Data Dashboards

Monaco
Measurement
Measuring the Change

using prevalence data providing the widest temporal coverage of the most complete and comparable measures available by ICLS standards.

Due to lack of nationally representative child labour data, there is no change to report.

%
Best Target 8.7 Data: Child Labour Rate

No data available

Data Availability
  • Child labour: No ILO/UNICEF data
  • Human trafficking: No victims identified
Context
Human Development

Human Development Index Score: No data available

Mean School Years: No data available

Labour Indicators

Vulnerable Employment: No data available

Working Poverty Rate: No data available

Government Efforts
Key Ratifications
  • ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029: Not Ratified
  • ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182: Not Ratified
  • UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol): Ratified 2001
National Strategies
Social Protection Coverage

General (at least one): No data

Unemployed: No data

Pension: No data

Vulnerable: No data

Children: No data

Disabled: No data

Poor: No data

Measurement of child labour prevalence has evolved considerably over the past two decades. Estimates of child labour incidence are more robust and exist for more countries than any other form of exploitation falling under SDG Target 8.7.

No nationally representative data is available on child labour prevalence in Monaco.

Visit the How to Measure the Change page for information on ILO-SIMPOC methods and guidelines for defining, measuring and collecting data on child labour.

The challenges in estimating human trafficking are similar to those of estimating forced labour, though recent innovations in estimation have begun to produce prevalence estimates in developed countries.

According to the Council of Europe’s Group of Experts on Action against Trafficking in Human Beings (GRETA), no victims of human trafficking have been identified to date in Monaco. GRETA nevertheless notes that certain groups could be more exposed to the risk of trafficking, especially domestic workers from outside the country and persons working on yachts.

Visit the How to Measure the Change page to learn about measuring human trafficking prevalence, including information on collecting data through national referral mechanisms and producing prevalence statistics using Multiple Systems Estimation (MSE).

Case Data: International and Non-Governmental Organizations

Civil society organizations (CSOs) focused on human trafficking victim assistance can serve as crucial sources of data given their ability to reach a population that is notoriously difficult to sample.

Counter Trafficking Data Collaborative (CTDC): The International Organization for Migration (IOM), Polaris and Liberty Asia have launched a global data repository on human trafficking, with data contributed by counter-trafficking partner organizations around the world. Not only does the CTDC serve as a central repository for this critical information, it also publishes normed and harmonized data from various organizations using a unified schema. This global dataset facilitates an unparalleled level of cross-border, trans-agency analysis and provides the counter-trafficking movement with a deeper understanding of this complex issue. Equipped with this information, decision makers will be empowered to create more targeted and effective intervention strategies.

Prosecution Data

UNODC compiles a global dataset on detected and prosecuted traffickers, which serves as the basis in their Global Report for country profiles. This information is beginning to paint a picture of trends over time, and case-specific information can assist investigators and prosecutors.

Key aspects of human development, such as poverty and lack of education, are found to be associated with risk of exploitation. Policies that address these issues may indirectly contribute to getting us closer to achieving Target 8.7.

There is not sufficient data available for human development indicators for Monaco.

Decent work, a major component of SDG 8 overall, has clear implications on the forms of exploitation within Target 8.7. Identifying shortcomings in the availability of equitable, safe and stable employment can be a step in the right direction towards achieving Target 8.7.

There are no visualizations for Monaco as there is not sufficient data available.

Research to date suggests that a major factor in vulnerability to labour exploitation is broader social vulnerability, marginalization or exclusion.

Groups Highly Vulnerable to Exploitation (Source: UNHCR)

Creating effective policy to prevent and protect individuals from forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour means making sure that all parts of the population are covered, particularly the most vulnerable groups, including migrants.

According to the 2016 Global Estimates of Modern Slavery: “Almost one of every four victims of forced labour were exploited outside their country of residence, which points to the high degree of risk associated with migration in the modern world, particularly for migrant women and children. “

As IOM explains: “Although most migration is voluntary and has a largely positive impact on individuals and societies, migration, particularly irregular migration, can increase vulnerability to human trafficking and exploitation.” UNODC similarly notes that: “The vulnerability to being trafficked is greater among refugees and migrants in large movements, as recognized by Member States in the New York declaration for refugees and migrants of September 2016.”

The chart displays UNHCR’s estimates of persons of concern in Monaco.

Achieving SDG Target 8.7 will require national governments to take direct action against the forms of exploitation through policy implementation.

Official Definitions
Legally Defining 8.7
Child Labour

Loi n° 719 du 27 décembre 1961 relative à l’âge d’admission au travail.

Article 1er .- Avant leur libération de l’obligation scolaire, les enfants ne peuvent être employés, même en qualité d’apprenti, dans aucun établissement de quelque nature qu’il soit, ni dans aucun commerce, industrie ou profession.
Sont seuls exceptés les établissements, commerces, industries ou professions où ne sont employés que les membres de la famille sous l’autorité, soit du père, soit de la mère, soit du tuteur.

Article 2 .- L’inspecteur du travail peut faire procéder par l’Office de la médecine du travail à un examen médical de tout enfant âgé de moins de seize ans, admis à exercer une activité conformément aux dispositions qui précèdent, à l’effet de rechercher si le travail effectué excède ses forces.
Si l’examen révèle que l’enfant ne peut continuer à remplir son emploi, l’inspecteur du travail en informe les parents ou tuteur par lettre recommandée avec accusé de réception. Ceux-ci ont la faculté d’exiger, dans les huit jours de la réception de la lettre, un examen médical contradictoire ; à défaut, ou si cet examen confirme les constatations de l’office, l’inspecteur du travail peut enjoindre à l’employeur de muter l’intéressé dans un autre service. Si la mutation est impossible ou si le nouvel emploi auquel il serait affecté ne correspond pas aux facultés physiques de l’enfant, l’inspecteur peut exiger son renvoi. Le congédiement ne donne lieu à aucun préavis, ni à aucune indemnité.
Les formes et conditions de l’examen médical contradictoire sont précisées par ordonnance souveraine.

Article 3 .- Dans toutes les institutions où l’instruction primaire est dispensée, l’enseignement manuel ou professionnel ne peut dépasser trois heures par jour pour les enfants qui ne sont pas régulièrement libérés de l’obligation scolaire.

Worst Forms of Child Labour

Arrêté ministériel n. 58-168 du 29/05/1958 concernant les mesures particulières d’hygiène et de sécurité du travail des femmes et des enfants

TRAVAUX DANGEREUX INTERDITS AUX ENFANTS ET AUX FEMMES

Arrêté ministériel n° 2008-354 du 9 juillet 2008 relatif aux travaux dangereux auxquels les apprentis ne peuvent être soumis

Traite des personnes

Ordonnance n. 605 du 01/08/2006

Article 8 .- Constitue l’infraction de traite d’une personne humaine, le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil d’une personne :

– par la menace de recours ou le recours à la force ou à toute autre forme de contrainte tel qu’enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou abus d’une situation de vulnérabilité,
– ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre,
aux fins d’exploitation, notamment sous forme de prostitution ou toute autre forme d’exploitation sexuelle, ou sous forme d’esclavage ou de pratiques analogues à l’esclavage, de travail ou de service forcés, de servitude ou sous forme de prélèvement d’organes.

L’infraction de traite d’une personne est constituée même si la victime a donné son consentement.
Lorsque la victime est âgée de moins de dix-huit ans, elle est considérée comme un enfant et l’infraction est constituée à son égard par le seul fait du recrutement, du transport, du transfert, de l’hébergement ou de l’accueil, même en l’absence de l’un des moyens énoncés à l’alinéa premier.

Governments can take action to assist victims and to prevent and end the  perpetration of forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour. These actions should be considered in wider societal efforts to reduce prevalence and move towards eradication of these forms of exploitation.

 

Programs and Agencies for Victim Support

Policies for Assistance
Policies for Assistance, General

Code de procedure penale, 1963

Penalties
Penalties, Child Labour

Loi n° 719 du 27 décembre 1961 relative à l’âge d’admission au travail.

Article 4 .- ( Loi n° 1.005 du 4 juillet 1978 )
Les contrevenants aux dispositions de la présente loi seront punis de l’amende prévue au chiffre 1 de l’article 26 du Code pénal encourue autant de fois
qu’il y aura de personnes employées dans des conditions contraires aux dispositions ci-dessus.
En cas de récidive, l’amende sera celle prévue au chiffre 2 dudit article 26 et le tribunal pourra ordonner, selon les circonstances et aux frais du contrevenant, l’affichage du jugement et son insertion dans les journaux aux formes et conditions que la décision indiquera.

Penalties, General

Loi n° 1.457 du 12 décembre 2017 relative au harcèlement et à la violence au travail.

Chapitre IV
Des sanctions pénales Art. 14.
Le fait de harcèlement au travail défini au deuxième alinéa de l’article 2 est puni de six mois à deux ans d’emprisonnement et de l’amende prévue au chiffre 4 de l’article 26 du Code pénal, ou de l’une de ces deux peines seulement.
Le fait de chantage sexuel au travail défini au troisième alinéa de l’article 2 est puni des mêmes peines.
Le fait de harcèlement au travail défini au deuxième alinéa de l’article 2 ne peut être poursuivi sur le fondement de l’article 236-1 du Code pénal.

Code Penal, 1967

Article 265 .- (Modifié par la loi n° 1.203 du 13 juillet 1998 ; par la loi n° 1.261 du 23 décembre 2002 ; remplacé par la loi n° 1.344 du 26 décembre 2007 )
Est puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et de l’amende prévue au chiffre 3 de l’article 26 :

1°) quiconque attente aux mœurs, en incitant habituellement à la débauche ou à la corruption de mineurs de l’un ou l’autre sexe, ou en favorisant ou facilitant habituellement ces agissements. Les mêmes peines sont applicables si l’attentat est perpétré, même occasionnellement, sur un mineur au-dessous de l’âge de seize ans accomplis ;
2°) quiconque, pour satisfaire les passions d’autrui, embauche, entraîne ou détourne, même avec son consentement, une personne mineure en vue de la débauche ;
3°) quiconque, pour satisfaire les passions d’autrui, embauche, entraîne ou détourne, par fraude ou à l’aide de violences, menaces, abus d’autorité ou tout autre moyen de contrainte une personne majeure en vue de la débauche ;
4°) quiconque organise ou facilite l’exploitation sexuelle de mineurs sur le territoire ou hors du territoire de la Principauté.
Ces deux peines seront encourues alors même que les divers actes qui sont les éléments constitutifs des infractions auraient été accomplis dans des pays différents.
La tentative et la préparation des délits prévus par le présent article sont punies des mêmes peines que les délits eux-mêmes.

Article 26 .- ( Loi n° 1.004 du 4 juillet 1978 ; Loi n° 1.229 du 6 juillet 2000 ; Loi n° 1.247 du 21 décembre 2001 )

Le montant de la peine d’amende est fixé pour chaque délit suivant les catégories ci-après :
– chiffre 1 : de 750 à 2 250 euros ;

– chiffre 2 : de 2 250 à 9 000 euros ;

– chiffre 3 : de 9 000 à 18 000 euros ;

– chiffre 4 : de 18 000 à 90 000 euros.

Penalties, Human Trafficking

Ordonnance n. 605 du 01/08/2006

Article 8 .- Constitue l’infraction de traite d’une personne humaine, le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil d’une personne :

– par la menace de recours ou le recours à la force ou à toute autre forme de contrainte tel qu’enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou abus d’une situation de vulnérabilité,
– ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre,
aux fins d’exploitation, notamment sous forme de prostitution ou toute autre forme d’exploitation sexuelle, ou sous forme d’esclavage ou de pratiques analogues à l’esclavage, de travail ou de service forcés, de servitude ou sous forme de prélèvement d’organes.

L’infraction de traite d’une personne est constituée même si la victime a donné son consentement.
Lorsque la victime est âgée de moins de dix-huit ans, elle est considérée comme un enfant et l’infraction est constituée à son égard par le seul fait du recrutement, du transport, du transfert, de l’hébergement ou de l’accueil, même en l’absence de l’un des moyens énoncés à l’alinéa premier.

Article 9 .- Quiconque a commis ou tenté de commettre l’infraction de traite d’une personne définie à l’article précédent est puni d’un emprisonnement de cinq à dix ans et de l’amende prévue au chiffre 4 de l’article 26 du Code pénal , dont le maximum peut être porté au décuple.

Data Commitments

A Call to Action to End Forced Labour, Modern Slavery and Human Trafficking, Signed 2017

1.ii. Take steps to measure, monitor and share data on prevalence and response to all such forms of exploitation, as appropriate to national circumstances;

Programs and Agencies for Enforcement

Measures to address the drivers of vulnerability to exploitation can be key to effective prevention. A broad range of social protections are thought to reduce the likelihood that an individual will be at risk of exploitation, especially when coverage of those protections extends to the most vulnerable groups.

Social Protection Coverage: General (at Least One)
Social Protection (Source: ILO)

The seminal ILO paper on the economics of forced labour, Profits and Poverty, explains the hypothesis that social protection can mitigate the risks that arise when a household is vulnerable to sudden income shocks, helping to prevent labour exploitation. It also suggests that access to education and skills training can enhance the bargaining power of workers and prevent children in particular from becoming victims of forced labour. Measures to promote social inclusion and address discrimination against women and girls may also go a long way towards preventing forced labour.

If a country does not appear on a chart, this indicates that there is no recent data available for the particular social protection visualized.

Social Protection Coverage: Unemployed
Social Protection Coverage: Pension
Social Protection Coverage: Vulnerable Groups
Social Protection Coverage: Poor
Social Protection Coverage: Children
Social Protection Coverage: Disabled

Delta 8.7 has received no Official Response to this dashboard from Monaco. If you are a representative of Monaco and wish to submit an Official Response, please contact us here.