Data Dashboards

Switzerland
Measurement
Measuring the Change

using prevalence data providing the widest temporal coverage of the most complete and comparable measures available by ICLS standards.

Due to lack of nationally representative child labour data, there is no change to report.

%
Best Target 8.7 Data: Human Trafficking

The data visualization displays the number of identified victims of human trafficking per year in Switzerland. Detailed information is provided in the Measurement tab (above).

Data Availability
  • Child labour: No ILO/UNICEF data
  • Human trafficking: Case data available
Context
Human Development

Human Development Index Score: 0.946 (2018)

Mean School Years: 13.4 years (2018)

 

Labour Indicators

Vulnerable Employment: 9.0% (2018)

Working Poverty Rate: No data available

Government Efforts
International Aid Commitments

Total Development Assistance to Anti-Slavery (2000-2013):

36,523,364 USD

Key Ratifications
  • ILO Protocol of 2014 to the Forced Labour Convention, P029: Ratified 2017
  • ILO Worst Forms of Child Labour Convention, C182: Ratified 2000
  • UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children (Palermo Protocol): Ratified 2006
Social Protection Coverage

General (at least one): 92.7% (2016)

Unemployed: 57.7% (2014)

Pension: 99.7% (2014)

Vulnerable: 70.2% (2016)

Children: 100% (2016)

Disabled: 100% (2016)

Poor: 100% (2016)

Measurement of child labour prevalence has evolved considerably over the past two decades. Estimates of child labour incidence are more robust and exist for more countries than any other form of exploitation falling under SDG Target 8.7.

Youth employment in Switzerland is permitted only to those ages 15 and up, and is regulated by the Federal Labour Statute. There is no data available on child labour in Switzerland, most likely due to relatively low incidence.

Visit the How to Measure the Change page for information on ILO-SIMPOC methods and guidelines for defining, measuring and collecting data on child labour.

The challenges in estimating human trafficking are similar to those of estimating forced labour, though recent innovations in estimation have begun to produce prevalence estimates in developed countries.

Identified Victims of Human Trafficking (Source: GRETA)

According to the Council of Europe’s Group of Experts on Action against Trafficking in Human Beings (GRETA), Switzerland is primarily a country of destination and, to some extent, a transit country for trafficked persons. The majority of identified victims of human trafficking in Switzerland is female. The available data on identified victims is not disaggregated by type of exploitation.

The graph on the right shows the number of identified victims of human trafficking per year in Switzerland, as reported by Swiss authorities to GRETA.

 

Key aspects of human development, such as poverty and lack of education, are found to be associated with risk of exploitation. Policies that address these issues may indirectly contribute to getting us closer to achieving Target 8.7.

Human Development Index (Source: UNDP)

The Human Development Index (HDI) is a summary measure of achievements in three key dimensions of human development: (1) a long and healthy life; (2) access to knowledge; and (3) a decent standard of living. Human development can factor into issues of severe labour exploitation in multiple ways.

The chart displays information on human development in Switzerland between 1990 and 2018. Only certain sample years have data disaggregated by sex. 

The most recent year of the HDI, 2018, shows that the average human development score in Switzerland is 0.946. This score indicates that human development is very high. 

 

HDI Education Index (Source: UNDP)

Lack of education and illiteracy are key factors that make both children and adults more vulnerable to exploitive labour conditions.

As the seminal ILO report Profits and Poverty explains:

“Adults with low education levels and children whose parents are not educated are at higher risk of forced labour. Low education levels and illiteracy reduce employment options for workers and often force them to accept work under poor conditions. Furthermore, individuals who can read contracts may be in a better position to recognize situations that could lead to exploitation and coercion.”

The bars on the chart represent the Education Index score and the line traces the mean years of education in Switzerland over time.

 

Decent work, a major component of SDG 8 overall, has clear implications on the forms of exploitation within Target 8.7. Identifying shortcomings in the availability of equitable, safe and stable employment can be a step in the right direction towards achieving Target 8.7.

HDI Vulnerable Employment (Source: UNDP)

There are reasons to believe that certain types of labour and labour arrangements are more likely to lead to labour exploitation. According to the ILO:

“Own-account workers and contributing family workers have a lower likelihood of having formal work arrangements, and are therefore more likely to lack elements associated with decent employment, such as adequate social security and a voice at work. The two statuses are summed to create a classification of ‘vulnerable employment’, while wage and salaried workers together with employers constitute ‘non-vulnerable employment’.”

Between 1991 and 2018, Switzerland showed a decrease in the proportion of workers in vulnerable employment as compared to those in secure employment.

 

Labour Productivity (Source: ILO)

Labour productivity is an important economic indicator that is closely linked to economic growth, competitiveness, and living standards within an economy.” However, when increased labour output does not produce rising wages, this can point to increasing inequality. As indicated by a recent ILO report (2015), there is a “growing disconnect between wages and productivity growth, in both developed and emerging economies”. The lack of decent work available increases vulnerability to situations of labour exploitation. 

Labour productivity represents the total volume of output (measured in terms of Gross Domestic Product, GDP) produced per unit of labour (measured in terms of the number of employed persons) during a given period.

 

Rates of Non-fatal Occupational Injuries (Source: ILO)

Occupational injury and fatality data can also be crucial in prevention and response efforts. 

As the ILO explains:

“Data on occupational injuries are essential for planning preventive measures. For instance, workers in occupations and activities of highest risk can be targeted more effectively for inspection visits, development of regulations and procedures, and also for safety campaigns.”

There are serious gaps in existing data coverage, particularly among groups that may be highly vulnerable to labour exploitation. For example, few countries provide information on injuries disaggregated between migrant and non-migrant workers.

 

Rates of Fatal Occupational Injuries (Source: ILO)

Data on occupational health and safety may reveal conditions of exploitation, even if exploitation may lead to under-reporting of workplace injuries and safety breaches. At present, the ILO collects data on occupational injuries, both fatal and non-fatal, disaggregating by sex and migrant status.

Research to date suggests that a major factor in vulnerability to labour exploitation is broader social vulnerability, marginalization or exclusion.

Groups Highly Vulnerable to Exploitation (Source: UNHCR)

Creating effective policy to prevent and protect individuals from forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour means making sure that all parts of the population are covered, particularly the most vulnerable groups, including migrants.

According to the 2016 Global Estimates of Modern Slavery: “Almost one of every four victims of forced labour were exploited outside their country of residence, which points to the high degree of risk associated with migration in the modern world, particularly for migrant women and children. “

As IOM explains: “Although most migration is voluntary and has a largely positive impact on individuals and societies, migration, particularly irregular migration, can increase vulnerability to human trafficking and exploitation.” UNODC similarly notes that: “The vulnerability to being trafficked is greater among refugees and migrants in large movements, as recognized by Member States in the New York declaration for refugees and migrants of September 2016.”

The chart displays UNHCR’s estimates of persons of concern in Switzerland.

Underdevelopment influences and is influenced by Target 8.7 forms of exploitation. This suggests an important role for development assistance and programming in addressing these issues.

Yearly ODA Commitments to Anti-Slavery (Data Source: UNU-CPR)

A recent report released by UNU-CPR attempts to size ODA contributions that focus on tackling SDG 8.7 forms of exploitation. Switzerland committed 36,523,364 USD between 2000 and 2013 on anti-slavery programming. Annual commitments fluctuate, though it is important to note that commitments at any point in time may be dispersed over the course of several years. The chart also depicts the percentage of Switzerland’s GNI contributed to ODA. It should also be noted that this count does not include non-ODA assistance, domestic expenditure, or the growing flows of charitable giving directed at these concerns. The data source provides information up to 2013.

More current data may show a significant increase in spending on this programming, especially after the adoption of the 2030 Agenda for Sustainable Development in 2015 and the Call to Action in 2017.

Achieving SDG Target 8.7 will require national governments to take direct action against the forms of exploitation through policy implementation.

Official Definitions
Travail forcé (Forced labour)

Code pénal suisse du 21 décembre 1937

Art. 264a
c. Réduction en esclavage
dispose d’ine personne en s’arrogant sur elle un droit de propriété, notamment dans le contexte de la traite d’êtres humains, de l’explotation sexuelle ou du travail forcé;

Child Labour

Loi fédérale sur le travail dans l’industrie, l’artisanat et le commerce, 1964

Art. 30 Age minimum
Age minimum
1 Il est interdit d’employer des jeunes gens âgés de moins de 15 ans révolus. Les al. 2 et 3 sont réservés.
2 L’ordonnance détermine dans quelles catégories d’entreprise ou d’emplois et à quelles conditions:

a.les jeunes gens de plus de treize ans peuvent être chargés de faire des courses et d’effectuer des travaux légers;
b.les jeunes gens de moins de quinze ans peuvent être affectés à un travail dans le cadre de manifestations culturelles, artistiques ou sportives ainsi que dans la publicité.1

3 Les cantons où la scolarité obligatoire s’achève avant l’âge de 15 ans révolus peuvent être habilités, par ordonnance et à des conditions spéciales, à autoriser des dérogations pour les jeunes gens âgés de plus de 14 ans et libérés de l’école.

Worst Forms of Child Labour

Ordonnance sur la protection des jeunes travailleurs, OLT 5, 2007

Art. 4 Travaux dangereux
1 Il est interdit d’employer des jeunes à des travaux dangereux.1bis Il est autorisé d’employer des jeunes disposant d’un certificat fédéral de capacité (CFC) ou d’une attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) à des tra- vaux dangereux, pour autant qu’ils exécutent ces travaux dans le cadre du métier appris.

2 Par travaux dangereux, on entend tous les travaux qui, de par leur nature ou les conditions dans lesquelles ils s’exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la formation, à la sécurité des jeunes ou à leur développement physique et psychique.

3 Le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) fixe les travaux qui, par expérience et en l’état actuel de la technique, doivent être considérés comme dangereux. Il tient compte pour cela du fait que les jeunes, en raison de leur manque d’expérience ou de formation, n’ont pas une conscience des risques aussi développée que les adultes, pas plus qu’ils ne disposent des mêmes capacités de s’en prémunir.

4 Le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) peut, avec l’accord du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO), prévoir, dans les ordon- nances sur la formation, des dérogations à cette interdiction pour les jeunes âgés d’au moins 15 ans lorsque l’exécution de travaux dangereux est indispensable pour atteindre les buts de la formation professionnelle initiale ou de cours reconnus par les autorités. Les organisations du monde du travail définissent, en annexe aux plans de formation, des mesures d’accompagnement en matière de sécurité au travail et de protection de la santé. Elles consultent au préalable un spécialiste de la sécurité au travail au sens de l’ordonnance du 25 novembre 1996 sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail.

5 L’emploi de jeunes travailleurs à des travaux dangereux au sens des législations sur le travail et sur l’assurance-accidents qui est indispensable pour atteindre les buts de la formation professionnelle initiale ou de cours reconnus par les autorités, doit être prévu par l’autorisation cantonale de former des apprentis visée à l’art. 20, al. 2, LFPr. L’office cantonal de formation professionnelle entend l’inspection cantonale du travail avant d’octroyer l’autorisation.

6 Le SECO peut octroyer des autorisations exceptionnelles (permis individuels) en dehors du cadre prévu par l’al. 4 lorsque l’exécution de travaux dangereux est indis- pensable pour atteindre les buts de la formation professionnelle initiale ou de cours reconnus par les autorités.

Art. 9
1 Lorsque le droit cantonal permet la libération de jeunes de moins de 15 ans de la scolarité obligatoire ou leur exclusion provisoire de la scolarisation, l’autorité can- tonale peut autoriser individuellement l’emploi régulier des jeunes concernés dans le cadre de la formation professionnelle initiale ou d’un programme d’encou- ragement des activités de jeunesse extrascolaires dès qu’ils ont atteint 14 ans.

2 L’autorité cantonale ne peut octroyer d’autorisation que si un certificat médical établit que la santé du jeune lui permet d’exercer une activité régulière avant l’âge de 15 ans et que l’activité prévue ne risque de compromettre ni sa santé, ni sa sécu- rité, ni son développement physique ou psychique.

Art. 12
Autorisation exceptionnelle pour le travail de nuit (art. 17, al. 5, et 31, al. 4, LTr)
1 L’occupation de jeunes de plus de 16 ans entre 22 heures et 6 heures pendant neuf heures au maximum dans un intervalle de dix heures peut être autorisée pour autant:

a. que cette occupation la nuit soit indispensable pour:

1. atteindre les buts de la formation professionnelle initiale; ou
2. remédier à des perturbations de l’exploitation dues à la force majeure;

b. que le travail soit mené sous la responsabilité d’une personne adulte qua- lifiée; et
c. que cette occupation la nuit ne porte pas préjudice à l’assiduité du jeune à l’école professionnelle.

Ordonnance du DEFR sur les travaux dangereux pour les jeunes, 2000

Art. 1 Travaux dangereux
Les travaux suivants sont considérés comme dangereux pour les jeunes:

a. les travaux qui dépassent objectivement les capacités physiques ou psy- chiques des jeunes;
b. les travaux qui exposent les jeunes à des sévices physiques, psychologiques, moraux ou sexuels, notamment la prostitution ou la participation à la pro- duction de matériel ou de scènes pornographiques;
c. les travaux reposant sur un système de temps de travail qui, par expérience, est très contraignant, notamment le travail à la tâche;
d. les travaux qui exposent les jeunes à des influences physiques dangereuses pour la santé, notamment:

1. les rayonnements ionisants,
2. les travaux en surpression,
3. les travaux en cas de chaleur, de froid ou d’humidité extrêmes,
4. les travaux exposant à des secousses ou à des vibrations extrêmes ou à un bruit considérable;

e. les travaux exposant les jeunes à des agents biologiques dangereux pour la santé, notamment les micro-organismes des groupes 3 et 4 au sens de l’ordonnance du 25 août 1999 sur la protection des travailleurs contre les risques liés aux micro-organismes3;
f. les travaux exposant les jeunes à des agents chimiques dangereux pour la santé signalés par une phrase R conformément à l’ordonnance du 18 mai 2005 sur les produits chimiques4:

1. substances avec effets irréversibles (R39),
2. substances pouvant entraîner une sensibilisation par inhalation (dési- gnées par «S» dans la liste «Valeurs limites d’exposition aux postes de travail»; R42),
3. substances pouvant entraîner une sensibilisation par contact avec la peau (désignées par «S» dans la liste «Valeurs limites d’exposition aux postes de travail»; R43),
4. substances pouvant provoquer le cancer (désignées par «K» dans la liste «Valeurs limites d’exposition aux postes de travail»; R40, R45),
5. substances pouvant provoquer des altérations génétiques héréditaires (R46),
6. substances risquant d’avoir des effets graves pour la santé en cas d’exposition prolongée (R48),
7. substances pouvant altérer la fertilité (R60),
8. substances pouvant entraîner pendant la grossesse des effets néfastes pour l’enfant (R61);

les travaux qui s’effectuent avec des machines, des équipements et des outils présentant des risques d’accidents dont on peut supposer que les jeunes, du fait de leur conscience insuffisante des risques ou de leur manque d’expé- rience ou de formation, ne peuvent ni les identifier ni les prévenir;
les travaux comportant des risques importants d’incendie, d’explosion, d’accident, de maladie ou d’empoisonnement;
les travaux qui s’effectuent sous terre, sous l’eau, à des hauteurs dange- reuses, dans des espaces confinés ou comportant un risque d’éboulement;
les travaux avec des animaux dangereux; l’abattage industriel d’animaux;
le triage de matériaux usagés tels que le papier et le carton, ainsi que de linge sale et non désinfecté, de crins, de soies de porc et de peaux.

La traite des êtres humains (Human Trafficking)

Code pénal suisse du 21 décembre 1937

Art. 182
1 Celui qui, en qualité d’offreur, d’intermédiaire ou d’acquéreur, se livre à la traite d’un être humain à des fins d’exploitation sexuelle, d’exploitation de son travail ou en vue du prélèvement d’un organe, est puni d’une peine privative de liberté ou d’une peine pécuniaire. Le fait de recruter une personne à ces fins est assimilé à la traite.

Esclavage (Slavery)

Code pénal suisse du 21 décembre 1937

Art. 264a
c. Réduction en esclavage
dispose d’ine personne en s’arrogant sur elle un droit de propriété, notamment dans le contexte de la traite d’êtres humains, de l’explotation sexuelle ou du travail forcé;

Freedom

Constitution fédérale, 1999

Art. 10 Droit à la vie et liberté personnelle
1 Tout être humain a droit à la vie. La peine de mort est interdite.
2 Tout être humain a droit à la liberté personnelle, notamment à l’intégrité physique et psychique et à la liberté de mouvement.
3 La torture et tout autre traitement ou peine cruels, inhumains ou dégradants sont interdits

Governments can take action to assist victims and to prevent and end the perpetration of forced labour, modern slavery, human trafficking and child labour. These actions should be considered in wider societal efforts to reduce prevalence and move towards eradication of these forms of exploitation.

Programs and Agencies for Victim Support

Policies for Assistance
Assistance, General

Loi fédérale sur l’aide aux victimes d’infractions (LAVI) 1991

Section 1 Dispositions générales
Art. 1 But et objet

1. La présente loi vise à fournir une aide efficace aux victimes d’infractions et à renforcer leurs droits.
2. L’aide fournie comprend:

a. des conseils;
b. la protection de la victime et la défense de ses droits dans la procédure pénale;
c. l’indemnisation et la réparation morale.

Art. 2 Champ d’application

1. Bénéficie d’une aide selon la présente loi toute personne qui a subi, du fait d’une infraction, une atteinte directe à son intégrité corporelle, sexuelle ou psychique (victime), que l’auteur ait été ou non découvert ou que le comportement de celui-ci soit ou non fautif.
2. Le conjoint, le partenaire enregistré, les enfants, les père et mère ainsi que les autres personnes unies à la victime par des liens analogues sont assimilés à celle-ci pour ce qui est:

a. des conseils (art. 3 et 4);
b. des droits dans la procédure et des prétentions civiles (art. 8 et 9) dans la mesure où ces personnes peuvent faire valoir des prétentions civiles contre l’auteur de l’infraction;
c. de l’indemnité et de la réparation morale (art. 11 à 17) dans la mesure où ces personnes peuvent faire valoir des prétentions civiles contre l’auteur de l’infraction.

Section 2 Conseils
Art. 3 Centres de consultation

1. Les cantons veillent à ce qu’il y ait des centres de consultation de caractère privé ou public, autonomes dans leur secteur d’activité. Plusieurs cantons peuvent confier ces tâches à des institutions communes.
2. Ces centres sont chargés en particulier:

a. de fournir à la victime, eux-mêmes ou en faisant appel à des tiers, une aide médicale, psychologique, sociale, matérielle et juridique;
b. de donner des informations sur l’aide aux victimes.

3. Les centres de consultation fournissent leur aide tout de suite, et, au besoin, pendant une période assez longue. Ils doivent être organisés de manière à pouvoir fournir en tout temps une aide immédiate.
4. Les prestations fournies directement par les centres de consultation et l’aide immédiate apportée par des tiers sont gratuites. Les centres de consultation prennent à leur charge d’autres frais, comme les frais médicaux, les frais d’avocat et les frais de procédure, dans la mesure où la situation personnelle de la victime le justifie.
5. Les victimes peuvent s’adresser au centre de consultation de leur choix.

Art. 4 Obligation de garder le secret

1. Les personnes qui travaillent pour un centre de consultation doivent garder, à l’égard des autorités et des particuliers, le secret sur leurs constatations.
2. Cette obligation de garder le secret subsiste même après que le travail pour le centre de consultation a pris fin.
3. Elle est levée lorsque la personne concernée y consent.
4. La personne qui aura violé son obligation de garder le secret sera punie de l’emprisonnement ou de l’amende.

Section 3 Protection et droits de la victime dans la procédure pénale
Art. 5 Protection de la personnalité

1. Les autorités protègent la personnalité de la victime à tous les stades de la procédure pénale.
2. En dehors de l’audience publique d’un tribunal, les autorités et les particuliers ne font connaître l’identité de la victime que si cela se révèle nécessaire dans l’intérêt de la poursuite pénale ou si la victime y consent.
3. Le tribunal ordonne le huis-clos lorsque les intérêts prépondérants de la victime l’exigent. Lorsqu’il s’agit d’infractions contre l’intégrité sexuelle, le huis-clos est prononcé à la demande de la victime.
4. Les autorités évitent de mettre en présence le prévenu et la victime lorsque celle-ci le demande. Elles tiennent compte autrement du droit du prévenu d’être entendu.1 Toutefois, lorsque ce droit ne peut être garanti autrement ou qu’un intérêt prépondérant de la poursuite pénale l’exige de manière impérieuse, la confrontation peut être ordonnée.2
5. Lorsqu’il s’agit d’infractions contre l’intégrité sexuelle, une confrontation ne peut être ordonnée contre la volonté de la victime que si le droit du prévenu d’être entendu ne peut être garanti autrement.3

Art. 6 Tâches des autorités de police et d’instruction

1. La police informe la victime, lors de sa première audition, de l’existence des centres de consultation.
2. Elle transmet à un centre de consultation les nom et adresse de la victime. Auparavant, elle aura indiqué à celle-ci qu’elle peut refuser cette communication.
3. La victime d’une infraction contre l’intégrité sexuelle peut exiger d’être entendue par une personne du même sexe qu’elle. Cette règle s’applique également à la phase de l’instruction.

Art. 7 Assistance et refus de déposer

1. La victime peut se faire accompagner d’une personne de confiance lorsqu’elle est interrogée en tant que témoin ou personne appelée à fournir des renseignements.
2. Elle peut refuser de déposer sur des faits qui concernent sa sphère intime.

Art. 8 Droits dans la procédure

1. La victime peut intervenir comme partie dans la procédure pénale. Elle peut en particulier:

a. faire valoir ses prétentions civiles;
b. demander qu’un tribunal statue sur le refus d’ouvrir l’action publique ou sur le non-lieu;
c. former contre le jugement les mêmes recours que le prévenu, si elle était déjà partie à la procédure auparavant et dans la mesure où cette sentence touche ses prétentions civiles ou peut avoir des effets sur le jugement de ces dernières.

2. Les autorités informent la victime de ses droits à tous les stades de la procédure. Sur demande, elles lui communiquent gratuitement les décisions et les jugements.

Art. 9 Prétentions civiles

1. Dans la mesure où le prévenu n’est pas acquitté et où la poursuite n’est pas abandonnée, le tribunal pénal statue aussi sur les prétentions civiles de la victime.
2. Le tribunal peut, dans un premier temps, ne statuer que sur la question pénale et traiter ultérieurement les prétentions civiles.
3. Dans le cas où le jugement complet des prétentions civiles exigerait un travail disproportionné, le tribunal pénal peut se limiter à adjuger l’action civile dans son principe et renvoyer la victime pour le reste devant les tribunaux civils. Dans la mesure du possible, il doit cependant juger complètement les prétentions de faible importance.
4. En ce qui concerne les prétentions civiles, les cantons peuvent édicter des dispositions différentes pour la procédure de l’ordonnance pénale et les procédures dirigées contre des enfants et des adolescents.

Art. 10 Composition du tribunal appelé à juger
La victime d’une infraction contre l’intégrité sexuelle peut exiger que le tribunal appelé à juger comprenne au moins une personne du même sexe qu’elle.

Section 3a Dispositions particulières concernant la protection de la personnalité des enfants victimes dans la procédure pénale

Art. 10a Définition de l’enfant
Aux art. 10b à 10d, on entend par enfant la victime qui est âgée de moins de 18 ans au moment de l’ouverture de la procédure pénale.

Art. 10b Confrontation entre le prévenu et l’enfant

1. Lorsqu’il s’agit d’infractions contre l’intégrité sexuelle, les autorités ne peuvent confronter l’enfant avec le prévenu.
2. Lorsqu’il s’agit d’autres infractions, la confrontation est exclue lorsqu’elle pourrait entraîner un traumatisme psychique pour l’enfant.
3. La confrontation est réservée lorsque le droit du prévenu d’être entendu ne peut être garanti autrement.

Art. 10c Audition de l’enfant

1. L’enfant ne doit en principe pas être soumis à plus de deux auditions sur l’ensemble de la procédure.
2. La première audition doit intervenir dès que possible. Elle est conduite par un enquêteur formé à cet effet, en présence d’un spécialiste. Les parties exercent leurs droits par l’intermédiaire de la personne chargée de l’interrogatoire. L’audition a lieu dans un endroit approprié. Elle fait l’objet d’un enregistrement vidéo. L’enquêteur et le spécialiste consignent leurs observations particulières dans un rapport.
3. Une seconde audition est organisée si, lors de la première, les parties n’ont pas pu exercer leurs droits, ou si cela est indispensable au bon déroulement de l’enquête ou à la sauvegarde de l’intérêt de l’enfant. Dans la mesure du possible, elle doit être menée par la personne qui a procédé à la première audition. Pour le reste, les dispositions de l’al. 2 sont applicables.
4. L’autorité peut exclure la personne de confiance de la procédure, dérogeant ainsi à l’art. 7, al. 1, lorsque cette personne pourrait influencer l’enfant de manière déterminante.

Art. 10d Classement de la procédure

1. Exceptionnellement, l’autorité chargée de l’administration de la justice pénale peut classer la procédure pénale:

a. si l’intérêt de l’enfant l’exige impérativement et qu’il l’emporte manifestement sur l’intérêt de l’Etat à la poursuite pénale, et
b. si l’enfant ou, en cas d’incapacité de discernement, son représentant légal donne son accord.

2. Dans les cas visés à l’al. 1, les autorités compétentes veillent à ce que des mesures de protection de l’enfant soient, si nécessaire, ordonnées.
3. La décision relative au classement prise en dernière instance cantonale peut faire l’objet d’un pourvoi en nullité au Tribunal fédéral. Le prévenu, l’enfant ou son représentant légal, et l’accusateur public ont qualité pour recourir.

Section 4 Indemnisation et réparation morale
Art. 11 Bénéficiaires et compétence

1. Toute victime d’une infraction commise en Suisse peut demander une indemnisation ou une réparation morale dans le canton dans lequel l’infraction a été commise. L’art. 346 du code pénal suisse1 s’applique par analogie.
2. Si le résultat s’est produit à l’étranger, la victime ne peut demander une indemnisation ou une réparation morale que si elle n’obtient pas des prestations suffisantes d’un Etat étranger.
3. Lorsqu’une personne de nationalité suisse domiciliée en Suisse est victime d’une infraction à l’étranger, elle peut demander au canton dans lequel elle est domiciliée une indemnisation ou une réparation morale si elle n’obtient pas des prestations suffisantes d’un Etat étranger.

Art. 12 Conditions d’octroi

1. La victime a droit à une indemnité pour le dommage qu’elle a subi, si ses revenus déterminants au sens de l’art. 3c de la loi fédérale du 19 mars 19651 sur les prestations complémentaires à l’assurance-vieillesse, survivants et invalidité (LPC) ne dépassent pas le quadruple du montant supérieur destiné à la couverture des besoins vitaux, fixé à l’art. 3b, al. 1, let. a, de cette même loi. Les revenus déterminants sont ceux qu’aura probablement la victime après l’infraction.
2. Une somme peut être versée à la victime à titre de réparation morale, indépendamment de son revenu, lorsque celle-ci a subi une atteinte grave et que des circonstances particulières le justifient.

Art. 13 Calcul du montant de l’indemnité

1. L’indemnité est fixée en fonction du montant du dommage et des revenus de la victime. Si les revenus ne dépassent pas le montant supérieur destiné à la couverture des besoins vitaux fixé dans la LPC, l’indemnité couvrira intégralement le dommage; s’ils sont supérieurs à ce montant, le montant de l’indemnité est réduit.
2. Le montant de l’indemnité peut être réduit lorsque, par un comportement fautif, la victime a contribué dans une mesure importante à créer ou à aggraver le dommage.
3. Le Conseil fédéral fixe les montants maximums et minimums des indemnités. Il peut édicter d’autres prescriptions relatives au calcul du montant de l’indemnité.

Art. 14 Subsidiarité des prestations de l’Etat

1. Les prestations que la victime a reçues à titre de réparation du dommage matériel sont déduites du montant de l’indemnité. Sont exceptées les prestations (en particulier les rentes et les indemnités en capital) qui ont déjà été prises en compte lors du calcul des revenus déterminants (art. 12, al. 1). Les prestations reçues à titre de réparation du tort moral sont déduites de la même manière de la somme allouée à titre de réparation morale.
2. Lorsque l’autorité a accordé une indemnité ou une somme à titre de réparation morale, le canton est subrogé, à concurrence du montant versé, dans les prétentions que la victime peut faire valoir en raison de l’infraction. Ces prétentions priment celles que la victime peut encore faire valoir ainsi que les droits de recours de tiers.
3. Le canton renonce à faire valoir ses droits à l’égard de l’auteur de l’infraction lorsque cela se révèle nécessaire pour la réinsertion sociale de celui-ci.

Art. 15 Provision
Après un examen sommaire de la demande d’indemnisation, une provision est accordée à la victime:

a. lorsque cette dernière a besoin d’urgence d’une aide pécuniaire, ou
b. lorsqu’il n’est pas possible de déterminer dans un bref délai avec une certitude suffisante les conséquences de l’infraction.

Art. 16 Procédure et péremption

1. Les cantons prévoient une procédure simple, rapide et gratuite.
2. L’autorité constate les faits d’office.
3. La victime doit introduire ses demandes d’indemnisation et de réparation morale devant l’autorité dans un délai de deux ans à compter de la date de l’infraction; à défaut, ses prétentions sont périmées.

Art. 17 Protection juridique
Les cantons désignent une autorité de recours unique, indépendante de l’administration et jouissant d’un plein pouvoir d’examen.

Section 5 Aides financières et dispositions finales

Art. 18 Aide à la formation et aide financière de la Confédération

1. La Confédération encourage la formation spécifique du personnel des centres de consultation et des personnes chargées de l’aide aux victimes. Elle tient compte des besoins particuliers des enfants victimes d’infractions contre leur intégrité sexuelle. Elle accorde des aides financières à cet effet.1
2. La Confédération accorde aux cantons, pendant une durée limitée à six ans, une aide financière pour la mise en place du système d’aide aux victimes. Cette aide est répartie entre les cantons en proportion de leur capacité financière et de leur population. Les cantons rendent compte tous les deux ans au Conseil fédéral de l’utilisation de l’aide financière.
3. Si, par suite d’événements extraordinaires, un canton doit supporter des frais particulièrement élevés, la Confédération peut accorder des aides financières supplémentaires.

Art. 19 Référendum et entrée en vigueur

1. La présente loi est sujette au référendum facultatif.
2. Le Conseil fédéral fixe la date de l’entrée en vigueur.

Ordonnance sur l’aide aux victimes d’infractions (OAVI) 1992

Section 1: Indemnisation et réparation morale
Art. 1 Démarches de la victime
La victime doit rendre vraisemblable qu’elle ne peut rien recevoir de tiers (auteur de l’infraction, assurances, etc.) ou qu’elle n’en peut recevoir que des montants insuffisants.
Art. 2 Calcul des revenus déterminants
Les revenus déterminants (art. 12, 1er al., LAVI) sont calculés selon l’article 3c de la loi fédérale du 19 mars 19652 sur les prestations complémentaires (LPC), selon les dispositions réglementaires fédérales y relatives, ainsi que selon les dispositions cantonales spéciales qui s’y rapportent.

Loi fédérale sur la procédure pénale, 1934

X. Des témoins et les victimes
Art. 74 En règle générale, chacun est tenu de témoigner.

Chapitre II. Procédure
I. Des recherches de la police judiciaire
Art. 100

1. Chacun a qualité pour dénoncer les infractions poursuivies d’office en vertu de la législation fédérale.
2. Les dénonciations sont adressées par écrit ou oralement au Ministère public de la Confédération ou à un agent de la police judiciaire. Il en est dressé procès-verbal.
3. S’il n’existe pas de motif d’ouvrir une enquête, le procureur général décide de ne donner aucune suite à la dénonciation.
4. Il informe le dénonciateur et le prévenu, pour autant que celui-ci soit connu.
5. Il notifie la décision à la victime au sens de l’art. 2 de la loi fédérale du 4 octobre 1991 sur l’aide aux victimes d’infractions. La victime peut recourir contre la décision dans les dix jours auprès de la cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral

Art. 106
1. Lorsqu’il n’y a pas de motif d’ouvrir l’instruction préparatoire, le procureur général suspend les recherches. Il notifie cette suspension à l’inculpé. Il ne peut être renoncé à cette notification que si:

a. des intérêts publics importants, en particulier ceux touchant la poursuite pénale, l’exigent ou
b. des tiers devaient être exposés à un sérieux danger.
1bis Il notifie également cette suspension au lésé ainsi qu’à la victime d’une infraction au sens de l’art. 2 de la loi fédérale du 4 octobre 1991 sur l’aide aux victimes d’infractions. Ces personnes peuvent porter plainte contre la suspension des recherches dans les dix jours, auprès de la cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral.

2. Les frais extraordinaires de recherches sont mis à la charge de la Caisse fédérale. Le Département fédéral de justice et police statue sur les contestations.

III. Du non-lieu et de la mise en accusation
Art. 120
1. Au cours ou après l’issue de l’instruction préparatoire, le procureur général peut renoncer à la poursuite et rendre une ordonnance de non-lieu.
2. L’ordonnance de non-lieu est brièvement motivée.
3. Elle est communiquée:

1. à l’inculpé;
2. au lésé;
3. à la victime d’une infraction au sens de l’art. 2 de la loi fédérale du 4 octobre 1991 sur l’aide aux victimes d’infractions2;
4. au juge d’instruction;
5. à la cour des plaintes.

4. Le lésé et la victime, qu’elle fasse ou non valoir des prétentions civiles, peuvent recourir contre la décision de non-lieu dans les dix jours devant la cour des plaintes.

Art. 127
1. Le procureur général communique l’acte d’accusation:

1. à chacun des accusés et à leurs défenseurs;
2. au lésé;
3. à la victime d’une infraction au sens de l’art. 2 de la loi fédérale du 4 octobre 1991 sur l’aide aux victimes d’infractions;
4. à la cour des affaires pénales, avec le dossier;
5. au juge d’instruction.

2. Il n’y a pas de recours contre l’acte d’accusation.

Assistance, Human Trafficking

Ordonnance du 23 octobre 2013 sur les mesures de prévention des infractions liées à la traite des êtres humains (Ordonnance contre la traite des êtres humains)

Loi fédérale sur les étrangers, 2005

Art. 30
1 Il est possible de déroger aux conditions d’admission (art. 18 à 29) dans les buts suivants:
e. régler le séjour des victimes ou des témoins de la traite d’êtres humains et des personnes qui coopèrent avec les autorités de poursuite pénale dans le cadre d’un programme de protection des témoins mis en place en Suisse, dans un Etat étranger ou par une cour pénale internationale;

Art. 60
1 La Confédération peut autoriser l’étranger qui quitte la Suisse volontairement et dans les délais prescrits à bénéficier des programmes d’aide au retour et à la réintégration.
2 Peuvent bénéficier des programmes d’aide au retour et à la réintégration les personnes:

a. qui ont quitté leur Etat d’origine ou de provenance en raison d’un grave danger généralisé, en particulier une guerre, une guerre civile ou une situation de violence généralisée ou ne pouvaient y retourner tant que durait ce danger, dans la mesure où leur séjour était régi par la présente loi et où ils étaient tenus de quitter la Suisse;
b. visées à l’art. 30, al. 1, let. d et e.

3 L’aide au retour et à la réintégration comporte:

a. des conseils en vue du retour en vertu de l’art. 93, al. 1, let. a, LAsi1; abis.
l’accès aux projets mis en place en Suisse pour maintenir l’aptitude des étrangers au retour, en vertu de l’art. 93, al. 1, let. b, LAsi;
b. la participation aux projets mis en place dans l’Etat d’origine, l’Etat de provenance ou un Etat tiers pour faciliter le retour et la réintégration en vertu de l’art. 93, al. 1, let. c, LAsi;
c. selon le cas, une aide financière destinée à faciliter l’intégration ou à assurer la prise en charge médicale dans l’Etat d’origine, l’Etat de provenance ou un Etat tiers, en vertu de l’art. 93, al. 1, let. d, LAsi.2

4 Le Conseil fédéral fixe les conditions et définit la procédure de versement et de décompte des contributions.

Séjour des victimes de la traite d’êtres humains, 2004

Penalties
Penalties, Child Labour

Loi fédérale sur le travail dans l’industrie, l’artisanat et le commerce, 1964

Art. 59 Responsabilité pénale de l’employeur
Responsabilité pénale de l’employeur
1 Est punissable l’employeur qui enfreint les prescriptions sur:

a.la protection de la santé et l’approbation des plans, qu’il agisse intentionnellement ou par négligence;
b.la durée du travail ou du repos, s’il agit intentionnellement;
c.la protection spéciale des jeunes gens ou des femmes, qu’il agisse intentionnellement ou par négligence.

2 L’art. 6 de la loi fédérale du 22 mars 1974 sur le droit pénal administratif est applicable.

Penalties, Human Trafficking

Code pénal suisse du 21 décembre 1937

Art. 5
1 Le présent code est applicable à quiconque se trouve en Suisse et n’est pas extradé, et a commis à l’étranger l’un des actes suivants:

a. traite d’être humains (art. 182), contrainte sexuelle (art. 189), viol (art. 190), acte d’ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance (art. 191) ou encouragement à la prostitution (art. 195), si la victime avait moins de 18 ans;
abis. actes d’ordre sexuel avec des personnes dépendantes (art. 188) et actes d’ordre sexuel avec des mineurs contre rémunération (art. 196);
b. acte d’ordre sexuel avec un enfant (art. 187), si la victime avait moins de 14 ans;
c. pornographie qualifiée (art. 197, al. 3 et 4), si les objets ou les représentations avaient comme contenu des actes d’ordre sexuel avec des mineurs.

Art. 182
1 Celui qui, en qualité d’offreur, d’intermédiaire ou d’acquéreur, se livre à la traite d’un être humain à des fins d’exploitation sexuelle, d’exploitation de son travail ou en vue du prélèvement d’un organe, est puni d’une peine privative de liberté ou d’une peine pécuniaire. Le fait de recruter une personne à ces fins est assimilé à la traite.
2 Si la victime est mineure ou si l’auteur fait métier de la traite d’êtres humains, la peine est une peine privative de liberté d’un an au moins.
3 Dans tous les cas, l’auteur est aussi puni d’une peine pécuniaire.
4 Est également punissable celui qui commet l’infraction à l’étranger. Les art. 5 et 6 sont applicables.

Penalties, Slavery

Code pénal suisse du 21 décembre 1937

Art. 183
1. Celui qui, sans droit, aura arrêté une personne, l’aura retenue pri- sonnière, ou l’aura, de toute autre manière, privée de sa liberté,
celui qui, en usant de violence, de ruse ou de menace, aura enlevé une personne,
sera puni d’une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d’une peine pécuniaire.
2. Encourra la même peine celui qui aura enlevé une personne inca- pable de discernement ou de résistance ou âgée de moins de seize ans.

Art. 184
La séquestration et l’enlèvement seront punis d’une peine privative de liberté d’un an au moins,
si l’auteur a cherché à obtenir rançon,
s’il a traité la victime avec cruauté,
si la privation de liberté a duré plus de dix jours
ou si la santé de la victime a été sérieusement mise en danger.

Penalties, Forced Marriage

Code pénal suisse du 21 décembre 1937

Art. 181
1 Quiconque, en usant de violence envers une personne ou en la mena- çant d’un dommage sérieux ou en l’entravant de quelque autre manière dans sa liberté d’action, l’oblige à conclure un mariage ou un partenariat enregistré est puni d’une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d’une peine pécuniaire.
2 Quiconque se trouve en Suisse et n’est pas extradé et commet l’infraction à l’étranger est punissable. L’art. 7, al. 4 et 5, est appli- cable.

Penalties, Prostitution

Code pénal suisse du 21 décembre 1937

Art. 196
Quiconque, contre une rémunération ou une promesse de rémunéra- tion, commet un acte d’ordre sexuel avec un mineur ou l’entraîne à commettre un tel acte est puni d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire.

National Statistical Office

Federal Statistical Office

Data Commitments

A Call to Action to End Forced Labour, Modern Slavery and Human Trafficking, Signed 2017

1.ii. Take steps to measure, monitor and share data on prevalence and response to all such forms of exploitation, as appropriate to national circumstances;

Programs and Agencies for Enforcement

Measures to address the drivers of vulnerability to exploitation can be key to effective prevention. A broad range of social protections are thought to reduce the likelihood that an individual will be at risk of exploitation, especially when coverage of those protections extends to the most vulnerable groups.

Social Protection Coverage: General (at Least One)
Social Protection (Source: ILO)

The seminal ILO paper on the economics of forced labour, Profits and Poverty, explains the hypothesis that social protection can mitigate the risks that arise when a household is vulnerable to sudden income shocks, helping to prevent labour exploitation. It also suggests that access to education and skills training can enhance the bargaining power of workers and prevent children in particular from becoming victims of forced labour. Measures to promote social inclusion and address discrimination against women and girls may also go a long way towards preventing forced labour.

If a country does not appear on a chart, this indicates that there is no recent data available for the particular social protection visualized.

Social Protection Coverage: Unemployed
Social Protection Coverage: Pension
Social Protection Coverage: Vulnerable Groups
Social Protection Coverage: Poor
Social Protection Coverage: Children
Social Protection Coverage: Disabled

Delta 8.7 has received no Official Response to this dashboard from Switzerland. If you are a representative of Switzerland and wish to submit an Official Response, please contact us here.