 1991

UN Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child: Involvement of Children in Armed Conflict, Not signed

UN Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child: Sale of Children, Child Prostitution and Child Pornography, Accession 2007

National Action Plans, National Strategies

National Action Plan to Eliminate Child Labor (PANETE-RIM) (2015–2020)

Aims to eliminate the worst forms of child labor by strengthening child labor laws, training relevant government officials, implementing awareness-raising campaigns, and mobilizing funds for social programs to withdraw children from child labor. Overseen by the Ministry of Labor. In 2017, with the assistance of the ILO, organized workshops and awareness-raising campaigns to build the capacity of relevant government and non-governmental actors to combat child labor.

Roadmap and Action Plan for the Eradication of the Vestiges of Slavery (2014–2017)

Aimed to combat slavery and its vestiges by revising slavery laws and policies, strengthening enforcement bodies, conducting awareness-raising campaigns, and implementing programs that provide former slaves with access to education and livelihood opportunities. Overseen by the Inter-ministerial Technical Committee on Human Rights. In 2017, organized workshops to start the process of developing à monitoring and evaluation framework to assess the effectiveness of the Roadmap and identify new areas for intervention.

United Nations Development Assistance Framework (2012–2017)

Promoted improved access to education for vulnerable children and aimed to build the capacity of the government to address child labor. Overseen by the Ministry of Economic Affairs and Development. In 2017, started the planning process to adopt à new 4-year framework.

Strategy for Accelerated Growth and Sustainable Development (2017–2030)

Aims to reduce poverty, promote sustainable development, and increase access to fundamental social services. Overseen by the Ministry of Economic Affairs and Development. Integrates strategies to increase birth registration and access to compulsory education, strengthen social protection systems for children, and support efforts to combat slavery, including its vestiges.

Governments can take action to assist victims and to prevent and end the perpetration of forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour. These actions should be considered in wider societal efforts to reduce prevalence and move towards eradication of these forms of exploitation.

Programs and Agencies for Victim Support

Policies for Assistance
Policies for assistance, slavery

Loi 052/15 abrogeant et remplaçant la loi 2007-048 portant incrimination de l’esclavage et des pratiques esclavagistes, 2015

“Article 21: Sous peine de prise à partie, tout magistrat compétent, informé de faits relatifs à une ou plusieurs des infractions prévues par la présente loi prend, sous le sceau de l’urgence, toutes les mesures conservatoires appropriées à l’encontre des auteurs présumés et garantissant le droit des victimes.

Article 22 : Toute association des droits de l’Homme reconnue est habilitée à dénoncer les infractions à la présente loi et à en assister les victimes.

Article 23 : Tout établissement d’utilité publique et toute association de défense des droits de l’Homme et de lutte contre L’esclavage et les pratiques esclavagistes, jouissant de la personnalité juridique depuis au moins cinq ans à la date des faits, peuvent ester en justice et se constituer partie civile dans tous les litiges auxquels l’application de la présente loi donnerait lieu, sans que cette qualité ne leur confère un avantage patrimonial.

Article 24 : Les victimes des infractions prévues par la présente loi bénéficient de l’assistance judiciaire et sont exemptées de tous frais de justice et dépenses dont l’avance est faite sur les frais de justice criminelle à charge d’être imputés à la partie qui succombe.

Article 25: Le juge, saisi d’une infraction relative à L’esclavage et aux pratiques esclavagiste, est tenu de préserver les droits à réparation des victimes.
Les décisions judiciaires octroyant des dommages et intérêts aux victimes de L’esclavage et des pratiques esclavagistes sont exécutoires nonobstant opposition et appel.”

Policies for assistance, general

Ordonnance 2006.005 relative à l’aide juridique

Penalties
Penalties, Forced Labour

Code du Travail, 2004

“Article 5 : Principe de la liberté du travail. Interdiction du travail forcé
Le travailleur s’engage librement. Est interdit le travail forcé ou obligatoire par lequel un travail ou un service est exigé d’une person- ne sous la menace d’une peine quelconque et pour lequel cette personne ne s’est pas offerte de son plein gré.
Est interdite également, toute relation de travail, même si elle ne résulte pas d’un contrat de travail et dans laquelle une personne fournirait un travail ou un service pour lequel elle ne s’est pas offerte de son propre gré.
Toute infraction aux présentes dispositions est passible de sanctions pénales prévues par la loi 2003-025 du 17/07/2003 portant répres- sion de la traite des personnes.”

“Article 435 : Délits relatifs à la liberté du travail, la liberté syndicale et la non discrimination
Le fait d’exiger illégalement du travail forcé ou obligatoire au sens de l’article du présent code sera passible des peines prévues par les dispositions de l’article 5 de la loi 2003-025 du 17/07/2003.
Seront passible des mêmes peines les violences caractérisées ou les menaces de violences exercées par une personne sur une autre afin de s’assurer du maintien de des services ou du produit de son activité. Par violences caractérisées au sens des présentes dispositions, les violences portant atteintes à la liberté d’aller et venir, à la liberté du travail à la libre disposition de des biens et du libre exercice des responsabilités parentales.
Est passible des peines prévues à l’article 434, ou de l’une de ces deux peines seulement :

– toute personne qui aura enfreint aux dispositions de l’article 5 relatif au travail forcé, des articles 7, 60, 76 et 191 relatifs à la non discrimination et à l’article 267 relatif à la liberté syndicale ;
– toute personne qui, par violence, menace, tromperie, dol ou promesse, aura contraint ou tenté de contraindre un travailleur à s’embaucher à son gré ou qui, par les mêmes moyens l’aura empê- ché ou tenté de l’empêcher de remplir les obligations imposées par un contrat.”

Penalties, Child Labour

Ordonnance n° 2005-015 portant protection pénale de l’enfant.

“SECTION II : DU TRAVAIL ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL DE L’ENFANT
Article 60. – Le fait d’obtenir d’un enfant en abusant de sa vulnérabilité ou de sa situation de dépendance, la fourniture de services non rétribués ou en échange d’une rétribution manifestement sans rapport avec l’importance du travail accompli, le fait de le soumettre à des conditions de travail ou d’hébergement incompatibles avec la dignité humaine est puni de six mois à un an d’emprisonnement et de 200.000 à 400.000 d’ouguiya d’amende nonobstant les travaux effectués dans le cadre familial.
Article 61. – Les infractions définies à l’article 60 sont punies de un à trois ans d’emprisonnement et de 400.000 à 800.000 ouguiyas d’amende lorsqu’elles sont commises à l’égard de plusieurs enfants.”

“Article 62. – Le travail de l’enfant n’ayant pas encore atteint l’âge de la fin de la scolarité obligatoire est interdit.
Le travail, qui compromet la santé ou la scolarité de l’enfant, est puni de trois mois à un an d’emprisonnement et 120.000 à 200.000 ouguiyas d’amende.
Sont punis d’un emprisonnement de trois à six mois et d’une amende de 120.000 à 240.000 ouguiyas les personnes qui contreviennent aux dispositions légales relatives à l’âge minimum et aux pires formes de travail des enfants.”

“Article 96. – Les personnes morales peuvent, dans le cas des infractions prévues aux articles 8, 22, 23, 60, 63, 64, 78, 82, 84, 86 et 87 être déclarées responsables pénalement.
Les peines encourues par les personnes morales sont :

1°L’amende dont le taux dans ce cas ne peut dépasser le quintuple de celui prévu pour les personnes physiques par la loi qui réprime l’infraction ;
2° L’interdiction, à titre définitif ou pour une durée de cinq ans au plus, d’exercer, directement ou indirectement, une ou plusieurs activités professionnelles ou sociales en relation avec l’infraction, l’exclusion des marchés publics à titre définitif ou pour une durée de cinq ans au plus, la fermeture définitive ou pour une durée de cinq ans au plus des établissements ou de l’un ou de plusieurs des établissements de l’entreprise ayant servi à commettre les faits incriminés.

Cette responsabilité n’exclut pas celle des auteurs, coauteurs et complices, personnes physiques.”

Penalties, human trafficking

Loi 025/2003 portant répression de la traite des personnes, 2003

“Chapitre troisième : Dispositions pénales
Article 4 : La commission de l’un des actes énoncés aux article 1, 2 et 3 constitue le crime de la traite des personnes.

Article 5 : En plus de leur déchéance de leurs droits civils et civiques, les auteurs des crimes de la traite des personnes seront punis des travaux forcés à temps de cinq à dix ans et d’une amende de 500. 000 à 1. 000. 000 ouguiyas.
Seront également punis de la même peine, ceux qui auront conclu une convention ayant pour objet d’aliéner, soit à titre gratuit, soit à titre onéreux, la liberté d’une tierce personne.
Seront condamnés aux mêmes peines et à une amende de 600. 000 à 1. 200. 000 ouguiyas les auteurs de cette infraction appartenant à un groupe criminel organisé.”

Penalties, Slavery

Loi 052/15 abrogeant et remplaçant la loi 2007-048 portant incrimination de l’esclavage et des pratiques esclavagistes, 2015

“Chapitre deuxième : des infractions et leurs sanctions
Article 7 : Quiconque réduit autrui en esclavage ou incite à aliéner sa liberté ou sa dignité ou celle d’une personne à sa charge ou sous sa tutelle, pour être réduite en esclave, est puni d’une peine de réclusion de dix (10) à vingt (20) ans et d’une amende de deux cent cinquante mille (250.000) ouguiyas à cinq millions(5.000.000) d’ouguiyas.

Article 8: Quiconque commet le placement prévu par l’article 3 de la présente loi est puni de réclusion de cinq (5) à sept (7) ans et d’une amende de deux cent cinquante mille (250.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas.

Article 9 : Quiconque commet le servage prévu par l’article 3 de la présente loi est puni d’une réclusion de cinq (5) à sept (7) ans et d’une amende de deux cent cinquante mille (250.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas.

Article 10: Quiconque commet la servitude pour dettes prévue par l’article 3 de la présente loi est puni d’une réclusion de cinq (5) à sept (7) ans et d’une amende de deux cent cinquante mille (250.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas

Article 11: Quiconque porte atteinte à l’intégrité corporelle d’une personne, en considérant qu’elle est esclave, est puni d’une réclusion de cinq (5) à sept (7) ans et d’une amende de deux cent cinquante mille (250.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas.”

“Article 12 : Quiconque s’approprie les biens, les fruits et les revenus résultant du travail de toute personne en la considérant esclave ou extorque des fonds est puni d’une réclusion de cinq (5) à sept (7) ans et d’une amende de deux cent cinquante mille (250.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas.

Article 13: Toute personne qui privé un enfant en considérant qu’il est esclave de l’accès à l’éducation est punie d’une réclusion de cinq (5) à dix (10) ans et d’une amende de cinq cent milles (500.000) à sept millions (7.000.000) d’ouguiyas.

Article 14: Quiconque privé frauduleusement d’héritage toute personne en considérant qu’elle est esclave est punie d’une réclusion de cinq (5) à sept (7) ans et d’une amende de deux cent cinquante milles (250.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas.

Article 15: Quiconque épouse, fait marier ou empêche de se marier, une femme considérant qu’elle est esclave contre son gré est puni d’une réclusion de cinq (5) à huit (8) ans et d’une amende de cinq cent milles (500.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas.
Si le mariage est consommé, l’épouse à droit à la dot sans préjudice des dommages et intérêts. La filiation des enfants est établie à l’égard du mari et elle peut demander la dissolution du mariage.
Les dispositions de l’article 309 du Code Pénal sont applicables à toute personne qui viole une femme en considérant qu’elle est esclave.”

“Article 16 : Est puni d’une réclusion de cinq (5) à dix (10) ans et d’une amende de cinq cent milles (500.000) à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas quiconque agresse sexuellement une femme en considérant qu’elle est esclave.

Article 17 : L’auteur de production culturelle ou artistique faisant l’apologie de L’esclavage est puni d’un emprisonnement de six mois à deux ans et d’une amende de deux cent milles (200.000) à deux millions (2.000.000) d’ouguiyas. La production est confisquée et détruite
L’amende est portée à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas si la production est réalisée ou diffusée par une personne morale.
Outre la peine prévue à l’alinéà précédent, la personne morale peut être interdite d’exercer des activités de façon partielle ou totale, provisoire ou définitive.

Article 18 : Tout wali, hakem, chef d’arrondissement, officier ou agent de police judiciaire qui ne donne pas suite aux dénonciations de pratiques esclavagistes qui sont portées à sa connaissance est puni d’un emprisonnement de deux à cinq ans et d’une amende de cinq cent milles(500.000) à un million (1.000.000) d’ouguiyas.

Article 19 : Quiconque profère en public des propos injurieux envers une personne considérant qu’elle est esclave est puni d’un emprisonnement de deux (2) à six (6) mois et d’une amende de dix milles (10.000) à deux cent milles(200.000) ouguiyas.”

Data Commitments

A Call to Action to End Forced Labour, Modern Slavery and Human Trafficking, Signed 2017

1.ii. Take steps to measure, monitor and share data on prevalence and response to all such forms of exploitation, as appropriate to national circumstances;

Programs and Agencies for Enforcement

Measures to address the drivers of vulnerability to exploitation can be key to effective prevention. A broad range of social protections are thought to reduce the likelihood that an individual will be at risk of exploitation, especially when coverage of those protections extends to the most vulnerable groups.

Social Protection Coverage: General (at Least One)
Social Protection (Source: ILO)

The seminal ILO paper on the economics of forced labour, Profits and Poverty, explains the hypothesis that social protection can mitigate the risks that arise when a household is vulnerable to sudden income shocks, helping to prevent labour exploitation. It also suggests that access to education and skills training can enhance the bargaining power of workers and prevent children in particular from becoming victims of forced labour. Measures to promote social inclusion and address discrimination against women and girls may also go a long way towards preventing forced labour.

If a country does not appear on a chart, this indicates that there is no recent data available for the particular social protection visualized.

Social Protection Coverage: Pension
Social Protection Coverage: Vulnerable Groups
Social Protection Coverage: Children
Social Protection Coverage: Disabled

Delta 8.7 has received no Official Response to this dashboard from Mauritania. If you are a representative of Mauritania and wish to submit an Official Response, please contact us here.